Visite de Faure GNASSINGBE à Ouagadougou après les attaques

« Nous nous sentons tous agressés »

0 708

Les présidents du Togo et du Niger ont effectué une visite à Ouagadougou, trois jours après la double attaque qui a visé l’état-major général des armées et l’Ambassade de France au Burkina, le 2 mars 2018, ont annoncé nos confrères de Burkina 24 qui ont pu suivre les pas des deux hôtes du Président Rock KABORE dans leur périple.

A l’occasion, Faure Gnassingbé et Mahamadou Issoufou ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes.

Accueillis dans la matinée du lundi 5 mars 2018 par leur homologue du Burkina Faso, les deux chefs d’Etat respectivement président en exercice de la CEDEAO et du G5 Sahel ont visité les deux sites attaqués avant de rejoindre l’aéroport international de Ouagadougou pour leur départ.

« Si vous êtes dans le malheur, nous le sommes aussi », a déclaré le Président togolais, au moment de monter dans l’avion.

Faure Gnassingbé, le Président du Togo et président en exercice de la CEDEAO a indiqué que selon le principe sacré de la solidarité dans l’espace de la CEDEAO, Ouagadougou étant frappé, « nous nous sentons tous agressés », rapporte Burkina 24 indiquant qu’il a par ailleurs félicité les Forces de défense et de sécurité « pour leur rapide riposte qui a certainement limité les dégâts parce que, indique le Président togolais, la visite que nous venons d’effectuer aussi bien à l’état-major qu’à l’Ambassade de France, nous montre clairement que les intentions de ces deux groupes étaient de faire le maximum de victimes ».

Ainsi qu’il l’a déjà énoncé vendredi dans un tweet, le Président en exercice de la CEDEAO reste convaincu qu’une opérationnalisation rapide du G5 Sahel permettra de vaincre le terrorisme.
Mahamadou Issoufou, Président du Niger et par ailleurs Président du G5 Sahel, a pour sa part, assuré que le terrorisme n’a pas d’avenir dans la sous région Ouest africaine. « Sa défaite est également inscrite dans le caractère ignoble et inhumain de ses méthodes de lutte», a-t-il affirmé avec force et conviction avant d’ajouter qu’il est « un devoir sacré pour nous de défendre la patrie et la République ».

Remerciant ses homologues pour leur soutien, le président du Faso assure que « le peuple burkinabé restera debout » pour arriver à bout du terrorisme dans la durée.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur