Une bouffée d’oxygène nommée Programme National de Développement

38

Malgré les points positifs obtenus à travers une gouvernance améliorée, le gouvernement togolais ne cesse d’innover pour confirmer ses performances. Et la dernière boussole trouvée à cet effet est le Plan National de Développement 2018-2022 (PND). C’est une planification stratégique pour le développement et surtout un outil de transformation structurelle de l’économie.

Il porte sur la période 2018-2022. Il pèse 622 milliards de F CFA dont 65% seront apportés par le secteur privé. Il repose sur 3 piliers à savoir la mise en place d’une plateforme logistique de premier plan, d’un hub financier et d’une base manufacturière solide, le tout reposant sur une politique inclusive et sociale.

“Nous travaillons à rassurer le secteur privé. C’est dans cet esprit que nous avons organisé à Hangzhou [en marge du sommet Chine-Afrique] un forum d’affaires avec les investisseurs chinois, en vue de nouer des partenariats pour la mise en œuvre des projets structurants contenus dans le PND”, détaille une source au ministère de l’Économie et des Finances et relayée par Jeune Afrique. Surtout que du point de vue économique, ce plan s’impose comme la meilleure recette.

Les prévisions sont inédites : un taux de croissance fixé à 7,6 % en 2022. 500.000 emplois attendus. Ce qui est censé augmenter le PIB par habitant de 9, 7 %. Des prévisions qui hisseraient l’économie togolaise dans les bonnes grâces des classements internationaux. 14 points pourront être gagnés sur l’Indice de Développement Humain (IDH) du Pnud. Avec pour effet la baisse du nombre de Togolais vivant au-dessous du seuil de pauvreté à 44,6 %, contre 53 % actuellement.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.