Un bureau permanent de la SFI à Lomé : les retombées économiques pour le PND et le secteur privé

1 2 186

Lomé est décidément un hub logistique, un centre financier, une plateforme de services dans la sous-région. Fin octobre, la Société financière internationale (SFI), branche privée du Groupe de la Banque mondiale, inaugurait sa représentation permanente à Lomé. En plus d’un rapprochement entre l’institution financière et le Togo, la présence de ce bureau permanent est la preuve de la place qu’occupe le pays de Faure Gnassingbé dans la stratégie de la Société financière internationale (SFI).

“Le Togo est un pays important dans la stratégie de la SFI en Afrique. Nous voulons donc y renforcer notre présence”, a expliqué dans les colonnes de Jeune Afrique, Ronke-Amoni Ogunsulire, responsable des bureaux régionaux au Togo, Bénin, Burkina Faso, Ghana et Niger, en fonction depuis Accra. Cette implantation s’inscrit aussi dans la volonté de l’institution d’apporter sa part de rôle dans la mobilisation des 65 % d’investissements privés nécessaires pour le Plan National de Développement (PND). “Le secteur privé est en pleine croissance au Togo”, a-t-elle constaté.

Alors, pour soutenir cette dynamique, le Plan National de Développement (PND) a décidé de s’appuyer sur des leviers comme l’amélioration du climat des affaires, l’accès des PME au financement, la disponibilité de l’énergie. La Société financière internationale s’y retrouve. En témoigne, le soutien apporté par l’institution à plusieurs banques pour financer les PME. 30 millions de dollars au total. De même, ces PME bénéficient aussi de l’aide du programme de conseil dénommé Local Champions Project mis en place par la SFI qui est aussi à la manoeuvre d’accès à l’énergie au Togo à travers le programme Scaling Solar.

Actuellement, le portefeuille des engagements de la SFI au Togo est de l’ordre de 330 millions de dollars selon Ronke-Amoni Ogunsulire. Et ce sont les secteurs de l’énergie, des marchés financiers et de la logistique qui bénéficient de ces investissements. C’est le cas de Lomé Container Terminal au Port Autonome de Lomé. Sans oublier également la construction de ContourGlobal pour la centrale électrique de 100 mégawatts. “Nous pensons qu’avoir un bureau au Togo peut aider à atteindre cet objectif d’implication du secteur privé dans le financement du PND” a-t-elle conclu.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur