Togo : Un grand pas dans la résolution de la crise togolaise franchi

54ème sommet de la CEDEAO à Abuja

1 118

La conférence des Chefs d’Etats et de gouvernements de la CEDEAO a tenu ce Samedi 22 Décembre 2018 sa 54ème session à Abuja au Nigéria où d’importantes décisions ont été prises au bénéfice des pays de l’espace communautaire mais surtout du Togo qui venait de terminer l’organisation parfaite d’une élection sans violence le 20 Décembre dernier.

Au titre des rapports que la CEDEAO a eu à examiner au cours des séances à huis clos, le dossier du Togo figurait en bonne place. En effet, la feuille de route tracée lors de la 53ème session à Lomé par les Chefs d’Etats de la CEDEAO avec mandat aux Président Ghanéen et Guinéen pour la conduite de la médiation était soumise à évaluation au cours des assises d’Abuja.

 

Lire aussi : CEDEAO : Les Présidents Akufo Addo et Alpha Conde félicités pour leurs efforts en faveur du Togo

 

Après avoir examiné le rapport présenté par les Facilitateurs du dialogue politique inter-togolais, leurs Excellences Monsieur Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana et Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, conformément au mandat qui leur a été confié et à la Feuille de route adoptée par la 53ème session ordinaire de la Conférence tenue le 31 juillet 2018 à Lomé. La conférence a salué les efforts déployés par les deux Facilitateurs afin que les parties prenantes au dialogue inter-togolais respectent et mettent en œuvre la Feuille de route, dans un esprit d’ouverture et de responsabilité et noté avec satisfaction les progrès et les acquis enregistrés.

Au regard des discussions et des auditions qui ont lieu lors des séances à huis clos, la conférence a convenu des points suivants au sujet du Togo.

a. la Conférence se félicite de la tenue effective, le 20 décembre 2018, des élections législatives libres et transparentes, qui se sont déroulées dans des conditions de paix et de sécurité conformément à la Feuille de route adoptée le 31 juillet 2018;

b. elle regrette fortement la décision prise par la Coalition des quatorze partis politiques de l’opposition (C14) de ne pas participer aux élections législatives malgré les efforts considérables déployés par les Facilitateurs pour favoriser des élections inclusives avec une participation équitable de tous les acteurs à la Commission électorale nationale électorale indépendante (CENI).

c. La Conférence prend acte des informations fournies par le Gouvernement togolais concernant le projet de réforme constitutionnelle et se félicite de son engagement résolu à assurer l’adoption rapide des réformes constitutionnelles, en privilégiant la voie parlementaire pour leur mise en œuvre diligente.

1. Elle encourage le Gouvernement Togolais à renforcer les mesures d’apaisement et de confiance entre tous les acteurs politiques en vue de décrisper davantage le climat socio-politique.

2. La Conférence a par ailleurs pris acte de la volonté du Gouvernement togolais à organiser les élections locales au cours de l’année 2019. Elle encourage tous les acteurs à y contribuer en vue de favoriser des élections ouvertes, inclusives et apaisées, dans le respect des normes démocratiques.
3. La Conférence réaffirme son attachement au respect de l’ordre constitutionnel et au renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit au Togo et dans la sous-région, conformément aux valeurs et aux normes prévues par les instruments pertinents de la CEDEAO, notamment le Protocole additionnel relatif à la démocratie et à la bonne gouvernance.

4. Elle invite instamment tous les acteurs politiques et toutes les forces vives togolaises à œuvrer en vue de la préservation de la paix, de la stabilité et de la cohésion entre toutes les composantes de la société togolaise, notamment en s’abstenant de tout acte et de tout agissement susceptibles de mettre à mal les efforts visant à la normalisation complète et durable de la situation politique et de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la région.

5. La Conférence encourage les forces de sécurité à continuer à faire preuve de professionnalisme dans leur mission de maintien d’ordre et de protection des personnes et des biens.

6. Elle exprime sa volonté de continuer à suivre l’évolution de la situation au Togo en vue de s’assurer de la bonne application des présentes décisions et recommandations.

7. La Conférence demande à la Commission de la CEDEAO de continuer à apporter son appui et son assistance au Gouvernement et aux acteurs politiques togolais en vue de la préservation de la sécurité et de la consolidation de la paix et de la stabilité au Togo.

Toutes ces décisions prises par la CEDEAO montrent à suffisance que le dossier Togolais sans être totalement classé a été apuré par l’organisation sous- régional qui reste toujours à la disposition du gouvernement pour d’éventuelles assistances.

Le Ministre des affaires Etrangères Robert Dussey qui faisait partie de la délégation togolaise s’est réjoui des décisions prises par la conférence des Chefs d’Etats et a rassuré quant à la ferme volonté du Chef de l’Etat de garder toujours la main tendue en direction de toute la classe politique pour l’intérêt supérieur du Togo.

Outre le dossier togolais, les délégués ont également analysé la situation en Guinée Bissau où pour des difficultés d’ordre technique, les législatives n’ont toujours pas eu lieu. Les questions d’intérêt commun comme la création de la monnaie unique de la CEDEAO, des questions de paix, de sécurité et de l’accès à l’énergie ont retenu l’attention des Chefs d’Etats Présents à la rencontre.

Une motion de remerciement à l’endroit du Président Nigérian Muhamadu Buhari au nom de tous les participants, lue par le Président Togolais Faure Gnassingbé a mis fin à la 54ème session ordinaire des chefs d’Etats et de Gouvernement de la CEDEAO.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur