Togo : Retour sur les principaux faits marquants de l’actualité au Togo du 26 novembre au 02 décembre 2018

15

Le séminaire de formation de la Cour constitutionnelle sur la gestion du contentieux électoral, le démarrage de la phase 2 du processus d’indemnisation des victimes des violences politiques au Togo, la visite du Président Béninois, SEM Patrice Talon au Togo dans le cadre de la célébration des 50 ans de la CEB, l’appel lancé par la CEDEAO aux protagonistes de la crise togolaise à s’abstenir de recourir à la violence, la reprise des manifestations de la coalition de l’opposition ou encore la signature d’un accord de partenariat entre le Togo et la société chinoise, CTCE, spécialisée dans la réalisation des infrastructures… sont entre autres sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

Formation de la Cour Constitutionnelle sur la gestion du contentieux électoral

 

La Cour Constitutionnelle du Togo a organisé lundi 26 et mardi 27 novembre à Lomé, un séminaire de formation sur la gestion du contentieux électoral. Cette rencontre de deux jours qui rentre dans le cadre des préparatifs au scrutin du 20 décembre 2018, fait suite à celle organisée il y a de cela quelques semaines entre les membres de la Cour sur la relecture des textes de base relatifs aux élections à savoir-le code électoral et la Constitution. L’atelier a été initié à l’intention de tous les acteurs intervenants dans le processus électoral à savoir, les médias, les candidats, la Commission électorale nationale indépendante, la HAAC, le ministère de l’administration territoriale entre autres. Il vise à expliquer aux participants, les dispositions réglementaires qui encadrent les contentieux électoraux et de leur permettre d’avoir une même compréhension des textes de base relatifs aux élections. Pour le Président de la Cour, Abdou Assouma, le séminaire se veut surtout « un outil de sensibilisation et de mobilisation à l’endroit de tous les acteurs impliqués dans le processus électoral ». Au cours de ce séminaire, les participants ont été entretenus sur trois sous- thèmes, notamment « la gestion du contentieux électoral par la Cour Constitutionnelle », « l’apport des délégués de la Cour dans la gestion du contentieux électoral » puis la présentation de la Cour Constitutionnelle du Togo dans ses détails.

 

 

Début de la phase 2 d’indemnisation des victimes de violence politique au Togo

 

Le Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) a entamé le mardi 27 novembre 2018 à Lomé, la deuxième phase du processus de prise en charge psycho-médicale des victimes de violences politiques et de leur indemnisation. L’opération, qui s’inscrit dans la mise en œuvre du Programme de réparations de l’institution, concerne 55 victimes vulnérables de la commune de Lomé et de ses environs. La liste des victimes retenues a été communiquée préalablement sur le site web du HCRRUN, dans le quotidien national et dans les bureaux des préfectures et mairies concernées. Cette 2ème étape s’achèvera le 30 novembre 2018. Elle est financée à hauteur de 5 milliards de FCFA par le gouvernement. En rappel, la 1ère étape de la prise en charge et des indemnisations des victimes des violences à caractère politique, survenues au Togo, s’est déroulée du 12 décembre 2017 au 17 septembre 2018 et a permis de couvrir 2510 victimes.

 

Mini-sommet entre le Togo et le Bénin sur la CEB

 

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé et son homologue du Bénin, Patrice Talon ont co-présidé le 27 novembre à Lomé la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la Communauté Electrique du Bénin (CEB). Le sommet s’inscrit dans le cadre de la célébration des 50 ans de l’institution, chargée de la fourniture d’électricité aux populations et aux industries des deux pays. Les travaux de cette rencontre ont principalement porté sur l’examen de la situation de l’organisme créé en juillet 1968.  Il a été question de l’évolution récente du secteur de l’énergie électrique dans les deux Etats, surtout dans les domaines de la sécurité de l’approvisionnement, l’autonomie énergétique et la consolidation d’un service public de l’électricité. De grandes orientations ont été notamment prises par les Chefs d’Etats et leurs ministres en charges des finances et de l’énergie, en vue d’une meilleure restructuration de l’institution communautaire. Entre autres, la mise en place d’un plan d’apurement de la dette de la CEB à l’égard de ses fournisseurs d’énergie, le changement d’objet social de la Communauté et sa mise sous gestion déléguée à partir du 1er janvier 2019.

 

 

33 825 mineurs et 38 308 enregistrements multiples supprimés du fichier électoral

 

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a procédé mercredi 28 novembre 2018 à la présentation de l’opération de détection des inscriptions multiples sur le fichier électoral issu du dernier recensement. Il s’est agi pour les premiers responsables de la CENI de présenter à la presse nationale et internationale, les méthodes et techniques utilisées pour supprimer les doublons et autres irrégularités constatées dans l’enrôlement des électeurs afin de parvenir à mettre en place un fichier « fiable » et « définitif » devant servir pour les élections législatives du 20 décembre 2018. D’après le président de la CENI, Prof Kodjona Kadanga, l’opération a permis de supprimer, 38 308 enregistrements multiples et 33 825 mineurs inscrits. C’est le dé-doublonnage alphanumérique qui consiste à comparer les informations d’état civil ainsi que les adresses et coordonnées téléphoniques de chaque électeur avec l’ensemble des 3.239.549 autres électeurs, qui a conduit à ce résultat, a-t-il laissé entendre. Un délai est donné à tous les citoyens qui ne sont pas satisfaits pour saisir la CENI afin de déposer un recours et se faire rétablir dans leurs droits si possible, a indiqué le président de la CENI. Il faut rappeler que les listes provisoires sont affichées depuis le 30 novembre dans tous les Centres de recensement et de votes (CRV) sur l’ensemble du territoire national pour permettre aux citoyens en âge de voter et qui se sont fait enrôler, de vérifier s’ils figurent réellement dans le fichier établi par la CENI.

 

La CEDEAO appelle les togolais au calme et à s’abstenir de recourir à la violence

 

Dans un communiqué publié le 28 novembre, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), impliquée dans la résolution de la crise sociopolitique au Togo, a réagi aux récentes déclarations d’acteurs politiques et de la société civile.  L’organisation sous-régionale relève que les « propos et écrits, diffusés pour appeler à des initiatives susceptibles de créer le désordre et de susciter la violence au Togo, sont de nature à compromettre les efforts qui sont en cours pour mettre fin à la situation difficile que connait le pays ». L’institution a donc exprimé sa « totale désapprobation » de ces messages ou propos qui « accentuent l’inquiétude chez les amis et partenaires du Togo » et qui « vont à l’encontre des intérêts fondamentaux du peuple Togolais et de la sous-région ». La CEDEAO a donc invité les parties, ainsi que les médias et les organisations de la société civile, à privilégier le dialogue et la concertation dans la résolution des différends, et à promouvoir la culture de la paix, conformément « aux paragraphes 39 et 40 de la feuille de route du 31 juillet 2018 à laquelle ont souscrit tous les acteurs politiques ». L’institution a enfin réaffirmé sa « ferme détermination à tout mettre en œuvre en vue de l’application de la feuille de route ».

 

 

Le Togo signe un accord de partenariat avec la société CTCE

 

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé a présidé le 28 novembre une cérémonie de signature d’un accord cadre de partenariat entre le Togo et la société chinoise CTCE (China Tiesiju civil engineering group). La signature s’inscrit dans l’esprit du nouveau modèle de coopération Chine-Togo, issu du dernier sommet du FOCAC, au cours duquel le Togo a initié un forum d’affaires afin de présenter le PND aux investisseurs. En prélude à la cérémonie, le Chef de l’Etat s’est entretenu avec une délégation de la société chinoise spécialisée dans la construction, conduite par son président, Wang Chuanlin. « Nous avons eu des discussions pour envisager des projets en mode partenariat public-privé. C’est dans ce sens qu’un accord cadre de partenariat qui fixe les modalités de collaboration a été signé entre la société et le Togo », a déclaré le CEO. Rappelons que l’entreprise évoluant dans l’ingénierie routière et ferroviaire, les travaux urbains et la construction des logements sociaux, souhaite réaliser de nombreux projets au Togo, notamment la construction d’un parc agricole dans la préfecture de Vo.

 

 

Le MIFA à la recherche des investisseurs pour le secteur agricole

 

Le Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) a lancé mercredi, une campagne de d’identification et d’enregistrement de toutes les personnes désirant investir dans le secteur agricole. L’objectif selon le bureau d’implémentation, est de préparer une meilleure prise en charge par le MIFA, des différents acteurs de la chaîne de valeur agricole. L’initiative vise ainsi à « apporter de meilleures réponses aux besoins de financement, aux débouchés, aux opportunités de services, et aux divers partenariats entre acteurs des chaînes de valeur ». Les informations recueillies vont permettre au mécanisme de mieux planifier les offres de solutions aux besoins. Des collecteurs seront déployés sur toute l’étendue du territoire du 28 novembre au 07 décembre 2018. Le formulaire d’enregistrement est également disponible sous le lien https://goo.gl/Kw1j1Q .  Lancé le 25 juin dernier, le MIFA est un Mécanisme fondé sur le partage des risques, mis en place par le gouvernement togolais pour apporter notamment des solutions de financement et des appuis techniques aux acteurs des chaînes de valeur agricoles.

 

L’opposition de nouveau dans les rues

 

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a manifesté jeudi 29 novembre et samedi 1er décembre 2018 à Lomé et dans quatre villes de l’intérieur du pays, Kpalimé, Sokodé, Tchamba et Kparatao. Globalement tout s’est bien déroulé, pas d’incident majeur à signaler. Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Gal Yark Damehame s’est félicité de la bonne tenue des marches et du professionnalisme dont ont fait preuve les forces de l’ordre pour encadrer les manifestations. L’opposition réclame l’arrêt du processus électoral, la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles et la mise en œuvre des mesures d’apaisement.

 

 

Lancement de la phase 3 et 4 du projet d’électrification rurale

 

Le ministère des mines et de l’énergie a lancé à Vo-Asso et à Zooti, deux villages de la préfecture de Vo, la phase 3 et 4 du projet d’électrification rurale. Le projet, dont l’objectif est d’augmenter significativement le taux d’électrification en milieu rural, actuellement de 8%, prévoit à l’issue de sa mise en œuvre, d’apporter de l’électricité à près de 300 localités dans le pays. Financé par le Gouvernement indien et la Banque islamique de développement, « ce gigantesque et ambitieux projet, constitue une amorce tangible de la mise en œuvre de la stratégie d’électrification du pays », a déclaré Banimpo Gbengbertane, représentant le ministre des mines et de l’énergie. Le ministre en charge du développement à la base, Victoire Tomégah-Dogbé a, pour sa part, indiqué que cette initiative s’accompagnera bientôt d’autres réalisations dans toutes les localités afin de permettre leur essor économique, favorisant la création d’emplois, gage de réduction de la pauvreté. En rappel, la stratégie nationale d’électrification, déclinée dans le Plan national de développement adopté en Août dernier, ambitionne d’atteindre un taux de couverture de 50% sur l’ensemble du territoire d’ici 2020 et de 100% en 2030.

 

Le Togo reste scotché à la 123ème place au classement FIFA

 

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a publié jeudi son classement mensuel des équipes nationales. Les Eperviers restent à la 123e place mondiale, stable par rapport au mois précédent. Au niveau africain, il gagne un point et se situe au 31e rang. La non progression du Togo dans le classement reste imputable à la défaite face à l’Algérie (1-4) lors de la 5ème journée des éliminatoires de la CAN 2019. Petite consolation, le Togo se classe mieux que l’Angola, le Lesotho, le Liberia ou l’Ethiopie. Rappelons que le Togo a un match décisif à disputer face au Bénin en mars 2019. Tout autre résultat qu’une victoire élimineraient les Eperviers de la course à la qualification pour la CAN 2019 dont l’organisation a été retirée finalement au Cameroun par la Confédération africaine de football (CAF). A noter également cette semaine, la rentrée en compétition des deux clubs togolais engagés cette saison en coupe africaine des clubs. Koroki en ligue des champions s’est incliné, (1-0) à Dakar face à Djaaraf du Sénégal. Gomido en coupe CAF a aussi perdu en déplacement à Ndjamena face à Coton du Tchad, (2-0). Les matchs retours sont prévus la semaine prochaine à Lomé.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.