Togo : Retour sur les faits qui ont marqué l’actualité du 4 au 10 mars

0 284

Le lancement officiel du Plan national de développement (PND), la BIDC qui s’engage à accompagner le Togo dans la mise en œuvre du PND, la 5ème conférence maritime de l’ONAM, le Gabon à l’école du Togo en matière d’inclusion financière, le ministre Gilbert Bawara porté à la tête du Conseil des ministres du CIPRES…Tels sont là, les sujets qui ont fait la Une de l’actualité sur le plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

Faure Gnassingbé a lancé officiellement le Plan national de développement

 

Togo - PND - Panel de Haut niveau - Lionel Zinsou - Houngbo - Patrick Sevaistre
Togo : panel de haut niveau pour le lancement du PND

Le Plan national de développement (PND) a été officiellement lancé le lundi 4 mars 2019 à Lomé par le Président de la République, SEM Faure Gnassingbé. C’était au cours d’une cérémonie à laquelle ont pris par des membres du gouvernement, des présidents des institutions ainsi que des partenaires techniques et financiers du Togo. Dans son discours de circonstance, le Président de la République a une nouvelle fois manifesté l’engagement de son gouvernement à mettre tout en œuvre pour l’atteinte des objectifs du PND qui couvre la période 2018-2022.

« La cérémonie de ce jour confirme, et je m’en réjouis, notre engagement commun à réaliser sans tarder, les transformations nécessaires à l’édification d’un Togo moderne, prospère et stable que nous pourrons être fiers de léguer aux générations qui viennent », a lancé le Chef de l’État à la tribune de la salle des banquets de l’hôtel 2 février. Pour le numéros 1 togolais, l’enjeu du PND est de préserver les avancées enregistrées et d’en consolider les bases pour progresser davantage et, dans le même temps, mettre l’accent sur la redistribution des richesses entre toutes les filles et tous les fils du pays. Le PND porte de grandes ambitions, a tenu à souligner le Président de la République. Ce programme, a-t-il insisté, n’est pas juste un plan de plus.

« Ce n’est pas non plus un outil de théoriciens qui seraient les seuls à pouvoir en parler. Non. Le PND est formulé dans une démarche inclusive et cohérente, dont la trame demeure la recherche de meilleures conditions de vie pour nos populations », a réitéré le Président de la République. Le Togo devrait mobiliser 4622 milliards de FCFA pour sa mise en œuvre dont une part du secteur privé projetée à 65%, soit environ 3000 milliards de FCFA.

 

A Lomé, le comité de pilotage du stockage alimentaire régional a dressé son bilan

La 4ème réunion du comité de pilotage du Programme d’appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest s’est tenu lundi à Lomé. Le Programme, qui vise à protéger les pays ouest-africains en cas de crise alimentaire majeure, affiche des résultats encourageants selon les coordonnateurs. Durant les trois années d’activité, le programme a permis de mettre en place des stocks de proximité, et de constituer des réserves sous régionales, dans une logique de solidarité inter-Etats.

A terme, les pays membres doivent alimenter la réserve sous régionale à hauteur d’au moins 5% de leurs stocks nationaux. Selon Sékou Sangaré commissaire chargé de l’agriculture, de l’environnement et des ressources en eaux de la CEDEAO, même si les objectifs assignés au programme ne sont pas encore atteints, des progrès importants ont été réalisés pendant la période d’exécution du projet.

Ainsi, dans la période, « plus de 31000 tonnes de céréales ont été achetées, auprès des producteurs de la région ». Des stocks décentralisés ont également été mis sur pied dans différents pays de la sous-région, a laissé entendre Sékou Sangaré.  Précisons que le Programme d’appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest a été mis en place par la CEDEAO. Il est financé à hauteur de 56 millions € par l’Union européenne.

 

La China Engineering group va investir dans le développement énergétique au Togo

 

Togo-conseil-des-ministres-énergie-renouvelable
Togo-conseil-des-ministres-énergie-renouvelable

Le Plan national de développement du Togo (PND 2018-2022) lancé le 04 mars par le Président Faure Gnassingbé suscite déjà de l’intérêt auprès des opérateurs économiques et investisseurs.  Parmi eux, il y a la China Engineering group dont une délégation conduite par son vice-président Deng Jianhua a été reçue en audience le mardi 5 mars 2019 par le Chef de l’Etat au Palais de la Présidence à Lomé.

Les responsables de cette entreprise chinoise sont allés exprimer au chef de l’Etat leur souhait d’accompagner le Togo dans sa politique de développement énergétique. Ceci, conformément aux projets structurants de l’axe 3 du Plan national de développement (PND).

« Nous avons discuté du Plan national de développement. Comme notre groupe évolue dans le domaine des énergies renouvelables et des infrastructures, nous souhaitons accompagner le Togo dans ce domaine afin que le pays arrive à assurer son indépendance énergétique et à contribuer efficacement à la lutte contre le changement climatique », a déclaré Deng Jianhua au sortir de l’audience.

 

Les ambassadeurs togolais s’imprègnent du PND pour ensuite faire sa promotion à l’étranger

Le gouvernement à travers le ministère des Affaires Étrangères, a échangé mardi à Lomé avec l’ensemble des chefs des représentations diplomatiques du Togo dans le monde. Après le lancement officiel du Plan National de Développement (PND 2018-2022), l’objectif désormais, est de mobiliser les fonds nécessaires à sa réalisation en associant les représentants diplomatiques étrangères et celles du Togo à l’extérieur et auprès des organisations internationales.

Leurs rôles et missions de promotion de ce programme dans leurs différents pays, leur ont été mieux expliqués au cours de cette rencontre. L’idée, selon les autorités togolaises, reste le renforcement d’une coopération économique autour du PND en s’appuyant sur les représentants du Togo à l’étranger et celles des pays amis du Togo et solliciter leur implication dans la mise en œuvre du PND par la mobilisation des investisseurs étrangers autour de ce plan.

Les représentations diplomatiques auront la mission de « relayer » les grands axes du PND et « d’identifier » les investisseurs potentiels pouvant être intéressés par le plan, indiquent les cadres du ministère des Affaires Étrangères.

 

Le Canada va accompagner le Togo dans la réalisation du PND à travers des investissements dans l’économie bleue

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou s’est entretenu le mercredi 6 mars 2019 à Lomé avec l’ambassadrice du Canada au Togo, Heather Cameron. Les échanges entre le Chef du gouvernement togolais et la diplomate canadienne ont tourné entre autres autour des relations de coopération entre le Togo et le Canada, des progrès réalisés par le Togo dans le domaine du commerce, de l’économie bleue, de l’environnement et sur le plan diplomatique, ces dernières années.

L’ambassadrice a annoncé l’intention de son pays d’accompagner le PND, par le biais d’investissements qui seront réalisés dans le secteur de l’économie bleue. « Nous avons discuté surtout de la question de l’économie bleue qui est intégrale et fondamentale pour le Plan national de développement du Togo (PND). Nous allons pour le futur avancer avec les investissements commerciaux et d’autres moyens dans le domaine de l’économie bleue, contenu dans l’axe 2 du PND », a-t-elle déclaré.

Heather Cameron a précisé que les discussions vont se poursuivre avec les autorités togolaises afin de voir comment mobiliser les investissements et d’autres moyens en faveur du PND.

 

Le gouvernement et le PNUD font le bilan trois ans après la mise en œuvre du PUDC

Le Premier ministre Komi Selom Klassou a présidé le jeudi 07 mars 2019 à Lomé, une réunion du comité de pilotage du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC). Mactar FALL, représentant du représentant résident du Programme des nations unies pour le développement (PNUD) et plusieurs autres personnalités ont pris part à cette assise de suivi. Cette session a permis de dresser le bilan des réalisations et les effets à ce jour de ce volet phare du mandat social prôné par le Président de la République.

Togo - PUDC - PNUD
Le gouvernement et le PNUD font le bilan trois ans après la mise en œuvre du PUDC

Les travaux ont porté essentiellement sur l’actualisation du compte-rendu du comité de pilotage de l’année dernière (mars 2018), la présentation du rapport d’exécution technique et financière au cours de l’année 2018 et l’examen du plan de travail budgétisé pour l’année 2019. Trois ans environs après le démarrage du PUDC, le bilan est alléchant. Au compteur, il y la réhabilitation de 406 km de pistes rurales, la construction de 208 salles de classes, 44 bureaux magasins, 19 blocs administratifs, 52 laboratoires et 101 blocs latrines, la construction, la réhabilitation et l’extension de 16 établissements de santé, la construction de 20 incinérateurs et le déploiement de 5 cliniques mobiles et 5 ambulances, la construction de 3 marchés préfectoraux, l’approvisionnement en eau potable de 135.000 habitants des milieux ruraux et semi-urbains, la création d’environ 2.737 emplois directs…

 

Au nombre des acquis, on peut énumérer aussi la réalisation des études techniques de faisabilité pour le développement de douze Zones d’Aménagement Agricole Planifiées (ZAAP), l’implantation de 649 forages et la réhabilitation d’un tronçon de 1.255 km linéaires de pistes rurales. Rappelons que le PUDC est financé par l’Etat togolais avec l’appui du Japon et mis en œuvre par le PNUD. Il a pour objectif l’amélioration significative des conditions de vie des populations vivant dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures et services socio-économiques de base.

 

L’ONAEM a tenu sa 5ème conférence maritime à Lomé

L’Organisme National chargé de l’Action de l’État en Mer (ONAEM) a organisé les 7 et 8 mars 2019 à Lomé, la cinquième conférence maritime sous le thème : « quels défis pour faire de l’espace maritime togolais un hub de transport international ». L’objectif de cette rencontre de deux jours, qui a rassemblé tous les acteurs de l’Action de l’État en Mer, était de les sensibiliser sur les enjeux de la sécurité de la navigation maritime. Plusieurs thématiques ont été développées durant les travaux.

Entre autres, « création d’un hub logistique d’excellence : une exigence pour développer le transport multimodal au Togo » ; « renseignements sur la Sécurité Maritime (RSM) » et « cadre juridique de la sécurité de la navigation maritime : défis et perspectives ». Pour Stanislas Baba, Ministre Conseiller pour la mer, le Togo ambitionne être un pivot ou noyau de transport international, une ambition affichée par le Plan National de Développement.

Pour se faire, les activités doivent être régies par des textes juridiques puis un plan d’action visant à rendre plus sûres les eaux sous juridictions togolaises. Notons que les travaux de la rencontre ont été ouverts par Zouréhatou TCHA-KONDO, Ministre des infrastructures et des transports, en présence de Koffi Akpagana, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

 

Le Gabon à l’école du Togo en matière d’inclusion financière

Une séance de travail a réuni jeudi les délégations togolaise et gabonaise, en marge du 1er forum de la Conférence interafricaine de prévoyance sociale (CIPRES). Objectif du Gabon : en apprendre davantage sur le modèle togolais en matière d’inclusion financière. Plus précisément, sur le Fonds national de la finance inclusive (FNFI), mécanisme lancé par le Togo en 2014 pour accompagner les populations vulnérables par du micro-crédit.

Un fonds sous la tutelle de Mazamaesso Assih, secrétaire d’État à l’inclusion financière, qui était par ailleurs à la tête de la partie togolaise lors de la rencontre. « Nous avons été renseignés que le modèle togolais fonctionne mieux et nous avons jugé utile en marge de cette conférence de rencontrer les autorités togolaises pour nous faire état du fonctionnement de leur modèle », a expliqué Ndoutoume Ngome Jonathan, ministre gabonais délégué de la santé. Les membres de la délégation ont ainsi été « édifiés par des explications données ».

 

Le Ministre Gilbert Bawara prend les rênes du Conseil des ministres du CIPRES

La 27ème session ordinaire du Conseil des ministres de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance sociale (CIPRES) a pris fin ce vendredi 8 mars 2019 à Lomé. A l’issue de cette réunion, le Ministre togolais de la fonction publique, du travail, de la réforme administrative et de la protection sociale, Gilbert Bawara a été porté par ses pairs à la tête du Conseil des ministres de tutelle de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance sociale (CIPRES).

Il succède à   Samba SY, Ministre Sénégalais du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions. Le ministre Bawara a souhaité que les efforts consentis puissent avoir des impacts positifs sur la prise en charge des besoins des acteurs du monde du travail en matière de protection sociale. Il faut dire que cette session du Conseil des ministres fait suite au 1er forum international organisé mardi dernier à Lomé par le CIPRES.

Un forum axé sur la problématique de « l’accès des populations aux services de santé et aux soins essentiels de bonne qualité et à moindres coûts ». Rappelons que la CIPRES a été créée en septembre 1993 à Abidjan en Côte d’ivoire. L’organisation fait la promotion de la prévoyance au sein des Etats membres et apporte une assistance à chaque pays. Lomé, la capitale togolaise abrite le siège de la CIPRES depuis février 2016.

 

 Le gouvernement lance le dispositif « SOFIE » pour assurer aux populations en zone rurale un approvisionnement continu en eau potable

Le dispositif de Suivi des ouvrages de forages et des indicateurs pour l’eau (SOFIE) a été officiellement lancé le vendredi 8 mars 2019 à Wahala (120km au nord de Lomé) par les Ministres en charge de l’eau et de l’économie numérique, Antoine Lekpa Gbegbeni et Cina Lawson. Ce dispositif basé sur le téléphone mobile est destiné à assurer aux populations un approvisionnement continu et permanent en eau potable grâce à un suivi constant et une réparation immédiate des points d’eau. Le projet, piloté conjointement par les deux départements ministériels s’inscrit dans la volonté du gouvernement d’offrir de meilleures conditions de vie aux populations à la base.

Le service vise concrètement, à permettre aux populations de signaler rapidement les pannes sur les forages publics, de suivre, d’accélérer les réparations, et d’apprécier l’efficacité des intervenants. Pour se faire, il suffit de composer le 1020, gratuit sur les deux réseaux mobiles pour accéder au serveur vocal « SOFIE » et bénéficier de ses services.

La phase pilote du projet « SOFIE », entamée en 2018, a permis de connecter 2406 forages répartis dans 114 cantons à travers tout le pays. Selon Lekpa Gbegbeni, la prochaine étape consistera à « poursuivre la généralisation de SOFIE à l’ensemble des 9460 forages publics du Togo et former les différents acteurs pour un meilleur suivi des ouvrages ». La ministre en charge du numérique et des innovations technologiques a indiqué que ce nouveau dispositif est une composante à part entière de la politique d’inclusion des populations, au même titre que les projets Cizo, AgriPme ou encore Eco-Ccp.

 

444 VEC ont officiellement prêté serment

Le Programme de Volontariat d’engagement citoyen (VEC) a accueilli 444 nouveaux membres. La 5ème vague de ce programme a officiellement prêté serment et a été renvoyée à sa mission vendredi au cours d’une cérémonie présidée par la ministre en charge de l’emploi des jeunes, Victoire Tomégah-Dogbé.  Les 444 volontaires, parmi lesquels 30 seniors, seront déployés sur le terrain à partir d’avril, pour 06 mois de mission.

Leur travail consistera à assainir et à restaurer l’environnement dans les milieux où ils seront mobilisés. Les volontaires seront aussi chargés de mener un travail de sensibilisation auprès des ménages. En outre, ils bénéficieront de formations sur des modules précis devant les amener à créer des activités génératrices de revenus. La ministre Dogbé a, durant la cérémonie, remis à 295 anciens volontaires des kits d’installation, d’un coût global évalué à 48 millions FCFA. A noter que depuis le début du programme, 10 894 VEC ont été mobilisés dans 24 villes et localités sur l’ensemble du territoire.

 

Le Chef de l’Etat va promouvoir le PND auprès des investisseurs Émiratis

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé se trouve depuis ce dimanche 10 mars 2019 à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis dans le cadre d’une visite de travail destiné à mobiliser les investisseurs de ce pays au tour du Plan nationalement de développement (PND) lancé en début de semaine dernière à Lomé.

De nombreux échanges sont prévus au menu de l’agenda présidentiel, notamment avec le Prince héritier d’Abu Dhabi et le Premier ministre des Emirats. Il sera question de coopération, création d’emplois pour la jeunesse ou encore d’énergie avec la promotion des énergies renouvelables, essentiellement le solaire. De nombreux contrats s’inscrivant dans la réalisation de cet ambitieux référentiel de développement du gouvernement, devraient être également signés.

Egalement, dans la perspective de l’axe 1 du PND qui vise à faire du Togo un hub logistique et un centre d’affaires de premier ordre, Faure Gnassingbé effectuera une visite sur les sites de la Zone industrielle et du centre financier international d’Abu Dhabi. Rappelons qu’en début de mois, à l’occasion de la conférence ministérielle des pays islamiques tenue dans la capitale émiratie, le PND avait reçu un fort intérêt et le soutien d’Abu Dhabi.

 

Le Président Faure Gnassingbé a exprimé ses condoléances aux familles des victimes du crash de l’avion d’Ethiopian Airlines

Ce dimanche un avion de la compagnie Ethiopian Airlines s’est écrasé quelques heures après son décollage de l’aéroport d’Addis-Abeba en destination de Nairobi au Kenyan. Après avoir appris la triste nouvelle, le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé a adressé les condoléances du peuple et du gouvernement togolais au Premier Ministre de l’Ethiopie, Abiy Ahmed et au Président kenyan, Uhuru Kenyatta.

« C’est avec consternation que j’ai appris la terrible nouvelle de l’accident », a indiqué le Chef de l’Etat dans son message aux deux dirigeants. Et de poursuivre : « Dans ce moment particulièrement douloureux, le peuple togolais se tient aux côtés de ses frères éthiopien et kenyan et leur assure de son entière solidarité et de sa compassion ». Le Chef de l’Etat n’a pas manqué d’adresser ses condoléances à la famille du compatriote qui figure parmi les victimes de ce drame, « Puisse la famille de notre compatriote, Dr Glato Kodjo, qui a perdu la vie dans ce tragique accident, trouver ici, l’expression du soutien de la nation tout en entière » a Faure Gnassingbé. Ethiopian Airlines est l’un des principaux partenaires de l’aviation civile togolaise avec notamment une desserte journalière assurée à partir de l’Aéroport international de Lomé.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur