Togo/ Présidentielle 2020 : les enjeux de la candidature de Faure Gnassingbé

0 1 646

“J’ai été informé du souhait des militants de me voir porter encore les couleurs de notre parti à l’élection présidentielle, j’ai remercié et, en toute humilité, j’ai accepté”. Ce n’est plus un doute. Faure Gnassingbé est effectivement candidat à la présidentielle de 2020. Mais, bien que contestée à tort par une certaine partie du landerneau politique, cette candidature découle des réformes politiques et institutionnelles ayant conduit à l’adoption d’un nouveau texte constitutionnel le 08 mai dernier. Sauf qu’elle s’inscrit dans l’habilitation démocratique enregistrer par le Togo suite au dialogue inter-togolais.

Hier, d’un régime illimité pour le mandat du Président de la République, le Togo a consacré la limitation du nombre de mandats, le mode de scrutin à deux tours et bien d’autres. Ôté du principe de rétroactivité, Faure Essozmina Gnassingbé est légalement et légitimement candidat comme tous ses adversaires. Ainsi se présente désormais le nouveau Togo : inclusif, démocratique, aseptisé, ouvert, consensuel, et quand cela ne suffit pas, il jouit d’un contexte apaisé, une stabilité institutionnelle et une paix notable. C’est dans ce contexte que l’investiture de Faure Gnassingbé, en tant que candidat du parti Unir à la présidentielle, est effective depuis mardi dernier.

D’alternance ou d’ouverture du jeu politique. Alors, moins tendu comme la veille de la présidentielle 2015 et définitivement le dos tourné au caractère sinistre d’un passé désormais lointain. La paix précède ce nouveau round électoral. La candidature n’est alors pas la finalité et le rendez-vous du 22 février prochain sera une occasion de renforcement de la démocratie. Surtout que même l’audit du fichier électoral souhaité par l’opposition a été réalisé. Mais aussi des acquis enregistrés par le pays sur le plan économique. Face à ses adversaires et une opposition divisée, le Chef de l’État aura l’avantage de mettre en avant son bilan dès que s’ouvrira le 06 février la campagne électorale.

Faure Gnassingbé mettra en avant les performances et les indicateurs économiques qui ont valu à son pays des bonds qualitatifs aussi bien au plan international et national. Alors, il s’agira pour le Chef de l’Etat d’incarner un Togo qui avance et qui se développe. Porté par un taux de croissance de 5 % depuis cinq ans, le pays bouge : nouvelles routes, nouveau port, nouvel aéroport, amélioration sensible du climat des affaires (le Togo fait partie des 3 économies au monde qui ont le plus réformé la réglementation des affaires, selon “Doing Business“) et progrès sociaux incontestables. Les finances publiques sont assainies avec rigueur et le taux de désendettement dans une courbe qui ne cesse de baisser.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur