Togo : Place aux réformes

0 780

Les choses vont vite et très vite même du côté de l’Assemblée nationale du Togo. Seulement quarante huit (48) heures après la composition et la mise en place des commissions, la première séance de la conférence des présidents s’est déjà réunie ce mercredi 17 avril 2019 et décider de l’affectation de plusieurs dossiers et projets de lois aux commissions compétentes. Au nombre des projets de lois affectés, figure en bonne place le projet de loi relatif aux réformes constitutionnelles introduit par le Gouvernement en novembre 2018 conformément à la feuille de route adoptée par la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement le 31 juillet 2018 à l’issue d’une session ordinaire.

Lire aussi : Togo / Assemblée nationale: Les commissions permanentes sont installées

Principal défi dressé devant la sixième législature que préside Madame Yawa Djigbodi Tségan, l’examen de ce projet de loi porte particulièrement à cœur l’ensemble des composantes de la population togolaise qui le perçoivent comme la solution durable aux crises politiques successives auquel le pays est en proie depuis tant d’années.

Togo-installation-des-bureaux-de-commission-de-la-6è-législature

L’heure a donc sonné et à en croire le député Gerry Taama connu pour sa position critique vis-à-vis du pouvoir, l’ensemble des députés de la sixième législature affiche une détermination à privilégier l’intérêt général à leurs intérêts particuliers. Dans un message qu’il a publié sur sa page facebook comme il en a pris l’habitude, il fait en le témoignage en ces termes « (…)De toutes les discussions que j’ai eues avec l’ensemble des députés présents dans cette assemblée, l’intérêt national semble être le moteur de leur action » avant de mettre un bémol, « nous ne pouvons pas vous promettre que vos amendements passeront forcément, mais nous les soumettrons si nous les trouvons pertinents ».

togo-réformes-assemblée
togo-réformes-assemblée

Ce sera déjà un pas, un très grand pas en l’honneur de la sixième législature que ce projet de réformes constitutionnelles soit, dans une démarche inclusive, examiné et convenu en vue d’une restauration durable du climat de paix et de confiance entre les forces politiques d’une part et entre les gouvernants et leur peuple, de l’autre.

Entre autres avancées, le projet de révision constitutionnelle dont l’examen par la commission des lois démarre le mardi 23 avril 2019, prévoit l’institution d’un mode de scrutin à deux tours, la limitation du mandat du Président de la République à deux entre autres.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur