Togo : Les trois priorités de l’opposition parlementaire

0 142

Au Togo, les députés du groupe parlementaire de l’opposition NET-PDP ont trois priorités. Ils l’ont fait savoir le vendredi 25 janvier dernier à la suite de la déclaration de politique générale  du gouvernement du premier ministre Sélom Komi Klassou . Et c’était par la voix du député Gerry Taama.

« Pour le groupe parlementaire NET-PDP, la première priorité concerne les réformes constitutionnelles. La commission des lois de la législature précédente a adopté un texte suffisamment audacieux, allant dans le sens des recommandations de la CEDEAO. Nous devons en urgence (quand je dis urgence, je parle en terme de jours, monsieur le premier ministre) rouvrir le dossier, ici à l’assemblée nationale, l’enrichir au besoin, et l’adopter dans les délais les plus courts. Le peuple togolais est fatigué d’attendre depuis 2006 et la signature de l’APG, la concrétisation de ces réformes constitutionnelles », a signifié l’opposant. Il reconnait que c’est une compétence des députés et espère que ses collègues de la majorité ont la même conviction de cette urgence.

« La seconde priorité concerne les élections locales au Togo, au plus tard au mois d’avril car il faut aller vite, comme vous savez le faire, monsieur le Premier ministre. Dans des Etats modernes comme le nôtre, aucun développement harmonieux du pays n’est possible sans une décentralisation maîtrisée, seule capable de mobiliser et de sublimer les forces endogènes, pour les réalisations des Objectifs du Développement Durable », poursuit le président du groupe parlementaire NET-PDP.

Et il conclut par la troisième priorité : « La dernière priorité (je suis obligé de faire court) est la redevabilité politique au Togo. La redevabilité se définissant comme l’obligation de rendre compte de l’exercice de votre autorité, de l’autorité de tout le gouvernement ». Par cette priorité, l’opposition incite le premier ministre et ses collègues à faire de la reddition de compte un devoir.

Il a aussi appelé le premier ministre Sélom Komi Klassou à faire de son gouvernement une équipe d’action et non de discours et de bureaucratie : « Qu’il y ait moins d’atelier de validation et plus de constructions de centre de santé, d’écoles, d’usines de transformations des produits agro-alimentaires, que l’assurance maladie devienne rapidement une réalité pour tous les Togolais ».

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur