Togo : Les principaux faits ayant marqué l’actualité du 3 au 9 décembre 2018

0 751

La pose de la première pierre pour la construction du Carrier hotel, l’ouverture de la campagne électorale pour les élections législatives du 20 décembre, la célébration à Atakpamé de la journée internationale des volontaires, le Conseil des ministres….Tels sont les sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève au Togo. 

 

Faure Gnassingbé a posé la première pierre du Carrier Hotel à Lomé

 

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé a procédé lundi 03 décembre 2018 à la pose de la première pierre du Carrier Hotel à Lomé. Établie sur une superficie d’un hectare, l’infrastructure qui sortira de terre dans 15 mois constituera une véritable opportunité pour le pays afin d’améliorer considérablement le quotidien des Togolais grâce à l’hébergement de contenus locaux, qui seront accessibles de manière quasi instantanée.

Elle permettra également de démocratiser l’accès aux services technologiques aux PME et PMI nationales qui n’ont pas assez de moyens pour investir dans l’acquisition et la maintenance de data centers performants qui coûtent souvent chers. Enfin cette architecture fournira une connexion de très haut débit et de très haute disponibilité à internet ainsi que des services mutualisés à des opérateurs en colocation. L’ouvrage est financé par la Banque mondiale à hauteur de 12 milliards FCFA dans le cadre projet régional ouest-Africain de développement des infrastructures de communication (WARCIP) et sera réalisé par la CFAO technologies.

 

Faure Gnassingbé pose la première pierre du Carrier Hotel à Lomé

 

Selon la ministre Cina Lawson, « les choix technologiques sur lesquels repose le Carrier Hotel en terme de normes de fiabilité, de sécurité et de qualité, en font l’un des plus performants en Afrique de l’Ouest ». Et d’ajouter : « il offrira une garantie aux futurs clients Entreprises qui souhaitent héberger leurs données critiques dans un environnement sécurisé, avec des solutions de dernière génération en matière d’équipement de data center ».

Le carrier hôtel sera composé d’un bâtiment technique comprenant des salles d’hébergement de serveurs informatiques dont 400 m2 pour le privé et 100 m2 pour le gouvernement, un système de refroidissement, un dispositif électrique sécurisé couplant des groupes électrogènes de l’énergie fournie par la CEET et un atelier d’énergie solaire, ainsi qu’un bâtiment administratif.  Les travaux sont prévus pour démarrer en janvier 2019.

 

Une semaine d’activisme en faveur des droits de l’homme au Togo

 

Le secrétariat d’Etat, auprès du ministre de la justice et des institutions de la République, chargée des Droits de l’Homme, a procédé lundi 3 décembre 2018 à Lomé, au lancement d’une semaine d’activités en faveur de la promotion des Droits de l’homme au Togo. La campagne de promotion et de sensibilisation est soutenue par le système des Nations Unies et les organisations de défense des Droits de l’Homme.

Elle s’inscrit dans le cadre de la célébration, le 10 décembre prochain, des 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) et des 20 ans de la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme. Cette semaine d’activisme qui va se dérouler du 03 au 10 décembre, sera marquée sur tout le territoire national par des activités de plaidoyer, de consultations juridiques gratuites, de visites aux détenus, émissions radiophoniques, journées portes ouvertes, entre autres.

Le secrétaire d’Etat, Nakpa Polo a également annoncé une séance de sensibilisation avec les élèves des lycées de la ville de Kpalimé, autour du thème : « Les droits de l’homme et les valeurs de paix, de tolérance, d’égalité et de non-discrimination ». « Il est important que l’école soit le lieu par excellence où l’on amène les élèves à se connaître d’abord, à s’apprécier et à comprendre ces valeurs universelles », a déclaré Nakpa Polo.

De son côté, le coordonnateur du système des Nations Unies au Togo, Damien Mama, a félicité le gouvernement et les différentes organisations pour leurs actions en faveur de la promotion des droits humains dans le pays. Il a dans ce sens, réitéré l’engagement de son institution à accompagner le Togo dans la promotion et la protection de ces droits.

 

La psychopathologie dans l’espace francophone au centre d’un congrès à Lomé

 

« La francophonie face à la mondialisation : famille et psychopathologie dans l’espace francophone ». C’est sur ce thème que s’est ouvert mardi 4 décembre 2018 à l’auditorium de l’Université de Lomé, le 12ème congrès International de Psy Cause et le 2ème congrès de la Société Togolaise de santé mentale. Ils étaient plus d’une centaine de professionnels de la santé mentale venus des universités d’Afrique, d’Europe et d’Amérique à prendre part à ce rendez-vous scientifique et culturel dont les travaux ont été présidés par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Togo, le professeur Octave Nicoué Broohm.

Les participants ont au cours de la rencontre, étudié des enjeux de la mondialisation et de la francophonie à travers la famille et la psychopathologie. Ils ont aussi échangé sur l’impact des différentes cultures, sur les problèmes de santé mentale dans l’espace francophone et confronté leurs compétences et expériences sur la thématique inscrite pour le congrès. Des sujets relatifs à la prévention et gestion des bouleversements familiaux au sein de la société ont été également abordés.

 

Début de la campagne électorale pour les élections du 20 décembre

 

Mardi, la campagne électorale en vue des élections législatives du 20 décembre 2018 a démarré sur toute l’étendue du territoire national. UNIR a organisé au premier jour un meeting à Agoé (banlieue nord de la capitale) tandis que dans la préfecture de la Kozah (nord) Tchitchao Tchalim et Bernadette Legzim-Balouki se sont rendus à Djamdè, Atchangbadè et Sarakawa à la rencontre des électeurs. Ils sont au total 850 candidats à battre campagne dans les 30 circonscriptions électorales. Les candidats ont 15 jours pour convaincre les électeurs.

 

lancement de campagne par le parti UNIR

 

Le président de la CENI, le Prof. Kodjona Kadanga a dans un message, appelé à l’engagement politique et citoyen des candidats et des électeurs en vue du raffermissement de la démocratie et du triomphe du vivre ensemble dans la paix et l’harmonie. Il a, en outre exprimé sa gratitude au gouvernement pour les dispositions prises en vue de garantir la libre circulation des candidats à l’élection dans leurs différentes circonscriptions électorales sur l’ensemble du territoire et salué l’accompagnement de la Commission de la CEDEAO dans le but de contribuer à la transparence du processus électoral en cours. Notons que la campagne se déroule sans la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise, qui a opté pour le boycott de l’ensemble du processus électoral.

Lire aussi : https://autogo.tg/elections-legislatives-au-togo-et-la-campagne-demarre/

 

La C14 est interdite de manifester durant la campagne électorale

 

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a annoncé au cours d’une conférence de presse tenue mercredi 5 décembre à Lomé, qu’elle a l’intention d’empêcher les élections législatives du 20 décembre prochain. L’information a été également portée à la connaissance des autorités au travers d’un courrier adressé au Ministre de l’Administration territoriale. Pour parvenir à ses fins, la coalition entend organiser à Lomé et en région, plusieurs jours de manifestations qui auront lieu du 6 au 18 décembre 2018. Face à l’attitude de la C14, le gouvernement n’a pas tardé de réagir.

Dans un communiqué rendu public le même jour et en réponse au leader de ce regroupement, le Ministre de l’Administration territoriale et de la Collectivité territoriale, Payadowa Boukpéssi, a interdit à la coalition, toute activité politique sur l’ensemble du territoire national au cours de la période électorale. « Faisant suite à votre lettre du 05 décembre 2018, je vous fais part de ce qui suit : Vous avez publiquement indiqué à plusieurs reprises, votre volonté d’empêcher par tous les moyens la tenue des élections législatives du 20 décembre 2018 telles que décidées par la CEDEAO.

Ces déclarations publiques ont été confirmées par le fait que votre coalition n’a pas présenté de listes pour le scrutin du 20 décembre 2018. Dans ces conditions, vous ne pouvez pas prendre part à la campagne électorale pour les élections du 20 décembre 2018 », a laissé entendre le Ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi dans un courrier adressé à la coalition.

Le ministre Boupkéssi a motivé sa décision par l’existence d’un risque très élevé de troubles à l’ordre public si la Coalition venait à manifester pendant le temps de la campagne électorale. « Le risque que vos caravanes et cortèges se heurtent à ceux des partis engagés dans la campagne électorale demeure par conséquent fort probable.

Ce qui conduirait à un risque très élevé de troubles grave à l’ordre public », a insisté le ministre Boukpéssi rejetant du coup la demande de manifestation de la coalition en application selon lui de l’article 16 de la loi n° 2011-010 du 16 mai 2011. Et comme pour donner raison au gouvernement, des accrochages entre forces de l’ordre et militants de la C14 se sont produits le 8 décembre à Lomé et dans quelques villes de l’intérieur du pays. Deux personnes ont été tuées le même jour à Lomé. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du drame et les auteurs de ces actes.

Lire aussi : https://autogo.tg/politique-la-c14-signe-son-agonie-en-initiant-une-journee-togo-mort/

Le Togo a célébré la 18ème journée internationale du volontariat

 

Le Togo a célébré ce mercredi 5 décembre la 18ème Journée internationale des volontaires. Les manifestations ont eu lieu à Atakpamé (chef-lieu de la Région des Plateaux). Elles ont été présidées par le ministre du développement à la base et de l’emploi des jeunes,Victoire Tomégah-Dogbé en présence de Cristina Martins-Barreira , cheffe de la délégation de l’UE au Togo.

La commémoration, placée sous le thème « les volontaires construisent des communautés résilientes », a été marquée au Togo par des activités de sensibilisation et d’informations sur les différents volets du volontariat national. Une foire-exposition des acteurs du volontariat au Togo, des causeries-débats sur la thématique retenue pour cette année, ainsi qu’une opération de salubrité publique a également ponctué la célébration à Atakpamé.

L’apothéose de la manifestation a été la remise de prix aux meilleurs volontaires de l’année 2018 par l’Agence nationale du volontariat au Togo (ANVT). Ils sont au total 8 volontaires, 5 hommes et 3 femmes à être récompensés.

Notons que la Journée Internationale du Volontariat (JIV) est célébrée le 05 décembre de chaque année pour rendre hommage aux volontaires qui travaillent pour implémenter entre autres les nouveaux objectifs de développement durable. Selon l’ANVT, de 2011 à 2018, le Togo compte près de 20 000 volontaires répartis sur quatre (4) programmes à savoir les Volontaires Nationaux de Compétences, les Volontaires Internationaux de Réciprocité, les Volontaires d’engagement citoyen, et les Volontaires Seniors.

 

Doufelgou aura désormais 3 communes

 

Le Conseil des ministres s’est réuni jeudi 6 décembre 2018 au Palais de la Marina sous la présidence de son excellence Monsieur Faure E. Gnassingbé. Plusieurs décisions ont été prises. On notera parmi elles, l’adoption d’un projet de loi portant modification de la loi n°2017-008 du 29 juin 2017 relative à la création des communes au Togo. En effet explique le Conseil, cette Loi qui a permis de créer les 116 communes actuelles, en application des dispositions constitutionnelles, avait prévu la communalisation intégrale du pays. Ainsi, la création des communes en vertu de cette Loi, reposait sur le critère principal selon lequel chaque préfecture devrait avoir au moins 2 communes.

 

 

Mais en tenant compte de l’éloignement entre certaines communes, du relief, des aspects sociologiques et économiques, certaines préfectures ont pu voir le nombre de leurs communes augmenter à 3 ou 4, voire au-delà, tel que Agoè -Nyivé qui en a 6 et Golfe 7. « Au regard des critères ci-dessus énoncés, la préfecture de Doufelgou devrait bénéficier du relèvement du nombre de ses communes », a souligné le Conseil.

Autres décisions du Conseil, l’annonce de l’organisation d’un recensement général de la population et de l’habitat au Togo.  L’objectif de ce recensement explique le gouvernement est de procéder à un comptage exhaustif de la population, à un inventaire des conditions d’habitation et de déterminer les caractéristiques de la population afin d’établir un fichier village et communal actualisés. « Les données statistiques issues de l’opération permettront la mise en œuvre efficace des ODD, du PND, de l’agenda 2063 de l’UA et du processus de décentralisation », a précisé le communiqué.

Notons enfin, que le gouvernement a donné son feu vert pour l’entrée des partenaires privés dans le capital de la Holding TogoCom, fusion des sociétés Togocellulaire et Togotélécom. Pour le gouvernement, « cette opération accélérera le développement et les investissements dans le secteur des télécommunications, offrant ainsi une meilleure qualité de service et des prix compétitifs, au bénéfice des populations et des entreprises, tout en soutenant la stratégie de développement du Pays ». Le partenaire stratégique sélectionné au terme d’un appel d’offres international devrait être connu fin mars 2019, indique le Conseil des ministres.

 

Le Parlement adopte 3 projets de loi

 

L’Assemblée nationale a adopté jeudi, 3 nouveaux projets de loi relatif à la création des tribunaux de commerce, à la ratification de la loi portant création de la ZLEC et sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité. C’était au cours de la 8ème séance plénière de la 2ème session ordinaire de l’année 2018. Une session présidée par SEM Dama Dramani, président de l’Assemblée nationale. Le premier texte adopté institue les juridictions commerciales en République togolaise.

C’est un texte novateur, en ce qu’il prescrit la tentative de conciliation et oblige le juge à informer les parties litigantes de leur possibilité de recourir à des modes alternatifs de règlement du litige que sont la médiation et l’arbitrage. Cette mesure s’inscrit dans la lignée des efforts d’amélioration de l’environnement togolais des affaires. Elle permettra en outre, une meilleure gestion de l’exécution des contrats commerciaux, un indicateur clé du classement Doing business.

Le second projet de loi voté par les députés, autorise le gouvernement à ratifier l’accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine et de ses protocoles sur le commerce des marchandises, le commerce des services et sur les règles et procédures relatives au règlement des différends, adoptés à Kigali au Rwanda, le 21 mars 2018. « Cette ratification permettra au Togo de profiter des opportunités qu’offre cette vaste zone commerciale en matière d’investissements et de libéralisation du commerce » a déclaré à l’issue du vote, le ministre du Commerce et du secteur privé, Bernadette Legzim-Balouki. Le Togo devient ainsi le 13ème Etat à ratifier l’accord.

Enfin, les députés ont adopté le projet de loi relatif à la cyber-sécurité et la lutte contre la cybercriminalité au Togo. Le texte vise à doter le Togo, d’un arsenal juridique et institutionnel adéquat, à même de lui permettre d’assurer une prise en charge efficace de la question de la cyber-sécurité. Le nouvel outil législatif balise la voie à la création d’une agence nationale de la cyber-sécurité. Cette structure aura entre autres prérogatives, de veiller à l’application effective des orientations et des mesures stratégiques et juridiques en la matière. Il est également envisagé, la mise en place d’un fonds de souveraineté numérique, lequel sera destiné principalement au soutien à la cyber-sécurité et à la lutte contre la cybercriminalité.

 

Faure Gnassingbé satisfait des premiers résultats du MIFA

 

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu vendredi 7 décembre à Kovié, dans la préfecture du Zio. Le déplacement du président de la République dans cette localité s’inscrit dans le cadre du bilan de la phase pilote de la mise en œuvre du Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (MIFA). C’est dans la vallée rizicole de Kovié, 30 km au nord-est de Lomé(Togo) que les premiers résultats du MIFA ont été présentés au président Faure Gnassingbé, qui s’est montré visiblement satisfait. Faure Gnassingbé a visité les périmètres rizicoles de Kovié et a remis des équipements rizicoles aux riziculteurs, bénéficiaires du mécanisme.

 

Bilan de la phase pilote du MIFA à Kovié

 

Ces derniers n’ont pas manqué de remercier le Chef de l’Etat pour ses actions en faveur du monde agricole. Lancé officiellement le 25 juin dernier par le Président Faure Gnassingbé, le MIFA, fondé sur le partage de risques, a déjà accompagné, après 03 mois d’activités, plus de 3500 agriculteurs sur les 7 sites ciblés pour sa phase pilote. Pour les trois derniers mois de sa phase pilote, le MIFA entend accélérer la mise sur pied d’une compagnie d’assurance agricole, proposant une couverture pour 6000 producteurs. L’institution envisage également d’enrôler 3000 agriculteurs supplémentaires et de renforcer les capacités de tous les acteurs de la chaîne de valeur agricole.

 

Bilan de la phase pilote du MIFA à Kovié

 

Voir aussi la vidéo de l’intervention du Chef de l’Etat à Kovié https://www.youtube.com/watch?v=KkwoxpIVwWc

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur