Togo : Les plus beaux investissements en termes d’infrastructures de transport

0 1 683

Le Togo a bien changé. Au fil de ces dernières années, les infrastructures de transport ont connu une courbe très ascendante. De grands axes aux voies urbaines en passant par celles express, le pays a enregistré, du nord au sud, les plus importants investissements en termes d’infrastructures routières. 

Sur l’ensemble des 5 régions économiques du pays, environ 1356 km de route et 26 grands ouvrages ont été construits pour une valeur de 1222 076 321 841 F CFA. Au-delà de la modernisation de la capitale et d’autres villes, les localités les plus reculées ont pris corps en termes d’aménagement par la réhabilitation ou l’entretien de 6 653 km de pistes rurales pour un montant global de 91 112 947 700 F CFA. Dans le même temps, 9 775 km de routes nationales et urbaines ont été entretenues ainsi que 463 ouvrages de drainage et d’art mineur (ODAM) pour un montant de 77 599 046 561 F CFA.

Un chantier réussi dont l’impact fut très stratégique pour l’économie togolaise est en vérité l’actualisation du plan directeur et la réhabilitation des ouvrages marins, des infrastructures, des équipements, de l’approvisionnement et de la distribution de l’eau potable au Port Autonome de Lomé (PAL) pour un montant de 11 992 268 419 F CFA. En plus de tout, il y a eu la construction du 3e quai d’un coût de 300 milliards de F CFA, et d’un quai de transbordement. Tout cela a permis d’accroître le volume de son trafic et de se positionner comme l’un des plus importants ports de la sous-région. Ainsi, le tonnage conteneurisé est passé de 2 309 683 en 2005 à 18 320 953 en 2018.

En ce qui concerne le transport aéroportuaire, en plus de la nouvelle aérogare d’une capacité d’environ 2.000.000 de passagers, l’aéroport international de Niamtougou a été mis aux normes de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour une bagatelle de de 2 084 526 706 F CFA. La modernisation et l’extension des installations aéroportuaires ont été bénéfiques pour l’économie du pays. 

Le trafic passager et le fret sont en augmentation. En plus de nouvelles compagnies qui s’intéressent à notre pays comme destination. Ainsi, le trafic passager est passé de 220 000 en 2005 à 809 044 de passagers en 2018. Quant au fret, il est passé de 9 790 tonnes en 2005 à 135.000 tonnes en 2018.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur