Togo : les faits qui ont marqué l’actualité du 31 décembre au 6 Janvier

Une Semaine Au Togo

3

La proclamation des résultats définitifs des législatives du 20 décembre 2018 par la Cour constitutionnelle, la célébration du passage à la nouvelle année 2019 et la démission du gouvernement Komi Klassou…Tels sont là, les sujets qui ont fait la Une de l’actualité sur le plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

La Cour Constitutionnelle a rendu son verdict sur les législatives du 20 décembre

La Cour Constitutionnelle a proclamé lundi 31 décembre 2018, les résultats définitifs des élections législatives du 20 décembre dernier. La principale information est l’augmentation du nombre de sièges de l’UFC (Union des forces du changement), qui compte désormais 07 sièges au lieu des 06 proclamés par la CENI. Le nouveau principal parti de l’opposition parlementaire avait en effet introduit un recours dans la circonscription de Vo, requête jugée recevable par la juridiction suprême.

 

Le Président de la Cour constitutionnelle, M. Aboudou Assouma.

 

Le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), perd donc 01 siège et obtient finalement 02 sièges. L’Union pour la République (UNIR) conserve ses 59 sièges, le NET (03 sièges), le PDP (01) et le MRC (01). Les indépendants gardent également les 18 sièges restants : CRADD (03), Bâtir (02), Avé en marche (01), Duanényon (02), Allolédou Vo (02), ISOPE (02), Pour construire (02), Nouvelle vision (01), LIR (02) et Conscience patriotique (01).

Lire aussi : Togo : La Cour constitutionnelle fixe opposants et parti au pouvoir sur leur sort ce jour

La Cour Constitutionnelle a également publié les chiffres officiels de ces consultations électorales. Ainsi, 1.869.717 d’électeurs ont voté, sur 3.155.837 inscrits, soit un taux de participation de 59,25%. Les suffrages exprimés s’évaluent à 1.751.110 et 118.607 bulletins nuls ont été décomptés. Après la proclamation définitive de ces résultats, les nouveaux députés vont prendre fonction à partir du 08 janvier prochain pour le compte de la 6ème législature. La 5ème législature démarrée en août 2013 a pris donc fin le 28 décembre 2018.

 

Faure Gnassingbé a présenté ses vœux aux Togolais

Mardi 1er janvier 2019, les Togolais ont célébré le passage dans la nouvelle année. Messe, réjouissances populaires dans les différents quartiers ont meublé la fête du nouvel an. Le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a choisi les réseaux sociaux pour présenter ses vœux de nouvel an au peuple Togolais ainsi qu’aux amis du Togo.

« A tous nos compatriotes au Togo et ailleurs, ainsi qu’aux amis du Togo, je souhaite une bonne et heureuse année 2019…Puissent nos efforts conjugués se poursuivre en cette nouvelle année dans la sérénité et un mieux-être de nous tous », a écrit Faure Gnassingbé. Depuis plusieurs années, le chef de l’Etat a rompu avec l’habitude des discours convenus au soir du 31 décembre.

Il s’adresse à la nation début janvier pour définir les grands chantiers à mener ou à poursuivre. Notons que la journée du 2 janvier a été déclarée fériée par le gouvernement. Les activités dans les administrations publiques et privées ont repris normalement le mercredi 3 janvier.

 

Le gouvernement exprime son regret aux autorités Ghanéennes

Dans un communiqué publié le jeudi 03 janvier 2019, le gouvernement a apporté des précisions sur l’incident survenu 48h auparavant dans le village d’Amakou, en territoire ghanéen.  En effet, trois agents de sécurité togolais « pris dans les mailles de jeunes surexcités » de cette localité, ont été sauvés d’un lynchage par la police ghanéenne.

D’après le communiqué, les agents étaient en mission d’interpellation d’un présumé criminel dans le village de Dzogbé, à Badou, dans la Région des Plateaux. Du fait de la porosité des frontières et de l’absence de bornage, les forces de sécurité togolaises se sont malencontreusement introduites à Amakou, une localité située à quelques centaines de mètres de Dzogbé. La méprise a encore été plus accentuée du fait de la similarité entre les ethnies et les dialectes, de part et d’autre de cette frontière, indique également la note.

Le Togo a donc « exprimé ses regrets au gouvernement du Ghana » et l’a également rassuré que « toutes les dispositions seront prises afin que ce genre d’incident ne se répète plus ». Le gouvernement a enfin exprimé sa conviction dans le fait que « cette situation malencontreuse n’aura pas d’impacts sur les excellentes relations d’amitié, de fraternité et de bon voisinage qui ont toujours existé entre les deux pays et leurs peuples ».

 

Le Premier ministre Komi Klassou a rendu sa démission au Chef de l’Etat

Le Premier ministre togolais Komi Sélom Klassou a présenté vendredi 4 janvier sa démission au chef de l’Etat qui l’a accepté, a-t-on appris de sources officielles. Le Président de la République a saisi l’occasion pour se féliciter des efforts qui ont été déployés par le Premier ministre et les membres du gouvernement dans l’accomplissement de leurs missions.

 

Togo : le premier ministre présentant sa démission au chef de l’état
Togo : le premier ministre présentant sa démission au chef de l’état

 

Ces efforts se sont traduits par les progrès que le Togo a enregistré dans les domaines économique et social, a ajouté Faure Gnassingbé. En attendant la nomination d’un nouveau gouvernement, le Chef de l’Etat a chargé le Premier ministre sortant d’expédier les affaires courantes.

Komi Klassou avait été nommé à ce poste le vendredi 5 juin 2015 en remplacement d’Ahoomey-Zunu Séléagodji. La démission intervient au lendemain des législatives du 20 décembre. Le désormais ex-premier ministre a été élu député dans la circonscription de Haho.

 

Cas de fièvre hémorragique Lassa confirmé à Doufelgou

Dans un communiqué publié dans la soirée du vendredi 04 janvier 2018, le ministre de la santé, Moustafa Mijiyawa a annoncé qu’un cas de fièvre hémorragique à virus Lassa a été confirmé dans le district de Doufelgou, dans la Région de la Kara.

Lire aussi : Togo : Le ministère de la santé signale un cas de virus Lassa à Doufelgou

La personne atteinte est « un Togolais revenu du Nigéria où il résidait depuis plus d’un an ». Cette maladie, endémique et très contagieuse se transmet, soit directement par le malade, soit par contact avec les excréments des rongeurs.

Face à cette situation, le ministère de la santé a pris des mesures en organisant la prise en charge du cas détecté et en recherchant les personnes-contacts, en renforçant la surveillance épidémiologique et l’alerte précoce, ainsi que les mesures de prévention et de contrôle au niveau des frontières.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.