Togo : les chefs d’État de la CEDEAO suivent de près le processus électoral en cours

0 426

“Le processus électoral est suivi de près par les dirigeants des pays membres de la CEDEAO. Et ce n’est pas tout, les missions d’observation vont commencer à être déployées cette semaine, y compris celles de la CEDEAO et de l’Union africaine “. Ces propos du porte-parole du gouvernement togolais, le Ministre Gilbert Bawara démontrent à suffisance que la communauté internationale suit de près le processus électoral en cours et est résolument engagée à trouver une issue favorable à la situation politique actuelle.

Faisant fi des recommandations de la CEDEAO, qui s’est pleinement engagée dans la résolution de la crise togolaise, la coalition de 14 partis politiques de l’opposition ne cesse de distiller dans l’opinion publique des informations fausses faisant croire que l’instance communautaire s’inscrit en faux contre le processus électoral en cours. Ceci est d’ailleurs aberrant, quand on sait que depuis le début du processus électoral, des experts de la CEDEAO travaillent de concert avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

La rencontre des ministres devant préparer le prochain sommet des Chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO a fait couler beaucoup d’encre, car certains ont fait croire que c’était un sommet extraordinaire convoqué pour reporter le processus électoral en cours ou y mettre fin. Le parlement de la CEDEAO n’a d’ailleurs pas tardé à faire une mise au point pour clarifier sa position sur la situation politique au Togo.

Lire aussi : Le parlement de la CEDEAO dément les informations sur l’adoption d’une résolution sur la crise Togolaise

Au regard de l’engouement des partis politiques et des populations pour la campagne électorale qui se déroule sans heurts sous le regard vigilant de la Force de Sécurité des Elections (FOSE), il parait évident que le 20 décembre prochain les citoyens togolais iront exprimer leur choix dans les urnes. D’ailleurs le porte-parole du gouvernement, M. Gilbert Bawara l’a assuré: « le processus électoral est irréversible » et « le scrutin se tiendra bel et bien le 20 décembre ».

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur