Togo : l’ancien Palais de Lomé devient un centre d’art et de culture contemporaine en Afrique de l’Ouest

0 858

C’est comme à une sorte d’avant-première qu’a eu droit Jack Ma de passage à Lomé. En plus d’avoir admiré ses deux tours asymétriques, ses longs couloirs, son vaste patio, sa végétation, c’est depuis sa terrasse donnant sur l’océan que le milliardaire chinois s’est entretenu avec de jeunes leaders d’Afrique Francophone.

Entièrement rénové et restauré d’un abandon depuis plus de vingt ans, le Palais de Lomé, ancien Palais des Gouverneurs est transformé en un centre d’art et de culture contemporaine. Son inauguration est prévue vendredi prochain où il sera ouvert pour la première fois de son histoire au grand public.

Situé sur le front de mer, l’imposante bâtisse de 2000 m2 est un bijou d’architecture. Érigé entre 1898 et 1905 à la demande du gouverneur allemand August Köhler, il fut pendant longtemps la résidence des gouverneurs allemands. À l’indépendance, il a accueilli le siège de la présidence de la République jusqu’en 1976. De cette année jusqu’en 1991, il resta le Palais des Hôtes de marque de la République avant d’accueillir la primature. S’ouvrira au même lieu cette fois-ci, un centre d’art et de culture. Cela résulte de la volonté du chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, de permettre l’accès à ce lieu et de s’en approprier toute l’histoire dont il est chargé. L’objectif est de mettre en valeur le dynamisme de la production culturelle togolais et de proposer aux touristes non seulement un lieu de loisirs mais aussi une partie de la riche histoire du Togo. Et c’est une expérience unique en Afrique de l’Ouest.

Financé par l’Etat togolais et exécuté par des entreprises locales, ce complexe revêt plusieurs dimensions : rehausser la culture (artistique, culinaire, scientifique ou technique), être une sorte de laboratoire mémoriel, de lieu d’expérimentation et de préservation d’une richesse d’un site environnemental exceptionnel au cœur de la capitale. Avec cette verdure observable depuis le front de mer, c’est le développement touristique et économique du Togo qui est ainsi valorisé. Tel que prévu dans le Plan National de Développement (PND 2018-2022).

Le secteur du tourisme, c’est 4% du PIB à l’économie et à l’emploi. Cependant, il existe un potentiel de croissance. Alors, l’ambition du gouvernement est d’accroitre la part du tourisme dans la création de richesse de 4% du PIB en 2015 à 6,2% en 2022.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur