Togo : La mairie de Lomé explique les dénominations des rues ; de fausses plaques sur les réseaux sociaux

0 1 436

Les identités attribuées aux différentes rues de Lomé dans la procédure d’adressage ont un sens. Mieux, elles ont été choisies au terme d’un processus inclusif qui a connu la participation des anciens autochtones des quartiers et des autorités locales. C’est ce qu’a expliqué ce mardi 28 mai 2019 sur Kanal FM le directeur adjoint des services techniques de la Mairie.

Selon Bassimsouwé Edjam-Etchaki, le président de la délégation spéciale avait chargé les maires d’arrondissement de piloter cette opération en se tournant vers les chefs de quartiers, les CDQ, les leaders d’opinion, afin de former des commissions pour faire des propositions de noms. Et dans chaque quartier, ces noms doivent être expressifs et liés à un événement ou une histoire. Il ajoute qu’« après les propositions, la liste a été compilée et une commission plus élargie a été mise en place pour examiner les noms. Ainsi, la liste retenue a été adoptée par la municipalité ».

Lire aussi : Togo / Le développement local, l’autre voie de la décentralisation

Ces dénominations font référence donc à des faits proches ou lointains ou des personnalités qui ont marqué l’histoire des rues. Une manière d’immortaliser ces faits et personnalités. Et le cadre de la mairie donne des exemples : « La rue des crapauds, parce qu’il y avait une marre de crapauds, selon les populations ». Une particularité de ce quartier dans le passé. « Il y a également, la rue du Moulin. Les gens s’identifiaient par rapport à ce moulin qui était une référence dans le quartier », poursuit-il.

Tout en reconnaissant que des erreurs d’orthographe aient pu se glisser sur les plaques des 4000 rues de Lomé, Bassimsouwé Edjam-Etchaki révèle que certaines plaques qui figurent sur les réseaux sociaux n’existent pas. Elles sont le fait de la mauvaise foi de certaines personnes qui les ont fabriquées virtuellement.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur