Interview du Directeur général de l’Agence Togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables.

77

 

www.autogo.tg : Présentez-vous

Thièm BOLIDJA : Je suis Thièm BOLIDJA, Directeur général de l’Agence Togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables.

Vous avez pris une part active à la première réunion sur l’énergie solaire.

Qu’est- ce que le Togo peut attendre de cette rencontre qui vient de prendre fin ?

 Merci, c’est une très belle question. Le Togo peut attendre beaucoup de l’ASI. Les retombées pour nous vont du financement des projets jusqu’au transfert de la technologie et des compétences. Tout au long du sommet, cela a été martelé aussi bien dans les discours que dans les faits. La vision ou la feuille de route de l’ASI, c’est l’identification des projets, le financement et le renforcement des capacités et le Togo en a besoin.

L’identification des projets. Le Togo a t’il soumis des projets ? Certains ont-ils été retenus ?

 Oui nous avons soumis des projets et nous sommes très heureux d’apprendre hier à la clôture que l’un de nos projets a été retenu. Il s’agit d’un projet d’électrification rurale par kit solaire photovoltaïque pour un montant de 40.000.000 de dollars américains. L’implication du solaire aujourd’hui est très étendue car la technologie a atteint sa maturité et les applications vont de la simple lampe-torche jusqu’au domaine agricole donc nous continuerons par travailler dans ce sens et soumettre des projets bancables.

Des projets sont retenus dans quel domaine ? Et que disent ces projets ?

 Je disais tantôt que le projet retenu est un projet d’électrification rurale décentralisée comme nous l’appelons souvent par kit solaire photovoltaïque. Le financement de ce projet viendra appuyer l’initiative présidentielle dénommée CIZO en terme d’atteinte des objectifs car comme l’a si bien dit le Président hier, nous visons 300.000 ménages à l’horizon 2022. Il s’agira essentiellement de doter les ménages ruraux en kits individuels pour leur permettre d’avoir non seulement de l’éclairage mais aussi de pouvoir se doter d’une télévision, d’une radio et recharger les portables.

Avez-vous une idée du nombre des villages qui vont bénéficier de ce projet retenu ?

Oui il s’agit de 350 villages qui sont concernés par ce projet.

C’est à quand le démarrage ?

C’est une belle question. Entre les annonces et les travaux sur le terrain, il y a des étapes à franchir. Il y a d’abord l’approbation, la signature des conventions, les appels d’offres. Cela ne veut pas dire que nous arriverons demain à Lomé avec les kits solaires, (rires) y’a tout un travail à faire. Et cela peut prendre 06 mois et parfois un 01 an.

Est-ce que l’agriculture est touchée ?

Oui dans le projet que nous avons soumis, il y a des forages qui peuvent être utilisés pour l’irrigation mais ce n’est pas l’objectif du projet. L’objectif du projet reste l’électrification rurale. Les aspects irrigation ont été abordés dans les rencontres bilatérales (B2B) et dans ce sens nous avons des partenaires qui sont fortement intéressés par les projets agricoles. Je crois que dans les prochains jours, nous aurons des financements dans ce sens.

Combien de pays ont ratifié ou signé la convention de l’alliance ?

A cette date, 62 pays ont signé et 32 ont ratifié.

Le Togo se situe à quel niveau ?

Le Togo doit être le seizième à avoir signé et ratifié.

Merci.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.