Togo : Fin juillet, Lomé a abrité trois sommets de haut niveau

Retro 2O18

0 442

La capitale du Togo a été l’objet de toutes les attentions fin juillet. En deux jours seulement, Lomé a abrité trois sommets de grande importance. La 20ème Session Ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le sommet de la CEDEAO et le premier sommet entre la CEDEAO et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

C’est la 20ème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA qui a le bal de ces rencontres le 30 juillet. Les chefs d’Etat ont discuté de plusieurs sujets, notamment le Rapport sur l’état de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, la Note sur l’état de convergence dans les Etats membres de l’Union, ainsi que l’état de mise en œuvre des chantiers de Haut niveau : Initiative Régionale pour l’Energie Durable (IRED), la Paix et la sécurité, puis de la Sécurité alimentaire dans l’espace UEMOA.

 

Lire aussi : Les principales décisions des Chefs d’État et de gouvernement lors de la session de l’UEMOA à Lomé

 

Ce même 30 Juillet 2018 s’est tenu le premier sommet conjoint des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO et de la CEEAC. C’était inédit et très attendu. Et il s’est déroulé avec des résultats et des engagements qui comblent les attentes. Ce sommet a reçu des lauriers par le monde entier, notamment du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies. Dans une déclaration, M. António Guterres apprécie l’initiative prise par le présent Faure Gnassingbé et se dit satisfait de la Déclaration de Lomé dont le contenu démontre l’engagement des 26 pays de l’Afrique centrale et de l’ouest.

 

Lire aussi : Togo : Le sommet conjoint CEDEAO-CEEAC a démarré

 

Puis le 31 juillet, s’est déroulé le 53è sommet de la CEDEAO qui a consacré la fin du mandat du Président Faure Gnassingbé à la tête de la conférence. Ce sommet a été aussi l’occasion de faire le point du mandat du chef de l’Etat togolais, d’aborder les différentes crises dans la sous-région, la question de la monnaie unique et l’élection d’un nouveau président de l’institution. Par ailleurs, les dirigeants ouest-africains ont également planché sur la crise politique au Togo. Une feuille de route qui a abouti aux élections législatives de 20 décembre a été proposée aux acteurs politiques togolais.

 

 

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur