Togo/Elections municipales : Attentes et interrogations des électeurs

0 411

Dans soixante douze (72) heures, les électeurs togolais seront aux urnes pour le choix des membres de cent seize (116) conseils municipaux sur l’ensemble du territoire national. Les attentes et interrogations sur l’issue de ce scrutin, le premier du genre depuis celui qu’a organisé le Togo en 1987, semblent nombreuses et se rapportent toutes à l’espérance d’un mieux-être des communautés à la base.

Malgré leur joie pour la consécration de la décentralisation, donc du pouvoir à la base, les électeurs togolais restent très préoccupés par l’impact réel sur leurs conditions de vie et de travail.
« (…) Nous voulons un Agoè comme Paris » a lancé ce jeudi 27 juin 2019, un auditeur de Taxi FM, une radio privée émettant de Lomé, au cours d’un magazine interactif consacré justement à l’expression des attentes des électeurs en vue du scrutin du dimanche 30 juin 2019. Pour cet auditeur et pour la majorité de ses pairs qui sont intervenus par appel direct au téléphone dans l’émission ou par envoi de SMS, l’espérance d’une meilleure gouvernance en vue d’un cadre de vie plus attrayant au sein des communautés à la base semble largement partagée à la veille de cet historique scrutin.

Face à l’inquiétude de certains d’entre eux du risque de l’instauration d’actes de gabegie et de détournement, beaucoup ont assuré de ce que le fait que les futurs élus proviennent pour la plupart de leur voisinage est un gage de l’obligation qu’ils auront de bien se conduire pour éviter d’être envahis dans leurs domiciles par les populations victimes.

Mais en même temps, les électeurs sont réalistes des limites que pourraient avoir les futurs élus quant aux ressources que nécessitera leur action. A cet effet d’ailleurs, ils reprochent aux candidats de n’avoir pas ouvert ce débat du financement de leur programme au cours de la campagne électorale qui s’achève ce vendredi 28 juin 2019 à minuit. « Ils nous parlent de leur programme mais ne nous disent pas où ils trouveront l’argent pour sa mise en œuvre », a relevé un auditeur.

Au terme des lois sur la décentralisation en République Togolaise et des décrets qui organisent leur application, ce sont les recettes fiscales, les recettes des prestations de services des collectivités territoriales, les produits du patrimoine et des activités des collectivités territoriales, les taxes et redevances relatives aux services d’hygiène et de salubrité publique et aux pompes funèbres, les dotations et subventions de l’Etat puis les recettes diverses qui contribueront à financer l’action des conseils municipaux et des mairies au profit du développement de leur territoire respectif.

Suivant un arrêt rendu le 05 juin 2019 par la Cour suprême conformément à l’article 283 du code électoral en vigueur, 565 listes sur les 643 reçues par la CENI, sont retenues pour l’élection de 1527 conseillers municipaux sur l’ensemble du territoire national.

Lire aussi / Élections locales au Togo : Une opportunité pour les jeunes et les femmes

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur