Togo : Le dialogue inter-togolais reprend ce jour

0 550

Officiellement, c’est compte tenu de l’agenda diplomatique du facilitateur, Nana Akufo-Addo, président du Ghana que le dialogue inter-togolais était suspendu. Mais en réalité, ce sont les exigences difficiles à satisfaire et les positions tranchées de l’opposition qui avaient grippé les discussions à l’entame du dialogue.

Et pour rappel deux sujets avaient cristallisé les dissensions entre l’opposition et le pouvoir. Il s’agit dans un premier temps des mesures d’apaisement et du renforcement du climat de confiance. Et pourtant prises de bonne foi par le gouvernement. Il y a la question de l’implication de la mise en selle du retour à la Constitution de 92. Dans le texte, la phrase _en aucun cas, nul ne peut faire plus de deux mandats_  est mise en exergue. Elle empêche le président Faure Gnassingbé de se présenter en 2020, pour avoir fait déjà deux mandats. Une exclusion contraire au principe de la loi qui dispose avant tout pour l’avenir.

C’est dans cet esprit que doivent reprendre les travaux entrant dans le cadre du dialogue ce vendredi à Lomé. Le défi pour Nana Akufo-Addo, président du Ghana serait de concilier les positions et de faire prévaloir l’intérêt supérieur du peuple togolais. Il l’avait déjà rappelé lors de l’ouverture dudit dialogue : “Nous sommes venus ici pour assister à un dialogue qui va prendre en compte le peuple togolais et ses intérêts, pour un état démocratique, un état de droit, un état ouvert qui permet au peuple de s’exprimer librement et de choisir leur C’est un problème de notre génération en Afrique et c’est important que nous les dirigeants arrivions à résoudre les problèmes de nos États-Unis parce que c’est ça qui va permettre le progrès et le bien-être de nos populations”, a-t-il laissé entendre dans son discours.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur