Togo / 500 millions d’euros pour accroitre la compétitivité du Port de Lomé

Axe 1 du PND

0 1 336

Pour que son trafic augmente les prochaines années, le Port autonome de Lomé, se donne les moyens de ses ambitions, sinon reçoit le financement nécessaire. Le groupe Terminal Investment Limited (TIL), filiale du géant italo-suisse MSC (Mediterranean Shipping Company) s’engage à investir 500 millions d’euros sur les dix prochaines années. Objectif : porter la capacité de ce port à 4 millions de conteneurs par an et en faire une plateforme moderne et de référence dans la sous-région africaine.

Depuis son existence en 1967, le Port autonome de Lomé (PAL) bénéficie d’un des rares investissements censés favoriser une véritable poussée de sa croissance. Ce financement lui permettra d’être plus compétitif, plus moderne, et de pouvoir assurer la gestion de 4 millions de conteneurs par an. “Un demi-milliard d’euros a déjà été investi pour moderniser la plateforme avec une vision à long terme sur 20 ou 40 ans. Le port fonctionne très bien, notre productivité sur les quais progresse chaque année pour faire aujourd’hui de Lomé l’un de nos terminaux les plus performants”, a déclaré Ammar Kanaan, le nouveau directeur général de Terminal Investment Limited (TIL), la filiale du géant italo-suisse MSC (Mediterranean Shipping Company).

Une vision qui entre en ligne de compte du plan de développement d’infrastructures au Port Autonome de Lomé, lancé en 2011 par les autorités. En 2018, le groupe a traité 1,2 million de conteneurs, et rappelle que de nouveaux portiques ont été livrés récemment afin de passer à 400.000 mouvements de conteneurs supplémentaires chaque année. Cet investissement vise donc à accroitre par an, sinon de multiplier de sa capacité de stockage et de se positionner en tant que plateforme commerciale compétitive dans la sous-région, où, de Lagos à Abidjan en passant par Cotonou (voir carte), les ports rivalisent de plans de développement et de modernisation pour attirer dans leurs filets les compagnies maritimes.

Au Togo, Ammar Kanaan est également en charge de la gestion de Lomé Container Terminal (LCT), société qui s’occupe du développement d’un nouveau terminal de transbordements de conteneurs au port autonome de Lomé (PAL) et détenue à parts égales par Global Terminal Limited (GTL) et China Merchants Group (CMG). Ce port qui affiche un trafic de plus de 8 millions de tonnes de marchandises, accueille un millier de navires par an et sa capacité de stockage a triplé grâce au troisième quai construit par Togo Terminal, d’un coût de 300 milliards de Fcfa, doté d’un bassin de 15 m de profondeur et longue de 450 m – sur un total de 900 m de linéaire de quais dans le pays . Avec ce quai, le PAL rivalise de modernisation, la concurrence étant rude sur la côte africaine avec les ports d’Abidjan et de Dakar.

Tout cela s’inscrit dans le souci d’attirer les investisseurs et surtout de répondre aux objectifs du PND dont l’axe 1 repose sur l’amélioration du climat des affaires et plus d’investissement dans les infrastructures (portuaire, aéroportuaire, etc). Ce qui permettra de gagner une vingtaine de places dans les prochains classements Doing Business.

Lire aussi: Togo : Heidelberg Cement appuie le PND à hauteur de 25 millions d’euros

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur