Suspension ou non du processus électoral en raison du dialogue : L’Union des Forces de Changement (UFC) invite à la tenue des élections

68

Contrairement à la gesticulation incohérente de l’opposition, il a choisi d’être lucide et démocrate. L’Union des Forces de Changement (UFC). En tout cas, c’est ce qu’indiquent les propos de certaines personnalités de ce parti rapportés ce dimanche par le site d’information republicoftogo.com. Et cela concerne la suspension souhaitée par l’opposition du processus électoral censé se dérouler cette année en raison du dialogue politique ouvert. “La posture consistant à affirmer qu’il ne peut y avoir de scrutin avant des réformes politiques, n’a pas de sens et va contre les principes démocratiques de base”, ont confié ces responsables de l’UFC à republicoftogo.com.

Pour les membres du parti de Gilchrist OLYMPIO, il n’a rien de compromettant dans le fait de lancer le processus électoral en convoquant le corps électoral. L’opposition sinon la coalition des 14 partis exige la suspension de la logique démocratique du fait du dialogue. Comme quoi suspendre l’État l’instant d’un dialogue. Ce n’est pas l’avis de l’Union des Forces de Changement (UFC) qui estime que le dialogue n’empêche nullement la tenue des élections. Pour le parti, les pourparlers peuvent se poursuivre afin de trouver une solution constitutionnelle et donc démocratique qui satisfasse les deux camps. C’est du moins la position de plusieurs responsables cités par le site et repris par l’Agence de presse AfreePress. Le dialogue ne peut pas empêcher les élections prévues et donc les législatives de se tenir. Telle est la sentence.

Des propos rejetés par Sambiani Djimongou, le Secrétaire général de cette formation politique contacté par la même Agence de presse AfreePress. “Nous n’avons jamais tenu ces propos. Nous étions en réunion vendredi dernier pour parler de la restructuration du parti et de ses instances et du redémarrage de nos activités”, a-t-il fait savoir indiquant au passage que ces “propos n’engagent que les cadres qui les ont tenus”. Une différence sui révèle la dissension au sein du parti mais surtout la volonté de bien de cadres de poursuivre le processus électoral et donc de préserver la stabilité démocratique et la cohésion sociale au Togo

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.