Retour sur les principaux faits qui ont marqué l’actualité au Togo du 4 au 10 février 2019

0 391

La commémoration du 14ème anniversaire de la disparition du père de la nation, Gnassingbé Eyadema, les décisions du Conseil des ministres, la signature d’un accord de financement au profit du MIFA entre le gouvernement togolais et le FIDA, la réunion de la revue annuelle de l’UEMOA à Lomé…Tels sont là, quelques-uns des sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

La BOAD forme sur les procédures de passation de marchés publics

Photo des participants

 

La Banque ouest africaine de développement (BOAD) est partie du constat selon lequel, la non maîtrise des procédures de passation de marchés publics par les opérateurs économiques est l’un des facteurs qui expliqueraient les faibles taux d’absorption des crédits qu’elles accordent aux banques dans le cadre du financement de différents projets. Pour remédier à cette situation, l’institution financière a organisé le lundi 4 février 2019 à Lomé, à l’intention des opérateurs économiques togolais, un atelier national de formation sur les nouvelles procédures de passation de marchés publics. Cette rencontre a permis aux acteurs de la commande publique de se familiariser avec les nouveaux outils de passation de marché publique. « Notre objectif est de permettre d’améliorer les taux de décaissements des projets financés par la BOAD au Togo », a indiqué Christophe Aguessy, conseiller spécial de la BOAD. Les participants à cet atelier ont été outillés sur les directives relatives à la passation de marchés, les dossiers types de passation des marchés, ainsi que les politiques de prévention et de lutte contre la fraude et la corruption, à cet effet. Rappelons que la BOAD investit dans différents secteurs dans ses états membres, notamment l’agriculture, les télécommunications, les infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires. En 2018, elle a fait bénéficier au Togo près de 682 milliards de FCFA de financements.

 

Le Togo veut mieux contrôler les armes légères et de petits calibres

La Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre (CNLPAL) a organisé lundi en collaboration avec des experts français, quatre jours de formation sur la mise en œuvre du Traité relatif au commerce des armes (TCA) au Togo. L’objectif est de donner aux participants les outils nécessaires qui les aideront à identifier et à mettre en œuvre les bonnes pratiques internationales de contrôle et de transferts des armes. Ceci, à travers des réflexions autour des thématiques tels que, « le rapportage », « la coopération de l’ensemble des autorités impliquées dans la mise en œuvre des contrôles », « le transit et le transbordement » ainsi que « le listage des biens contrôlés ». En plus de la mise en place d’une liste nationale de contrôle des armes, l’atelier a servi d’accompagnement au Togo vers la rédaction de son 1er rapport initial à remettre aux instances des Nations Unies. Le vice-président de la CNLPAL, El Hadj Inoussa Bouraïma s’est réjoui du soutien d’Expertise France, mandaté par l’UE. Il a relevé l’importance de certaines initiatives prises pour une meilleure connaissance du traité et ses implications, notamment la sensibilisation des parlementaires, l’élaboration d’un avant-projet de loi relatif au régime des armes, prenant en compte un grand nombre de dispositions dudit traité. Notons que le Traité sur le commerce des armes a été adopté par l’Assemblée général de l’ONU, le 2 avril 2013. Ce traité qui reste le premier instrument juridique contraignant vise à établir le contrôle des normes, pour mieux lutter contre le détournement des armes dites conventionnelles vers des trafics illicites. Le Togo a ratifié le TCA en octobre 2015.

 

Eyadema, 14 ans déjà

Feu Gnassingbé Eyadéma

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, a pris part le lundi 04 et le mardi 05 février 2019 à Pya et à Kara, aux cérémonies commémorant le 14ème anniversaire du rappel à Dieu du Père de la Nation, Gnassingbé Eyadema. A Pya, le Chef de l’Etat a procédé à un dépôt de gerbes et au recueillement au caveau familial. Au Palais des Congrès de Kara, le Président de la République a assisté aux offices religieux en présence d’autorités administratives, politiques, militaires, traditionnelles et religieuses. Les officiants catholiques, protestants et musulmans ont, à cette occasion, salué la mémoire de l’illustre disparu et rappelé son engagement au service de la nation. Lundi, Faure Gnassingbé avait assisté à la veillée de prières qui s’est déroulée au domicile du Président défunt. Rappelons que le Général Gnassingbé Eyadema est décédé le 05 février 2005.

 

Le Togo cherche un logo pour son PND

 

Le gouvernement a annoncé mardi, le lancement d’un jeu-concours dénommé : « MON LABEL PND » qui entre dans le cadre de l’accompagnement en communication du Plan National de Développement (PND). L’objectif est la sélection du logotype destiné à être le « label » certifiant toutes les actions du Plan National de Développement du Togo. Ce jeu concours est réservé aux jeunes togolais des deux sexes ayant plus de 18 ans. Il est organisé du 5 au 14 février 2019. D’après l’annonce faite par le comité d’organisation, « le logo retenu figurera sur l’ensemble des projets réalisés et des outils dérivés comme les brochures, les goodies et autres objets publicitaires, les présentations officielles, etc ». A noter que les 03 meilleurs logos sélectionnés seront récompensés de 1 000 000 FCFA pour le 1er, 500 000 FCFA pour le 2ème et 300 000 FCFA pour le 3ème, lors d’une soirée spéciale le 26 février 2019 à l’Hôtel 2 Février à Lomé. Les candidats à ce concours sont priés d’envoyer leur proposition de logotype, dans un des formats suivants : EPS, PDF ou JPG au plus tard le 14 février 2019 à l’adresse mail : concourslabelpnd@républiquetogolaise.com. Le Plan National de Développement (PND 2018-2022) est un programme de développement lancé par le gouvernement en aout 2018. Il a pour ambition de faire devenir le Togo une Nation à revenu intermédiaire, solidaire, innovante et ouverte sur le monde.

 

Le MIFA devient une société anonyme

C’est l’un des décrets adoptés lors du Conseil des ministres qui s’est tenu le mercredi 6 février 2019 sous la présidence du Chef de l’Etat, SEM Faure Gnassingbé. A partir du décret, le gouvernement a choisi de transformer le Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) fondé sur le partage des risques en une société anonymes (SA) du fait des résultats encourageants que le mécanisme a enregistré au cours des 6 mois de sa phase pilote et de l’adhésion qu’il suscite auprès des producteurs agricoles. La nouvelle configuration donnée au MIFA offre un cadre approprié et incitatif, favorable à la mobilisation des investissements du secteur privé. Le deuxième décret adopté porte sur les modalités d’occupation du domaine public de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics. A ce sujet, l’occupation et l’utilisation des domaines publics sera désormais subordonnée à l’obtention préalable d’une autorisation délivrée par le ministre chargé des affaires domaniales ou le maire et au paiement d’une redevance, indique le communiqué du Conseil des ministres. Outre ces deux décrets adoptés, le gouvernement a également étudié deux projets de loi et écouté une communication. Le premier projet de loi étudié est relatif aux opérateurs de services essentiels, aux infrastructures essentielles et aux obligations y afférentes. Le second quant à lui a porté sur la protection du transfert de la propriété foncière des citoyens togolais à un étranger et des baux d’une durée ferme supérieure à neuf ans. Le projet de décret soumet à autorisation préalable, tout transfert de propriété ainsi que toute constitution de droits réels sur un immeuble situé sur le territoire national, consentis par un citoyen togolais à un étranger. La mesure vise selon le gouvernement à protéger davantage les citoyens togolais dans les transferts de propriété foncière de ces derniers aux étrangers. Enfin notons que le Conseil a écouté une communication présentée par le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya. Dans cette communication, le ministre a proposé un projet de réformes du cadre des investissements au Togo en vue de rendre le pays plus attractif pour les investisseurs.

 

La DOSI sensibilise ses partenaires sur la formalisation

La Délégation à l’organisation du secteur informel (Dosi) a organisé mercredi à Lomé, un atelier de sensibilisation à l’intention des acteurs du secteur informel. L’objectif de cette rencontre, présidée par le Directeur Général de l’institution, était d’entretenir les participants sur les thèmes de « l’importance de la formalisation » et « l’accompagnement des acteurs vers la formalisation ». Près de 350 artisans, commerçants, agriculteurs ou encore conducteurs de taxi-moto ont été outillés sur la nécessité de la formalisation de leurs activités, afin d’obtenir un meilleur accompagnement de la part de l’Etat. Rappelons qu’en 2018, 10 548 entreprises sont passées de l’informel au formel, d’après les chiffres fournis par le Centre de Formalité des Entreprises (CFE).

 

Le FIDA joint l’acte à la parole

 

MM Sani Yaya et Martin Lisandro

Une semaine après avoir donné son accord pour appuyer financièrement le MIFA, le Fonds international de développement agricole (FIDA) a signé le jeudi 7 février 2019 à Lomé avec le gouvernement togolais une convention de financement, en guise de soutien au MIFA à travers le ProMIFA. La cérémonie de signature s’est déroulée entre le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et Martin Lisandro, Directeur Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA, en présence des ministres en charge de l’agriculture et de la planification. Concrètement, il s’agit d’un premier financement de 6,5 millions d’euros, dont 50% de don et 50% de prêt concessionnel, ce qui porte le total des financements du FIDA en appui au secteur rural et agricole à près de 100 millions d’euros depuis le début de la coopération bilatérale. L’appui, qui cible 1 million de bénéficiaires, va se concentrer dans un premier temps sur la structuration de 4 filières clés (riz, maïs, maraîchage et aviculture), à fort potentiel de création d’emploi pour les femmes et les jeunes, d’augmentation de revenus et aussi d’amélioration de la sécurité alimentaire, entre autres. Outre cela, l’appui du FIDA portera également sur les volets institutionnels et techniques. Martin Lisandro rassure que son institution ne ménagera aucun effort pour accompagner le Togo dans la mise en œuvre du MIFA. Il a également souhaité qu’avec le ProMifa, le programme pays consolidé au Togo devienne un modèle pour la région.  

 

Le Togo maintient le cap des réformes dans l’espace UEMOA

Les travaux de la 4ème revue annuelle des réformes politiques, projets et programmes communautaires de l’UEMOA ont eu lieu jeudi sous la présidence du Ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et Abdallah Boureima, Président de la Commission de l’Union. L’objectif de cette session, était de faire le point sur les résultats obtenus par le Togo dans le cadre de la mise en œuvre des réformes édictées par l’UEMOA. Au terme de l’évaluation effectuée par les équipes de la Commission de l’UEMOA, il ressort qu’en 2018, « le Togo affiche un taux de mise en œuvre des réformes de 63,9% contre 61,9% en 2017 ». Soit une progression de 2 points. Cette performance a été rendue possible grâce aux efforts déployés par le gouvernement notamment sur les questions de gouvernance économique.  Selon Sani Yaya, « le gouvernement poursuivra la mise en œuvre progressive des réformes nécessaires en vue d’apporter des réponses innovantes aux besoins et préoccupations des populations » mais également « de renforcer l’intégration communautaire ».

 

Le PND présenté au Forum Business Afrique organisé par le CIAN à Paris

Une délégation togolaise s’est rendue à Paris (France) pour promouvoir le PND auprès des investisseurs français, à l’occassion du Forum Business Afrique qui était organisé par le CIAN (Conseil des investisseurs français en Afrique), ce 8 février à Paris. Le Ministre du commerce Kodjo Adedze, accompagné de Sandra A. Johnson conseillère du Président de la République, de Germain Meba, Président de la Chambre de commerce du Togo et de Calixte Madjoulba, Ambassadeur du Togo en France, ont présenté les atouts du Plan national de développement 2018-2022 lors de cette rencontre réunissant quelques 600 dirigeants et cadres français d’entreprises, membres du CIAN et du MEDEF Afrique. Un des moments forts de la rencontre a été la présentation du Baromètre de l’investissement, réalisé pour la première fois par le Cian, basé essentiellement sur la perception que les opérateurs économiques ont de l’évolution des économies africaines et de leurs perspectives. Il en est ressorti que le Togo figure parmi les 5 pays africains qui suscitent le plus d’optimisme chez les opérateurs.  Pour ce qui est du climat des affaires, le pays a reçu une note satisfaisante de 2,8 sur 5 et fait jeu égal avec la Tunisie.

 

Le Togo mobilise 20 milliards de FCFA sur le marché régional de l’UMOA

Le Togo cherchait 20 milliards de FCFA sur le marché régional, il en a trouvé 20 ce vendredi 8 février 2019 à l’issue d’un avis d’appel d’offres concernant des obligations du Trésor organisé par UMOA-Titres. Le montant total des soumissions a atteint plus de 27 milliards de FCFA, soit un taux de 139,23%. Cette présente émission d’Obligations du Trésor, comme les précédentes, vise à mobiliser l’épargne des personnes physiques et morales en vue d’assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’Etat togolais. Rappelons que lors d’une opération similaire le 25 janvier dernier, le Trésor avait levé 22 milliards de FCFA. Le Togo devrait à nouveau solliciter le marché des titres le 22 février 2019.

Lire aussi : PND / Production halieutique : Des investisseurs norvégiens prêts à investir au Togo

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur