Retour sur les principaux faits qui ont marqué l’actualité au Togo du 15 au 21 avril 2019

0 793

La cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres de la CNDH, le bilan présenté par la HAAC sur la couverture médiatique des législatives de décembre 2018, la réunion du Conseil des ministres, la nomination d’un nouveau patron à la tête de la police nationale, le Togo qui fait un bon de 10 places dans le classement mondial de RSF sur la liberté de presse…Tels sont là, les principaux sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national cette semaine qui s’achève.

 

L’IFAD d’Elavagnon dédié à l’aquaculture ouvrira ses portes aux apprenants début mai

L’Institut de formation pour l’agro-développement (IFAD) d’Elavagnon ouvrira ses portes le 5 mai prochain. C’est la principale information qu’on pouvait retenir de la conférence de presse animée le lundi 15 avril 2019 à Lomé par le comité de pilotage des IFAD en présence du Ministre de l’agriculture, Noel Koutéra Bataka. L’établissement, dont la construction a été lancée en 2017 par le Chef de l’Etat, fait partie d’un projet présidentiel d’implantation d’instituts sur toute l’étendue du territoire national. Il s’inscrit dans la politique de rénovation des filières de l’Enseignement technique visant à adapter la formation des apprenants au besoin du marché de l’emploi. Exclusivement dédié à l’aquaculture, l’IFAD Elavagnon est destiné à être un cadre pédagogique qui permettra aux jeunes nantis d’un baccalauréat professionnel d’installer leur entreprise aquacole à l’issue des trois ans de formation. L’accent au cours de la formation, sera mis sur 2 variétés de poissons, le tilapia et le clarias. La formation ouverte aux élèves qui sont titulaires d’un Brevet d’Etude de Premier Cycle (BEPC) sera basée sur une approche par compétence-motivation et répondra par ailleurs aux objectifs du Plan national de développement. Le recrutement se fera du 15 avril au 25 avril 2019 et le nombre de place est limité à 140. Un deuxième IFAD consacré à l’élevage de bovins laitiers, de petits ruminants, de volailles ainsi que de porcins est actuellement en construction à Barkoissi. 8 autres IFAD œuvrant dans les secteurs de l’agriculture, la logistique, le bâtiment, les transports, ou encore le numérique sont prévus pour les 5 prochaines années.

 

L’Assemblée nationale a installé ses commissions permanentes

 

La deuxième séance plénière de la première session ordinaire de l’année 2019 de la 6ème législature, a eu lieu le mardi 16 avril 2019 au siège de l’Assemblée nationale à Lomé. La réunion a été consacrée à la mise en place des différentes commissions permanentes. Au total neuf commissions ont été constituées par les députés conformément aux articles 35, 36 et 38 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. La majorité parlementaire, UNIR, prend la tête de 5 commissions : lois institutionnelles, finances et développement économique, santé et relations extérieures. L’Union des forces du changement (UFC), deuxième force politique du pays, occupe la présidence de la commission de l’environnement et du changement climatique. Le MPDD (Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement) s’adjuge la tête de la commission de la défense et de la sécurité tandis que le PDP est élu à la tête de la commission de l’éducation. La présidence de la commission des droits de l’Homme revient à une formation indépendante. Tout en exprimant sa satisfaction après l’installation des différentes commissions, la présidente du Parlement, Yawa Tségan a ensuite déclaré que tout est désormais en place pour que cette nouvelle législature puisse commencer véritablement son travail.

 

Les nouveaux membres de la CNDH ont prêté serment à l’Assemblée nationale

Un des neuf membres de la CNDH prêtant serment devant le bureau de l’Assemblée nationale.

 

« Je jure de bien et fidèlement remplir ma mission telle que prévue par la Constitution et la loi, de l’exercer en toute impartialité et indépendance, d’assurer sans défaillance les devoirs qu’elle m’impose et de garder le secret des informations et des délibérations ». C’est en ces termes que les neuf nouveaux membres de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) ont prêté serment mardi devant le bureau de l’Assemblée nationale. La cérémonie a été présidée par la présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Tsègan en présence des autres membres du bureau, des présidents des commissions permanentes, des membres du gouvernement et des invités. Cette prestation de serment marque ainsi la prise de fonction officielle des membres de la CNDH après leur nomination par le parlement le 22 mars dernier au cours de la 2ème session extraordinaire de l’année 2019. Recevant le serment des nouveaux membres, Yawa Tségan a souligné que la cérémonie est une condition très déterminante pour la bonne marche de l’institution qu’est la CNDH. « La prestation du serment est une obligation légale et une pratique institutionnelle importante dans la République », a-t-elle déclaré. La présidente de l’Assemblée nationale togolaise a salué les qualités professionnelles et morales des neufs membres nommés pour travailler à la promotion des droits humains au Togo. La CNDH est une institution républicaine créée en juin 1987. Ses principales missions sont : promouvoir et protéger les droits de l’homme ; prévenir la torture ou autres formes de traitements cruels, inhumains ou dégradants dans les lieux de privation de liberté ou tout autre lieu qu’elle aura identifié. Un nouveau bureau présidé par Madame Nakpa Polo a été élu le 21 avril.

 

La HAAC félicite la presse togolaise pour la couverture médiatique des législatives de décembre 2018

M. Pitalounani Telou, président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC)

 

La Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) a rendu public son rapport sur le travail effectué par les médias publics comme privés pendant la période des législatives de décembre 2018 au Togo. C’était au cours d’un atelier organisé mardi à Lomé et qui a réuni des responsables des organes de presse, du Ministère de la Communication, des partenaires techniques dont le PNUD.  L’organe de régulation des médias dans son rapport se dit satisfait de la couverture médiatique des législatives et félicite la presse togolaise dans son ensemble pour le sens de responsabilité dont il a fait preuve tout au long du processus électoral.  « Il me plaît d’adresser aux professionnels des médias, mes sincères félicitations pour le comportement de la presse au cours de ces élections législatives. Je voudrais donc traduire la satisfaction de la HAAC », s’est félicité Pitalounani Télou, Président de la HAAC. Dans le document, la HAAC a indiqué qu’aucun incident notable n’a été signalé dans la couverture des législatives de décembre 2018. Mieux, l’institution dit n’avoir été saisie d’aucune plainte pour non-respect des dispositions prises, ni de plainte pour des menaces sur un journaliste au cours de l’exercice de son métier pendant le processus. Le président de la HAAC a invité de ce fait, les responsables des médias à capitaliser les acquis et à maintenir le cap afin que les prochaines élections soient également une réussite.

 

Deux nouvelles filières minières sont ouvertes à la Faculté des sciences de l’Université de Lomé

La faculté des sciences de l’Université de Lomé renforce son offre de formation dans le parcours Licence. Elle a ouvert deux nouvelles filières à l’endroit des étudiants. Il s’agit de la Géologie minière et la Chimie analytique Mines et Environnement. Une cérémonie de lancement de ces nouvelles spécialisations a eu lieu mardi à l’Université de Lomé. Elle a été présidée par le Ministre des mines et de l’énergie, Marc Ably-Bidamon. Ces filières s’ajoutent à celles déjà proposées dans le parcours Licence par la Faculté, et qui sont inscrites dans le Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM), exécuté par la Banque Mondiale au Togo. Pour le Ministre des mines, les deux parcours formeront pour l’administration public et le privé, les professionnels et les spécialistes du secteur minier togolais, levier très important dans la réussite des actions prévues dans le cadre du Plan National de Développement (PND 2018-2022). Le lancement de ces licences a été marquée par la remise de clés des bâtiments des salles de cours, des laboratoires réhabilités, du Centre d’informations minières(CIM) et des deux (2) véhicules dont un bus de 30 places et un (1) pick up double cabine à la Faculté des Sciences de l’UL. Des dons estimés à 700 millions de F CFA.

 

Le Chef de l’Etat a présidé le 7ème Conseil des ministres de l’année

Conseil-des-ministres-Le-Togo-prévient-la-pollution-par-les-navires
Conseil-des-ministres-Le-Togo-prévient-la-pollution-par-les-navires

 

L’adhésion du Togo à 3 mécanismes ou organisations internationales, la prochaine réorganisation de l’Infa de Tové et des nominations au ministère de la sécurité et de la protection civile, c’est l’essentiel à retenir des travaux du 7ème conseil des ministres qui s’est tenu le mercredi 17 avril 2019 sous la supervision du Chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna Gnassingbé. Le gouvernement a, au cours des travaux, autorisé le Togo à adhérer à une annexe de la convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (MARPOL), ce qui devra permettre de participer de façon plus active à la lutte contre la pollution de l’environnement marin. Les deux autres projets de loi ayant fait l’objet d’une autorisation d’adhésion concernent l’Africa Finance Corporation (AFC) et la Banque Asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), deux organismes internationaux évoluant dans le financement des infrastructures. Les adhésions, qui devront avant tout passer devant le Parlement pour être approuvées, permettront au Togo, d’élargir son groupe de partenaires financiers et de mobiliser encore plus d’investissements, nécessaires à la réalisation du PND 2018-2022. La réorganisation de l’institut national de formation agricole (Infa) de Tové, a été l’objet du projet de décret étudié par le conseil. La réforme de ce centre, qui s’inscrit dans le cadre de la modernisation de l’administration publique, permettra de l’aligner sur la nouvelle politique agricole édictée par le gouvernement, qui tend vers une agriculture moderne, inclusive, compétitive, génératrice d’emplois et orientée business. Ce 7ème conseil des ministres a également été l’occasion pour le Chef de l’Etat, de rappeler aux ministres l’obligation de mettre en exécution les recommandations issues de la retraite opérationnelle tenue les 21 et 22 mars à Kara, dans le but d’améliorer les actions du gouvernement à l’endroit des populations.

 

La police nationale a un nouveau patron

Lieutenant-colonel Yaovi Okpaoul, nouveau directeur général de la police nationale

 

Le gouvernement a procédé mercredi en Conseil des ministres, à plusieurs nominations au sein du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Désormais, c’est le Lieutenant-Colonel Yaovi Akpaoul qui occupe le poste de Directeur Général de la Police Nationale togolaise, en remplacement du commissaire divisionnaire Têko Koudouwovo affecté à la tête de la Commission nationale de lutte contre la prolifération, la circulation et le trafic illicite des armes légères et de petits calibres. Le Commissaire divisionnaire Mikidjebe Balaki est quant à lui nommé Directeur Général adjoint de la Police.

 

L’ANPC renforce les capacités des acteurs nationaux sur la prise en charge des sinistrées

Mercredi a pris fin à Lomé une session de formation de trois jours, à l’intention des acteurs nationaux en matière d’évaluation rapide, post-catastrophes naturelles. Pour les participants, il s’est agi, durant ces travaux, d’assimiler les méthodes nécessaires à la gestion efficace de ces phénomènes et leurs conséquences, notamment en termes d’identification des sinistrés, de leurs besoins spécifiques, et du type de réponse à fournir. « Nous sommes actuellement sur le terrain pour assister les personnes vulnérables des derniers vents qui se sont abattus sur l’ensemble du territoire national », a expliqué le Lieutenant-Colonel Baka Yoma, Directeur général de l’Agence nationale de la protection civile (ANPC), en rappelant l’actuel contexte d’intempéries que connait le pays. Il a souligné la nécessité de faire de bonne évaluation « en cas de situation d’urgence, (…) parce que si on ne fait pas une bonne évaluation, on ne peut pas assister les personnes vulnérables ». Notons que cette session de formation a permis de poser les bases d’un plaidoyer pour mobiliser les ressources afin de mieux aider les sinistrés au Togo.

 

Plus de 700 étudiants ont participé aux premières JPO sur les métiers de la mer à l’Université de Lomé

Les rideaux sont tombés le jeudi 18 avril 2019 sur les premières Journées portes ouvertes (JPO) sur les métiers de la mer organisées sur le campus de l’Université de Lomé. Pour les organisateurs de cette rencontre, l’objectif était de présenter au public, les différentes opportunités de formation et de métiers qui existent dans le domaine maritime et partant de là amener les étudiants à s’orienter vers ce secteur très pourvoyeur d’emplois.  En terme de bilan des rois jours d’activité, « Il y a eu plus de 12 000 visites de stands, plus de 500 CV collectés », a souligné avec satisfaction, Hubert Bakaï, directeur des Affaires maritimes. L’évènement a comptabilisé plus de 700 étudiants, qui se sont notamment familiarisés avec les installations portuaires, et les différentes dispositions prises en matière de sécurité et de sûreté portuaire. En plus des visites sur les différents stands des entreprises travaillant dans le domaine portuaire, les étudiants ont été également entretenus par une vingtaine d’experts sur différentes thématiques liées aux métiers maritimes au cours des différents panels organisés à cet effet. Pour rappel, le Port autonome de Lomé, le seul port en eau profonde dans la sous-région, est aujourd’hui le plus important en Afrique de l’Ouest, en termes de Traffic de conteneurs. C’est un atout important pour le pays qui compte devenir, d’ici 2022, un hub logistique de référence dans la sous-région.

 

Le Togo gagne 10 places dans le classement mondial sur la liberté de presse

Le classement 2019 de la liberté de presse dans le monde a été publié jeudi par Reporters sans frontières (RSF). Le Togo qui était classé 86ème en 2018, gagne 10 places et pointe désormais à la 76ème place sur les 180 pays classés. Toutefois, le pays a perdu quelques points sur son score global de 2016. En effet, RSF explique dans son rapport qu’au Togo « la proportion importante de journaux et radios (…) est cependant contrebalancée par la prédominance des médias d’Etat qui peinent encore à fournir une véritable information de service public ». D’après RSF, la situation de la liberté de la presse est fortement dépendante du contexte politique.  « En période électorale, l’autocensure reste de mise pour les journalistes qui préfèrent éviter de traiter des sujets tabous comme la corruption, l’armée, le président et sa famille », a indiqué l’organisation de défense des droits des journalistes. Comme point positif, RSF a souligné le fait que la dépénalisation des délits de presse est désormais un acquis au Togo depuis 2004. Et que malgré le retrait des accréditations aux correspondants de TV5 et de France 24 et la coupure d’internet au cours des manifestations organisées par l’opposition en 2017, la situation est revenue à la normale avec moins d’entraves faites aux journalistes dans l’exercice de leur métier. Notons que sur le continent en général, la situation reste très contrastée entre la Namibie (23e), qui regagne sa première place, le Burkina Faso (36e) ou le Sénégal (49e), qui bénéficient de paysages médiatiques parmi les plus pluralistes, et les trous noirs de l’information que sont l’Erythrée (178e) et Djibouti (173e), où aucun média indépendant n’est autorisé à travailler. Comme en 2017, 22 pays sur 48 sont classés en rouge (situation difficile) ou en noir (situation très grave) en Afrique subsaharienne.

 

A Lomé, sept pays de la sous-région planifient le déploiement des forces de sécurité pour lutter contre le terrorisme

 

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière en Afrique de l’Ouest, les chefs de sécurité de sept pays (le Bénin, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger et Togo) étaient réunis les jeudi 18 et vendredi 19 avril 2019 à Lomé. Les participants à cette rencontre ont travaillé à la planification d’un déploiement simultané des forces de sécurité à leurs frontières communes en vue de stopper les activités des groupes terroristes. Le déploiement des forces de sécurité fait partie des décisions du mini-sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO organisé en février dernier à Accra au Ghana. Le Gal Yark Damehane, Ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, a particulièrement salué la présence du Mali et du Niger. Une présence qui permettra à l’initiative de Lomé de « se renforcer sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, par l’échange direct et en temps réel de renseignements ». Ces échanges d’informations concernent par exemple l’interpellation, l’armement et d’autres matériels utilisés dans le cadre des actes terroristes, ainsi que les résultats des enquêtes menées. A cet effet, le ministre a également rappelé que le Togo, pour sa part « s’est pleinement inscrit dans cet esprit et a procédé au déploiement de ses forces sur sa frontière Nord, avec le Burkina Faso ». Un déploiement qui aura notamment permis d’opérer une quarantaine d’interpellations, dont une vingtaine de personnes étaient recherchées par le Pays des Hommes intègres. Notons par ailleurs que cette rencontre a également permis aux participants de faire une évaluation d’un certain nombre d’opérations conjointes que mène le Togo avec ses voisins, nommément le Bénin, le Burkina Faso et le Ghana, dans le cadre de la lutte contre la criminalité transfrontalière.

 

Le Togo mobilise 77 milliards de FCFA sur le marché financier sous-régional

Nouvel exploit du Togo le vendredi 19 avril 2019 sur le marché financier régional. Le pays qui sollicitait 20 milliards de F CFA en bons assimilables du trésor (BAT) a mobilisé au total 77,13 milliards soit un taux de couverture du montant mis en adjudication de 385,68%. Cet exploit est le deuxième en espace de deux semaines. Au final, le Trésor public a retenu la somme de 22 milliards de FCFA. Selon le compte rendu de l’opération, les investisseurs burkinabè ont massivement effectué des soumissions de l’ordre de 22 milliards FCFA suivi du Sénégal, 17 milliards, Benin 14 milliards, le Togo, 9,5 milliards de FCFA… Rappelons que la présente émission de Bons Assimilables du Trésor dans tous les pays membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) vise à mobiliser l’épargne des personnes physiques et morales en vue d’assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’Etat du Togo.

 

De nouveaux talents détectés pour le football togolais à l’issue du concours Graines du Togo

La deuxième édition du concours Graines du Togo a connu son épilogue le samedi 20 avril au stade municipal de Lomé avec la grande finale. Ils étaient au total 150 jeunes dont 45 filles et 105 garçons issus des finales régionales, à prendre part à cette finale. Cette deuxième édition a permis une fois encore aux encadreurs de détecter les futurs talents pour le football togolais au terme des différentes épreuves. À l’issue de cette phase finale, des prix collectifs ainsi que des prix individuels ont été décernés aux jeunes méritants. Sur le plan individuel, Kanda Bilansama de la FSA remporte le prix de la meilleure gardienne. Les prix des meilleurs gardiens sont allés à Ali Fofana (U13) et à Fagla Israël (U15) du centre ACED de Djagblé. La joueuse Gaké Ami Reine du club AHE est sacrée championne chez les filles tandis que Tchagnao Feshal du centre FSA est sacré champion chez les garçons. Graines du Togo est une compétition nationale de détection de talents initié en 2018 par le sélectionneur national Claude Le Roy et parrainé par le Président de la République. L’apothéose a eu lieu en présence des autorités sportives et surtout avec la présence effective des responsables des différents sponsors qui ont participé à la réalisation de l’événement. A noter que les deux gagnants, Gaké Ami et Tchagnao Feshal voyageront dans les tous prochains jours avec leurs encadreurs en Espagne et du côté de Madrid où ils assisteront le 1er juin 2019 à la finale de la ligue européenne des champions de football.

 

Faure Gnassingbé souhaite joyeuse fête de Pâques aux chrétiens du Togo et appelle à l’acceptation de l’autre

Dimanche 21 avril 2019, la communauté chrétienne du Togo a célébré la fête de la Pâques qui marque la résurrection de Jésus-Christ. De très nombreux fidèles se sont rassemblés dans les églises comme à l’accoutumé pour commémorer l’évènement qui constitue le sous-bassement de la foi chrétienne. Dans un message publié sur son compte Twitter, le président de la République a souhaité une bonne fête de Pâques à tous les chrétiens togolais. « A tous nos concitoyens de la communauté chrétienne, je souhaite joyeuse fête de pâques. Que cette célébration de la résurrection du Christ ravive dans les cœurs, l’amour et l’acceptation de l’autre », a écrit le Président Faure Gnassingbé.

Lire aussi : Assemblée nationale: Les commissions permanentes sont installées

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur