Retour sur les principaux faits qui ont marqué l’actualité au Togo du 11 au 17 février 2019

0 505

La semaine du 11 au 17 février 2017 qui s’est achevée hier a été une nouvelle fois riche en évènement sur le plan national. Nous reviendrons par exemple sur le Conseil des ministres délocalisé à Tabligbo, la conférence de presse de lancement du 1er Forum économique Togo-UE prévu en juin à Lomé, le don de 30 millions de dollars accordé par le MCC au Togo pour améliorer les TIC et le foncier et bien d’autres sujets qui ont également fait la Une de l’actualité au cours de cette semaine.

 

Le rapport d’étape du MUTAA présenté au sommet de l’UA par le ministre Robert Dussey

Robert Dussey au sommet de l’UA

Les travaux du 32ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine se sont déroulés du 10 au 11 février à Addis-Abeba en Ethiopie. Le Président de la République, Faure Gnassingbé qui n’a pas pu effectuer le déplacement de la capitale éthiopienne, s’est fait représenter par son ministre des affaires étrangères, Robert Dussey. Ce dernier a présenté le lundi 11 février 2019 au nom du Chef de l’Etat, le rapport d’évaluation de la mise en œuvre du MUTAA (Marché unique du transport aérien en Afrique). Ce rapport était l’occasion pour le Chef de l’État de rappeler les progrès enregistrés depuis sa désignation, il y a un an, par ses pairs, pour conduire le processus d’exécution du MUTAA qui est devenu 20 ans après, une réalité après l’adoption de la décision de Yamoussoukro sur la libéralisation du transport aérien en Afrique. Dans son exposé, le chef de la diplomatie togolaise a indiqué qu’en dépit des obstacles rencontrés, les actions menées par le Chef de l’État en collaboration avec les diverses parties prenantes « ont porté essentiellement sur le plaidoyer pour que tous les États membres rejoignent le marché ou encore l’harmonisation des accords sur les services aériens entre les États ». A ce jour, ils sont donc « 28 États sur 55 à avoir signé l’engagement solennel d’adhérer au MUTAA ». Le chef de la diplomatie togolaise, a au nom du Président de la République togolaise félicité les États qui ont décidé de s’engager dans l’aventure MUTAA et a appelé les 27 autres États membres de l’UA à rejoindre ce marché unique qui va à terme libéraliser l’aviation civile sur le continent. Le Président Faure Gnassingbé dans le cadre de la poursuite de sa mission, s’est proposé d’intensifier la sensibilisation auprès des pays qui sont encore réticents vis-à-vis du processus. L’objectif étant de faire en sorte que d’ici la fin de cette année, le MUTAA puisque compter 40 membres dans ses rangs et 55 d’ici 2021. Notons également que durant les douze mois écoulés, le Président de la République s’est employé à placer l’agenda de Yamoussoukro relatif à la résolution des problèmes du secteur aérien en Afrique, au cœur de ses activités, en vue de permettre au continent de faire face à la concurrence déloyale des principales compagnies aériennes mondiales.

Les acteurs de lutte contre le blanchiment d’argent au Togo outillés par le CFPJ à Lomé

Un atelier de formation sur la lutte contre blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme a été ouvert le 11 février à Lomé. Cette session qui a duré une semaine (lundi à vendredi) a été organisée par le Centre de formation des professions du justice (CFPJ), en partenariat avec le Groupe intergouvernemental d’actions contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’ouest (GIABA). Elle a réuni les magistrats, des inspecteurs de douanes et des officiers de police togolais qui sont les principaux acteurs intervenant directement dans la lutte contre ces deux fléaux. Il s’agissait d’une formation avancée, la dernière d’une série de trois sessions. Ainsi, les participants à cet atelier ont été outillés sur des thématiques assez pointues telles que « les techniques d’enquête spéciales, l’évaluation des risques au niveau national, les sociétés écran et la stratégie de leur identification ». Ils ont également appris également les nouvelles stratégies à mettre en place pour lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux au Togo. En ce sens, le CFPJ entend faire de cette formation « le couronnement de la lutte contre ces infractions », avec, à terme, la possibilité de poursuites, de condamnations et de saisie des avoirs au profit de l’Etat togolais. Soulignons que ce séminaire de formation s’inscrit dans le cadre du Projet SAMOUA, de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest, financé par l’Union Européenne.

 

La nouvelle Représentante de l’OMS au Togo reçue en audience par le Chef de l’État

La représentante de l’OMS, Fatoumata Binta Diallo reçue par le chef de l’Etat

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé s’est entretenu le mardi 12 février 2019 avec Fatoumata Binta Diallo, la nouvelle représentante-résidente de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), au Togo. Au sortir de l’audience, Fatoumata Binta Diallo a dit avoir discuté avec le Chef de l’Etat, la coopération entre son institution et le Togo, ainsi que sa vision sur la santé pour aller vers la couverture sanitaire universelle. La couverture universelle, précise-t-elle, permet de couvrir et d’offrir des services de santé de qualité à toute la population, même celle la plus démunie. « J’ai apprécié la vision du Chef de l’Etat qui est réellement axée vers la couverture maladie universelle », a-t-elle déclaré. Dr Diallo a aussi partagé avec le Président la contractualisation qu’il a impulsé à travers le Ministère de la santé. Rappelons que Fatoumata Binta Diallo, de nationalité guinéenne, est arrivée au Togo en fin d’année dernière après avoir servi au Congo-Brazzaville, au Mali ou encore en Angola.

 

Le comité technique chargé de réformer l’état civil au Togo a pris fonction

Le Ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi a présidé le 15 février à Lomé, la cérémonie officielle d’installation du Comité technique chargé de réformer l’état civil au Togo. Cette cérémonie donne en même temps le ton au démarrage des travaux de ce comité technique composé de 16 membres, nommés le 28 août 2018 par décret présidentiel. Il revient à ces membres, de proposer au gouvernement et dans les plus brefs délais, des pistes de solutions, afin de rendre le système de l’état civil togolais plus performant et capable de répondre aux attentes des populations. Les maux dont souffre l’état civil au Togo sont liés à son fonctionnement et à son organisation, a laissé entendre le ministre Boukpessi. Mais selon le ministre, malgré les difficultés, l’état civil demeure l’une des préoccupations majeures des autorités, car il constitue un outil de planification de développement. C’est face à cette situation, que le gouvernement sous la houlette du Chef de l’État, Faure Gnassingbé a jugé nécessaire de relever un certain nombre de défis en créant un comité technique sur l’état civil dont la mission essentielle est de réorganiser le secteur dans le pays, a-t-il ajouté. Concrètement, il s’agira pour le comité de faire, l’état des lieux exhaustifs de l’état civil, de définir un cahier de charges à l’endroit des différents acteurs de la chaîne de production et d’exploitation des actes de l’état civil et enfin, de soumettre à l’intention des autorités toutes initiatives nécessaires à la bonne exécution de leur mission. Notons que le comité travaillera sous tutelle du ministère de l’administration territorial. Et les résultats qui sortiront vont servir à améliorer la qualité du service dans les Etats civils au Togo dans un contexte où le gouvernement se prépare également à organiser cette année les élections locales, desquelles sortirons les maires qui présideront les 117 communes que comptent le Togo.

 

Le Conseil des ministres délocalisé à Tabligbo dans le Yoto

Conseil des ministres à Tabligbo

 

Le gouvernement a tenu mercredi 13 février 2019 à Tabligbo, son 3ème Conseil des ministres sous la présidence du Chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna Gnassingbé. Plusieurs décisions ont été prises au cours des travaux de cette session délocalisée dans la préfecture de Yoto, conformément à la politique de proximité voulue par l’Exécutif. Le conseil a notamment étudié en 1ère lecture un projet de décret, adopté 04 décrets et écouté 02 communications. Le projet de décret, présenté par le Ministre des mines et de l’énergie, porte sur les conditions d’octroi et de retrait du droit d’accès au réseau électrique national de distribution. Au titre des décrets, on note la réglementation désormais effective de la commercialisation de l’électricité à base d’énergies renouvelables, la création de l’Agence nationale de la cybersécurité (ANCY), la fixation du taux de l’intérêt légal au Togo pour l’année 2019 et l’instauration officielle d’un cadre de concertation des organes de contrôle des finances publiques. Les 2 communications écoutées par le gouvernement ont porté sur l’organisation prochaine des élections locales et la tenue en juin à Lomé, du 1er forum économique Togo-Union Européenne. Soulignons qu’en marge de ce Conseil, le Chef de l’Etat a visité les infrastructures socio-sanitaires de la préfecture notamment l’hôpital préfectoral de Tabligbo et le CMS de cette même ville. Il a aussi échangé avec les populations de Yoto sur les enjeux de développement de leur milieu ainsi que les actions prioritaires du Plan National de Développement (PND 2018-2022), destiné à améliorer leur quotidien.

 

Le Forum économique Togo-Union-européenne aura lieu du 13 au 14 juin à Lomé

Forum Togo-UE

Une conférence de presse de lancement des préparatifs de la tenue de ce forum a eu lieu mercredi à Lomé. La 1ère édition du Forum Economique Togo – Union Européenne, placé sous le Haut Patronage du Président de la République Togolaise, Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE et organisé en collaboration avec l’Union Européenne (UE) a pour mission de faire connaitre les grands enjeux économiques togolais aux investisseurs locaux, internationaux et à la diaspora togolaise afin d’engager leurs participations dans le développement soutenu, durable et inclusif du Togo , dans les secteurs et sous-secteurs prioritaires du Plan National de Développement (PND 2018 – 2022). Ce Forum Economique, qui renforcera davantage la coopération Togo – Union Européenne, serait une plateforme de rencontres et de réseautage, pour des centaines des chefs d’entreprises togolais et des 28 pays de l’Union Européenne (UE), avec pour objectifs de faciliter des entretiens ciblés et de développer des partenariats et des joint-ventures sur des projets bancables du PND et des entrepreneurs togolais. Pendant les deux jours que durera le Forum Économique Togo – UE, des centaines de chefs d’entreprises togolais et européens, des institutions d’appui à l’investissement et au commerce du Togo et de l’UE, des organisations régionales et internationales présentes au Togo, des banques et fonds d’investissement, des intermédiaires d’investissements, des universitaires et les acteurs de la société civile du Togo se réuniront pour développer des partenariats public- privé privilégiés et des relations d’affaires entre le secteur privé togolais et des investisseurs européennes. Près de 400 opérateurs économiques et participants dont 300 européens sont attendus à ce forum.

 

Le temple du football togolais sera fin prêt en juillet 2019

Fermés depuis décembre 2017, les travaux de rénovation du stade de Kégué se poursuivent normalement. Le 13 février, le nouveau ministre des sports, Foly-Bazi Katari, et l’Ambassadeur de Chine au Togo, Chao Weidong, ont effectué une visite du site au fin de constater l’état d’avancement du chantier. Ainsi, de la pelouse de jeu aux locaux techniques en passant par la piste d’athlétisme, les gradins, et les vestiaires aucun endroit n’est laissé au hasard. Les ingénieurs chinois et les ouvriers nationaux sont à pied d’œuvre pour donner une nouvelle image à ce joyau inauguré en 2000 et qui accueille les activités sportives et culturelles. C’est la somme de 10 milliards de FCFA qui est consacrée par l’Etat chinois à cette réhabilitation. Au terme des travaux que l’on projette finir au plus tard le 3 Juillet 2019, le Togo devra à nouveau disposer d’un stade aux normes de la FIFA et de la CAF. « Les jeunes ont pris du plaisir dans ce stade et ils veulent y revenir le plus rapidement possible. Nous allons tout faire pour finir les travaux au plus vite », a promis l’ambassadeur de Chine au Togo.

 

Le MCC accorde un don de 20 milliards de FCFA au Togo pour améliorer les TIC et le foncier

Le Ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et Cynthia Huger, directrice intérimaire du MCC

Le Togo est officiellement entré en possession de la subvention de 35 millions de dollars, soit 20 milliards de FCFA, accordée par le Millenium Challenge Corporation (MCC) dans le cadre de son programme seuil Threshold. Une cérémonie de signature d’accord de don s’est déroulée le jeudi 14 février à Lomé, entre le Ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et Cynthia Huger, directrice intérimaire du MCC, en présence du Premier Ministre, Komi Selom Klassou. Le financement, approuvé depuis avril 2018, est destiné à accompagner le Togo dans l’amélioration des secteurs des Technologies de l’information et de la Communication (TIC) et du foncier, les deux secteurs clés que prend en compte le Programme seuil Threshold du MCC. « Nous avons remarqué que le Togo a réalisé des efforts remarquables ces 9 derniers mois dans les domaines des TIC et du foncier. Nous avons de bonnes raisons de nous réjouir car cette occasion marque une étape dans le partenariat entre les Etats-Unis et le Togo ; un partenariat que nous voulons de plus en plus dynamique », a déclaré Cynthia Huger lors de la cérémonie. Le Chef du gouvernement a de son côté indiqué que cet accord, est « la preuve du pragmatisme des réformes courageuses engagées par le Togo depuis plusieurs années en vue de créer les conditions pour le développement durable et inclusif de nos populations mais également favoriser l’émergence au Togo ». Le Togo vise désormais un autre palier de l’accompagnement du MCC, le Programme Compact, encore plus important en termes de montant alloué.

 

Le Chef de l’État a posé la première pierre de construction d’un hôpital de référence à Lomé

Lancement des travaux de construction de l’hôpital Saint Pérégrin

Les travaux de construction d’un hôpital de référence ont été lancés ce vendredi 15 février à Agoè (quartier situé au nord de Lomé) par une cérémonie de pose de première pierre présidée par le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé. Le projet, piloté par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), s’inscrit dans la mise en œuvre du Plan national de développement 2018-2022 et permettra de réduire les évacuations sanitaires. L’hôpital en construction est une infrastructure de haut standing de niveau 4. Baptisé « Saint Pérégrin », du nom de ce Saint, qui est prié pour les maladies incurables, cet hôpital disposera d’un plateau technique qui permettra d’offrir des soins d’excellence et de répondre de manière adéquate aux problèmes de santé posés par les patients. Le cadre de travail s’alignera sur les critères et les standards internationaux avec un environnement propre et rassurant. Pour les pouvoirs publics, la construction de cet hôpital vise à faciliter l’accès aux soins de santé pour un grand nombre et réduire de manière sensible le taux de mortalité et de morbidité. Les autorités entendent également ainsi renforcer l’équité dans l’accès aux services de soins de santé et surtout réduire les évacuations sanitaires. L’hôpital Saint-Pérégrin est composé d’un bâtiment de 11.000 m2 et d’un hôtel de 7000 m2 destiné à l’accueil des patients ou de leur famille. A cela s’ajoute un parc et une piste héliport et un bâtiment écologique avec une autonomie en eau et en électricité. L’hôpital devra fonctionner par secteurs : consultations, hospitalisation générale et maladies infectieuses, imagerie, exploration fonctionnelle, maternité, etc… Il est prévu que sa gestion soit confiée à une structure privée dans le cadre de la politique de la contractualisation. Les travaux vont durer un an.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur