Retour sur les principaux faits marquants de l’actualité au Togo du 7 au 13 janvier 2018

0 236

La grâce présidentielle accordée à 454 détenus par le Président Faure Gnassingbé, la rentrée Parlementaire des députés élus le 20 décembre 2018, la visite au Togo du président de la FIFA, Gianni Infantino, la présentation du bilan des activités 2018 au ministère du développement à la base et bien d’autres sujets ont constitué les faits marquants de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

Le gouvernement apporte son soutien aux réfugiés Ghanéens

Des réfugiés ghanéens en provenance de la localité de Chereponi ont débarqué la semaine dernière dans la ville de Mango (Région des savanes) fuyant les violences communautaires entre les Konkomba et les Tchokossi. Ces hommes et femmes qui sont venus pour rechercher de la protection et de l’assistance en terre togolaise sont estimés à 14 840 selon les agents du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Dès qu’il en a été informé, le gouvernement à travers une délégation conduite par le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a effectué le lundi 7 janvier 2019, un déplacement dans le camp qui les accueille au nord du pays précisément dans la ville de Mango (à 550 km de Lomé). Selon le ministre Yark Damehane, il s’agissait d’une visite de soutien et d’accompagnement de ces déplacés à qui des vivres et non vivres ont été distribués. « Cette situation nous amène encore une fois à demander à nos compatriotes de tout mettre en œuvre pour que la paix dont nous jouissons puisse être préservée. Rien ne peut se faire sans la paix, rien ne peut se faire sans la sécurité », a-t-il insisté avant d’appeler l’ensemble des populations togolaises à faire preuve de convivialité envers ces personnes déplacées. Il faut rappeler qu’en 2018, la préfecture de Dankpen avait accueilli plus de 1500 personnes ayant fui les localités de Saboba et de Tchirkpeni au Ghana suite à un conflit foncier ayant opposé Tchokossi et Konkomba. Des morts et plusieurs blessés avaient été enregistrés.

 

Renforcement de capacité des agents de lutte contre le blanchiment d’argent

Le Togo souhaite renforcer son dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. C’est dans cette optique, qu’il a été organisé le 7 janvier, à l’intention des magistrats, des cadres de police et de la gendarmerie, une session de formation au Centre de formation des professions de Justice (CFPJ), à Lomé. Ce séminaire de formation visait à améliorer les connaissances des participants sur les pratiques en matière d’enquête et de poursuite pénale dans ce domaine. Il était question de les outiller sur « comment mener une enquête financière jusqu’à aboutir à des résultats palpables, comment interroger les criminels, comment faire des saisies », a laissé entendre Suzanne Soukoudé Fiawonou, directrice du CFPJ. 11 thématiques, dont l’enquête financière, l’ouverture d’une enquête judiciaire de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, l’interrogatoire en matière financière ou encore la saisie et la confiscation des avoirs criminels, étaient au menu de ce séminaire. La rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de renforcement des capacités en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest (SAMOUA). Ce projet est conduit, en partenariat avec le Groupe intergouvernemental d’actions contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’ouest.

Faure Gnassingbé gracie 454 détenus de droit commun

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, a accordé, à travers un décret signé le 03 janvier 2019, la grâce présidentielle à 454 détenus sur toute l’étendue du territoire national. La mesure décidée après avis du Conseil supérieur de la magistrature est entrée en application le mardi 08 janvier 2019, avec la libération, dans 13 prisons civiles, des détenus dont la plupart ont déjà purgé plus de la moitié de leur peine. A Lomé, où la population carcérale est la plus importante, ce sont 177 personnes qui ont recouvré leur liberté. Selon Akibou Idrissou, le directeur général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DAPR) cette décision permettra de « décongestionner les cellules et réduire le nombre de détenus en charge ». Voici la répartition du nombre de détenus libérés dans les autres prisons : Tsévié (20), Notsè (13), Mango (09), Sokodé (35), Atakpamé (35), Kpalimé (58), Kanté (06), Kara (13), Dapaong (26), Aného (39), Bassar (15) et Vogan (8).

Lire aussi : Faure Gnassingbé donne la grâce présidentielle à 454 détenus

L’Assemblée nationale a effectué sa rentrée Parlementaire

Aperçu des nouveaux députés à l’Assemblée nationale

Une semaine après la proclamation des résultats définitifs des législatives du 20 décembre, les députés nouvellement élus ont effectué le 8 janvier leur rentrée Parlementaire en respect de l’article 52 alinéa 2 de la Constitution et de l’article 1er alinéa 2 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Cette session a été présidée par le doyen d’âge, André Kwassi Johnson de l’Union des Forces de Changement (UFC). Les travaux ont essentiellement porté sur l’adoption du projet de l’ordre du jour. Ensuite les députés ont écouté deux communications. Dans son discours à l’ouverture des travaux, le Doyen d’âge des députés, André Johnson a souligné que les défis qui attendent les députés sont énormes pour faire avancer le Togo sur la voie du développement et de la construction de la destinée commune. « Il s’agit d’aller rapidement aux réformes constitutionnelles et institutionnelles afin de consolider la paix dans notre pays. J’ai foi en notre capacité à transcender nos divergences pour faire évoluer le cadre institutionnel et politique, une profonde aspiration du peuple togolais », a-t-il souhaité. L’élection du bureau de la nouvelle assemblée nationale togolaise et surtout de son président est attendue lors des prochaines séances plénières. Mais bien avant, une commission est mise en place pour revisiter le règlement intérieur du parlement. Elle est composée de 7 représentants du parti UNIR, 4 des partis de l’opposition et 2 des candidats indépendants.

 

Visite du président de la FIFA, Gianni Infantino au Togo

SEM Faure Gnassingbé et Gianni Infantino, président de la FIFA

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé a reçu en audience le mercredi 9 janvier à Lomé une délégation de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) conduite par son président Gianni Infantino. Les échanges entre le Chef de l’Etat et le patron de l’instance du football mondial en visite de travail à Lomé dans le cadre d’une tournée sous régionale, ont porté sur la politique de développement du football, à tous les niveaux, au Togo. A l’issue de l’entretien, Gianni Infantino s’est engagé à œuvrer de concert avec les autorités Togolaises afin de développer et d’améliorer le niveau du sport roi national. « Nous avons discuté du développement du football au Togo avec le Président de la République et nous nous sommes félicités des efforts du gouvernement en la matière », a indiqué Gianni Infantino. Et de poursuivre : « La FIFA s’engage à apporter son soutien au gouvernement pour la promotion du football masculin et féminin, et nous allons travailler main dans la main pour améliorer la qualité de jeu, des infrastructures et des centres de formation au Togo ». Les retombées pour le football Togolais après le passage du patron de la FIFA sont importantes. Il s’agit entre autres de la réhabilitation des stades d’Atakpamé, Sokodé et Kara qui seront dotés de pelouse synthétique. La mise à disposition de la FTF des fonds du Programme de développement forward de la FIFA. L’extension du siège de la Fédération togolaise de football. L’octroi d’équipements à la sélection nationale, des actions pour rehausser le niveau des compétitions nationales et la participation du Togo au projet 9 millions de ballons de la FIFA.

Lire aussi : Visite du Président de la FIFA au Togo : De grandes retombées pour le football national

Plus de 145 millions de FCFA pour la protection de l’environnement au Togo

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a accordé le 9 janvier un financement d’un montant de plus de 145 millions de FCFA à 7 organisations de la société civile togolaise impliquées dans la protection de l’environnement. Les documents de l’accord ont été signés par Mactar Fall du PNUD et les représentants de ces organisations. Ce protocole d’accord de financement s’inscrit dans le cadre du Programme de Micro-financements du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Selon Mactar Fall, les subventions visent à soutenir les initiatives communautaires innovantes, notamment celles pouvant contribuer à la conservation, la restauration et l’utilisation durable des ressources naturelles. Et, à terme, à lutter contre la pauvreté et renforcer la résilience des populations face aux effets néfastes des changements climatiques. Par projet, les appuis financiers varient de 15 à 26 millions FCFA.

Le MDBEJ a présenté son bilan 2018

L’année 2018 s’est achevée sur une note de satisfaction au vu des résultats obtenus dans la mise en œuvre de la politique nationale de développement à la base, a indiqué jeudi 10 janvier 2018, le ministre en charge de ce secteur, Victoire Tomégah-Dogbé, qui a souligné un taux d’exécution de 94% de la lettre de mission. Durant la période sous revue, 16 002 emplois durables ont été créés au profit des jeunes et 57 365 emplois temporaires ont profité à des jeunes et des femmes. 40 infrastructures socioéconomiques correspondant à 312 unités d’infrastructures ont été réalisées au profit des communautés, 91 394 élèves du préscolaire et du primaire ont bénéficié du programme des cantines scolaires. Dans le secteur de l’artisanat, 691,1 millions FCFA ont été investis. Dans le détail, 27 centres ont été construits ou réhabilités, 1852 artisans ont été formés en technique de création et de gestion de PME. 353 artisans ont eux, participé à des manifestations foraines nationales et internationales. Quant au volet de la promotion de la jeunesse, 4455 jeunes ont renforcé leur employabilité dans le volontariat et 2364 micro-entreprises et PME ont été créées. Notons que ces chiffres ont été dévoilés lors de la présentation du rapport de la revue annuelle de performance 2018 du Ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes (MDBEJ).

Lire aussi : Artisanat, PME et infrastructures socioéconomiques

Le Togo mobilise 13 milliards de FCFA sur le marché financier de l’UEMOA

Le Togo a bouclé jeudi sa première opération sur le marché financier régional de l’UEMOA pour le compte de l’année 2019. Alors qu’il recherchait 20 milliards FCFA, le pays s’est vu servir 18,625 milliards FCFA par les investisseurs du marché. Une meilleure performance comparée pour sa première sortie sur ce même marché l’année dernière. Sur ces soumissions, le Trésor public ne retiendra que 13,625 milliards FCFA, qui viendront soutenir le budget de l’Etat, arrêté à 1461 milliards FCFA. En 2019, le Togo prévoit de mobiliser sur ce marché 390 milliards FCFA dont 95 milliards FCFA au premier trimestre. Pour ce premier trimestre, les ressources à mobiliser se répartissent entre Bons assimilables du trésor pour 40 milliards FCFA et 55 milliards FCFA pour les émissions d’Obligations Assimilables du Trésor.

Opérations anti-criminelles à Lomé

205 personnes ont été interpellées par les forces de sécurité et de défense ce jeudi 10 janvier 2019, dans les quartiers d’Agoè et de Casablanca à Lomé, dans le cadre d’une vaste opération anticriminelle et de lutte contre la délinquance. L’opération a été effectuée de 06h à 15h dans le quartier Casablanca et de 19h à 04h du matin dans la nuit de jeudi à vendredi, dans la préfecture d’Agoè. Elle avait pour unique but, indique le ministre de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehane , « la protection des personnes et des biens, à un moment où les contextes sécuritaires international et national, sont très volatiles et de plus en plus inquiétants ».
En plus des 205 personnes interpellées (71 à Casablanca et 134 à Agoè), 213 motos, 2 véhicules et du cannabis ont été saisis.

Le FNFI en mis au vert à Notsè

Les cadres et agents du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) étaient, à la faveur « d’une retraite stratégique du personnel » à Notsé, ville située à environ 95 km de la capitale togolaise. Cette rencontre de trois jours qui a débuté le 11 janvier devait permettre d’adopter le Plan de Travail et de Budget Annuel (PTBA) 2019. En rappel, le FNFI est l’un des instruments mis en place par l’Etat togolais pour espérer réduire significativement la pauvreté. Au 30 juin 2018, il mobilisait 30 milliards FCFA auprès de l’Etat et des bailleurs de fonds. Ce fonds a permis à l’institution d’octroyer un volume de crédits record de 75 milliards FCFA, aux femmes pour le développement de leurs petits commerces. A son actif, également, plus de 20 700 jeunes financés à travers le produit AJSEF entre 2015 et 2017 et plus de 17 000 emplois directs générés.

Contact : depeches@autogo.tg

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur