Retour sur les principaux faits marquants de l’actualité au Togo du 29 avril au 5 mai 2019

0 586

La visite du Président Faure Gnassingbé au Saint-Siège, la réunion du cadre de concertation gouvernement-secteur privé, les négociations entre le Togo et le Ghana sur la démarcation de leur frontière maritime, la commémoration de la fête des travailleurs, la célébration de la journée de la liberté de presse…Tels sont là, les principaux sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

 

Le Président Faure Gnassingbé s’est entretenu avec le Pape François au Vatican

SEM Faure Gnassingbé reçu par le Saint Père, le Pape François.

Le Président de la République SEM Faure Gnassingbé a été reçu le lundi 29 avril 2019 par le pape François au Vatican. Cette visite du numéro Un Togolais au Saint-Siège est intervenue deux jours après la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance du Togo. Selon un communiqué de la Présidence de la République, les deux hautes personnalités ont abordé plusieurs sujets lors des échanges après un recueillement, dans une ambiance cordiale empreinte de piété et d’admiration mutuelle.

Les sujets de discussion ont trait à la situation socio-politique au Togo et aux questions de paix et de sécurité dans la sous-région Ouest africaine. Sur la situation politique au Togo, « les deux hommes d’Etat ont fait le tour d’horizon des derniers développements de l’actualité sociopolitique du pays notamment, le dialogue pouvoir-opposition et les élections législatives du 20 décembre 2018 », souligne le communiqué.

Au plan sous-régional, ils se sont penchés sur les questions de paix et de sécurité, en référence aux nombreuses attaques terroristes qui ont eu lieu ces derniers jours au Burkina Faso, au Mali et au Nigéria. Le Saint Père a souligné, dans ce contexte, la contribution de l’Église dans la construction des nations et le rôle des institutions catholiques dans l’éducation à la culture de la paix en vue d’un monde de justice et de paix pour tous.

Le Pape François a salué l’engagement du Chef de l’Etat à renforcer le processus démocratique et le dialogue au Togo et l’a encouragé à promouvoir la paix et la stabilité dans la sous-région et sur le continent.

 

Vers l’adoption d’une stratégie de développement du secteur privé au Togo

Le ministre du commerce M. ADEDZE Kodjo,

Le Ministère du commerce veut donner un nouvel élan au secteur privé togolais. Il a donc élaboré un Document stratégique pour redynamiser les activités dans ledit secteur. Le document a été présenté aux acteurs lundi au cours d’un atelier à Lomé.  La rencontre visait à recueillir les propositions des participants pour améliorer la stratégie de développement que le ministère du commerce veut mettre en place.

A l’issue, une stratégie nationale de développement du secteur privé sera adoptée afin de rendre les activités économiques plus compétitives au Togo. Le Ministère veut à travers cette initiative, doter le secteur privé togolais d’outils et de moyens pour le rendre plus performant afin qu’il puisse répondre aux attentes portés sur lui dans la mise en œuvre du Plan national de développement (PND). « Cette stratégie viendra combler le vide d’un document de cadrage macro-économique des actions en faveur du secteur privé », a souligné Kodjo Adedze, ministre en charge du Secteur privé et de la Promotion de la consommation locale.

Le document se décline en 4 axes principaux : l’amélioration du climat des affaires et la promotion des investissements, le développement des entreprises, le renforcement de capacités des acteurs, et le renforcement du dialogue Public-Privé. Cet atelier intervient dans un contexte où le rôle du secteur privé dans la transformation structurelle de l’économie togolaise sur la période 2018-2022 se révèle prépondérant. Les opérateurs économiques sont en effet appelés à mobiliser 65% des financements nécessaires à la réalisation du Plan National de Développement (PND), soit environ 3000 milliards de FCFA.

 

Le gouvernement et le secteur privé en concertation sur la mise en œuvre du PND

SEM Selom Klassou, premier ministre du Togo

 

Le comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé s’est réuni le mardi 30 avril 2019 à Lomé sous la présidence du Premier ministre, komi Sélom Klassou. Ce cadre de discussions créé par décret présidentiel vise à renforcer la confiance mutuelle entre le gouvernement et les opérateurs économiques du privé.

La réunion a particulièrement permis au gouvernement de revenir sur les actions entreprises dans certains secteurs clés, pour rendre le Togo plus compétitif et permettre au secteur privé Togolais d’apporter sa contribution dans le financement du PND. Suppression de certains taxes, apurements des instances, conduite inclusive de l’élaboration des textes de loi, création du guichet unique du foncier, réduction des coûts de certaines opérations, la numérisation des titres fonciers…, sont quelques-unes de ces actions.

Pour Komi sélom Klassou, le secteur privé est et demeure, le vecteur de la croissance économique, créateur de richesse d’emplois décents et donc générateur du bien-être. Cependant affirme-t-il quoi que vital, ce secteur ne peut pas travailler en vase clos. « L’Etat étant, le principal responsable du cadre législatif et réglementaire, il lui revient de prendre des mesures incitatives de façon à donner au secteur privé la capacité d’agir », a martelé le Premier ministre avant d’exhorter le secteur privé à un vrai changement de paradigme. « Nous avons le devoir de travailler pour promouvoir notre pays à l’international et surtout dans la sous-région et c’est l’un des résultats attendus dans la mise en œuvre du PND », a-t-il indiqué.

Toutes les différentes actions déclinées lors de la rencontre et l’engagement réaffirmé par le Chef du gouvernement ont réjoui les opérateurs économiques. « A l’issue de cette réunion, nous ressortons avec un sentiment de satisfaction, satisfaction parce que l’ensemble de nos préoccupations qui ont été envoyées au gouvernement à travers ce cadre de concertation ont été prises en compte au moins dans les 75% », a déclaré Germain Méba, Président de la Chambre du commerce et d’industrie du Togo (CCIT).

Le Chef du gouvernement a pour sa part appelé les acteurs du secteur privé à maintenir le fil du dialogue avec les autorités. Aussi les a-t-il invités à prendre part massivement au forum Togo-UE qui se tiendra du 13 au 14 juin 2019 à Lomé.

 

Le Togo plaide pour une solution à l’amiable dans la démarcation maritime avec son voisin du Ghana

M. Stanislas Baba, , président du Haut Conseil pour la Mer

 

Le Togo et le Ghana poursuivent les discussions pour trouver une solution au conflit au tour de leur frontière maritime commune. Les membres des commissions chargées de la démarcation de la frontière maritime entre les deux pays ont achevé mardi dernier à Lomé, une réunion de deux jours sur la question.

La réunion a été consacrée à l’évaluation des avancées enregistrées depuis le début des travaux de la commission visant à résoudre le problème. L’objectif est d’approfondir les discussions entamées en vue d’aboutir à une solution négociée, juste et équitable conformément au droit international. Pour Stanislas Baba, président du Haut Conseil pour la Mer et membre de l’équipe de négociation, ce nouveau round de discussion qui intervient après ceux de juin, octobre et décembre derniers, visait principalement à avancer dans la résolution de ce contentieux vieux de plus d’un demi-siècle. Toutefois, il reste visiblement du chemin à parcourir, a-t-il poursuivi.

Selon lui, peu de progrès ont été réalisés à ce jour parce la quintessence de la problématique des frontières maritimes n’est toujours pas encore abordée dans les négociations. « Il est donc temps que nous abordions le fond même des négociations » a-t-il précisé. « La partie Togolaise fera tout pour que nous nourrissions de l’esprit de fraternité et des intérêts des deux peuples que nous puissions arriver à une solution à l’amiable… On peut oser croire que c’est aussi le cas de la partie ghanéenne qui ne compte pas revivre la même situation conflictuelle comme c’est déjà le cas avec la Côte d’Ivoire », a ajouté le responsable du Haut Conseil pour l’action de l’Etat en Mer (HCM).

La partie ghanéenne a de son côté, comme lors des précédentes réunions, réaffirmé sa volonté de parvenir à un accord « fondé sur le droit international ». Rappelons que le contentieux tourne autour d’une imprécision sur la délimitation de la frontière maritime entre les deux pays voisins. Les autorités togolaises ont contesté ces derniers mois l’attribution d’un marché d’exploration pétrolière dans le bloc ultra-profond de Kéta-Est, estimant que la concession pétrolière octroyée se situe dans les eaux togolaises.

 

Les travailleurs togolais ont célébré la fête du 1er mai

La fête du 1er mai ou fête des travailleurs a été célébrée un peu partout à travers le monde le mercredi 1er mai 2019. Cette fête n’est pas passée inaperçue au Togo particulièrement chez les travailleurs de la fonction publique réunies en plusieurs centrales syndicales. Ainsi après le traditionnel défilé dans les rues de Lomé, les responsables et membres des centrales syndicales se sont retrouvés sur l’esplanade du Palais des congrès de Lomé au tour du Premier ministre, Komi Selom Klassou et de certains ministres qui l’accompagnaient.

Les centrales syndicales, tout en se félicitant de l’évolution des discussions entre le gouvernement et elles, ont exprimé leurs préoccupations au chef du gouvernement à travers un cahier de doléances et une plateforme revendicative commune. Il s’agit entre autres de la finalisation de la révision du Code du travail, le renforcement de certains textes, la sécurité et la protection des travailleurs, la situation de l’enseignement conventionnel, les retraites, le reclassement dans l’administration générale ou encore l’extension de l’assurance maladie aux travailleurs de l’économie informelle.

Réceptionnant le cahier de doléances, le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a rassuré les centrales syndicales sur la volonté du gouvernement de résoudre les différentes préoccupations des travailleurs. Le Ministre chargé de la fonction publique, Gilbert Bawara qui a pris part à la cérémonie, a saisi l’occasion pour faire des annonces importantes aux travailleurs, notamment la révision très prochaine du Code général de la fonction publique, mais aussi l’extension de l’assurance-maladie ainsi que la réforme de l’administration publique et des services publics, etc.

Il a exprimé aux centrales syndicales la satisfaction du gouvernement pour l’esprit de dialogue et de concertation qui a prévalu sur toutes les préoccupations et questions touchant le monde du travail. Le président du Conseil National du Patronat du Togo (CNP), Koami Sédolo Tamégnon, a pour sa part remercié le gouvernement pour son attention permanente aux doléances des travailleurs et ses efforts pour l’amélioration du climat des affaires dans le pays.

 

Le Président Faure Gnassingbé attendu à la conférence économique annuelle prévue début juin à Londres

Le 5 juin prochain, le Président Faure Gnassingbé participera en tant qu’invité d’honneur, à la 5ème édition de la conférence économique annuelle, une rencontre organisée par la plate-forme dénommée « Invest Africa ». Le Chef de l’Etat profitera de sa présence à ce rendez-vous pour présenter au cours d’un panel qu’il va animer avec l’économiste Carlos Lopez, les opportunités d’investissement qu’offre le Togo ainsi que son Plan national de développement (PND 2018-2019), dont 65 % du financement global est attendu du secteur privé national et étranger.

Au-delà de cette importante activité, le premier ambassadeur du PND aura également plusieurs entretiens avec des investisseurs africains et européens susceptibles de s’intéresser à cette stratégie de développement dont l’objectif d’ici 5ans est de transformer structurellement l’économie, afin de créer massivement des emplois et de la richesse, et améliorer le bien-être social. « Invest Africa » est une plate-forme commerciale qui encourage le commerce et les investissements en Afrique. Elle regroupe plus de 400 membres comprenant des multinationales, des sociétés de capital investissement, des investisseurs institutionnels, des institutions de financement du développement, des organisations de services professionnels, des organismes gouvernementaux et des entrepreneurs.

 

Le gouvernement invite les journalistes à une « synergie d’action » et au « professionnalisme » dans l’exercice de leur métier

La journée internationale de la liberté de la presse a été célébrée le vendredi 3 mai 2019 partout à travers le monde sous le thème, « Médias pour la démocratie : le journalisme et les élections en période de désinformation ».  Consacrée par les Nations unies depuis 1993, cette célébration vise à rappeler au monde le rôle fondamental de la presse, dans le renforcement de l’Etat de droit et l’enracinement de la démocratie.

C’est aussi une occasion pour les professionnels des médias de revisiter les principes fondamentaux de la liberté de la presse, passer en revue les progrès parcourus, tout en faisant ressortir les insuffisances constatées et en rendant hommage aux journalistes tués dans l’exercice de leur mission. A l’occasion de cette célébration, le gouvernement a adressé via un communiqué, un message à tous les acteurs de la presse nationale.

La corporation est invitée à une synergie d’action, à préserver les progrès enregistrés et à concourir aux avancées en matière de liberté d’expression, de la presse et généralement des libertés publiques au Togo. « L’engagement de l’ensemble des parties prenantes togolaises devra être source de synergie, tendant à réduire la dépendance notée entre l’environnement médiatique et le contexte politique, pour porter généralement l’attention des médias sur tous les secteurs de la vie nationale », a indiqué le communiqué.

Par ailleurs, les organes de presse, radio et télévision sous le contrôle de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) sont encouragés à faire encore plus d’effort en matière de « professionnalisation » et une contribution accrue à la « promotion des valeurs de civisme et de citoyenneté ». Selon le dernier classement de Reporters Sans Frontières (RSF) publié le 18 avril 2019, le pays a progressé de 10 places, se classant désormais 76ème sur 180 pays répertoriés.

 

La Secrétaire d’Etat Assih a présenté les résultats des différents programmes pilotés par son département aux partenaires

Madame la Secrétaire d’Etat Mazamaesso ASSIH.

 

La secrétaire d’État chargée de l’inclusion financière et du secteur informel, Mazamesso Assih a partagé vendredi à Lomé avec le Système des Nations-Unies au Togo, les résultats des différents programmes pilotés par son département à savoir le Fonds national de la Finance inclusive, School Assur et l’organisation du secteur informel. Selon les résultats présentés, il ressort que le FNFI a octroyé plus de 1.553.000 crédits dont près de 95% ont été remboursés   pour une valeur estimée à 81 milliards de FCFA.

Le programme School Assur couvre à la date du 30 avril 1.768.947 élèves. Enfin, l’organisation du secteur informel a permis la création de 1450 entreprises de transport. La Secrétaire d’Etat espère à travers cette rencontre de présentation des résultats obtenir du système des Nations Unies au Togo, plus d’accompagnement technique. Les différents représentants du système des Nations Unies ont salué la réussite des trois programmes.

 La Délégation de l’UE au Togo a lancé les manifestations de « la Semaine de l’Europe » à Lomé

Les activités de la « Semaine de l’Europe » au Togo ont démarré le samedi 4 mai 2019 à Lomé avec l’opération plage propre organisée par la Délégation de l’Union européenne en collaboration avec ses partenaires. Les manifestations qui vont se dérouler dans le cadre de la fête de l’Europe célébrée tous les ans, le 9 mai, s’achèveront le 11 mai prochain par un festival de l’humour francophone à Canal Olympia Godopé.

Un festival de film européen est prévu du 7 au 10 mai au même lieu.  Plusieurs films français, belges, allemands, portugais et italiens seront projetés. Selon un communiqué de presse de la Délégation de l’UE, le   07 mai, les responsables européens, des Ambassades de France et d’Allemagne visiteront des projets mis en œuvre dans la région maritime notamment.

Cette mini-tournée sera l’occasion pour les médias de découvrir avec plus de détails les réalisations de l’Union européenne et de ses Etats membres à Lomé et à Tsévié. Un gala de football avec la participation des équipes du gouvernement togolais, des Ambassades de France et d’Allemagne et de la Délégation de l’Union européenne aura lieu le samedi 11 mai à partir de 8 heures sur le terrain de la British School de Lomé (BSL). L’apothéose de cette « Semaine de l’Europe » sera la première édition du festival de l’humour francophone le samedi 11 mai à partir de 19 heures à Canal Olympia Godopé.

Lire aussi / Climat des affaires au Togo : Des réformes pour une justice davantage au service des investisseurs

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur