Retour sur les principaux faits marquants de l’actualité au Togo du 13 au 19 mai 2019

0 540

 L’adhésion du Togo à l’OCDE, l’extension par l’INAM de la couverture maladie aux artisans, l’atelier de revue du portefeuille de la BAD avec le Togo, l’adoption d’un projet de loi sur la sécurité nationale en Conseil des ministres, l’inauguration de deux ponts sur le fleuve Zio, le lancement du projet THIMO par le Ministre du développement à la base…Tels sont là, les principaux sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

Le nouvel Ambassadeur du Royaume-Uni au Togo, Iain Walker, a présenté ses lettres de créances au Chef de l’Etat

 Le Royaume-Uni a un nouvel Ambassadeur au Togo. Il s’agit de Iain Walker. Celui-ci a présenté le lundi 13 mai 2019 ses lettres de créances au Chef de l’Etat, SEM Faure Gnassingbé au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au Palais de la Marina. Le diplomate anglais qui résidera à Accra pour mener ses activités, a eu tout juste après la cérémonie de présentation, un entretien avec le Président de la République. Entretien durant lequel, il a renouvelé l’engagement de son pays à renforcer les liens de coopération et d’amitié avec le Togo notamment dans les domaines économique, sécuritaire et social.

« Notre priorité, c’est de soutenir le développement du Togo dans différents secteurs comme nous le faisons déjà avec d’autres pays francophones », a indiqué à sa sortie d’audience Iain Walker qui s’est également félicité de la mise en place du Plan national de développement (PND 2018-2022). Marié et père de trois (03) enfants, Iain Walker a occupé plusieurs postes dans les secteurs des banques et marchés financiers avant d’être promu, en 2006, en qualité de Conseiller Politique au Cabinet du Premier Ministre de son pays. Il conserva ce poste jusqu’en 2008 où il fut nommé Directeur Assistant/Consultance à Price Water House Coopers.

A partir de 2010, il a dirigé plusieurs départements au Ministère des Affaires Étrangères de son pays. Avant sa nomination en tant qu’Ambassadeur au Togo, Iain Walker était Haut-commissaire britannique auprès de la République du Ghana.

 

Faure Gnassingbé accepte au nom du Togo l’invitation de l’OCDE

 Le Togo est devenu le 13 mai, membre à part entière du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Cette adhésion fait suite à une invitation adressée au pays. Elle permet également au Togo de devenir membre du Comité Directeur de l’organisation, ce qui signifie une implication accrue désormais dans ses activités. Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, qui a accepté au nom du Togo cette invitation, s’est félicité de cette décision qui ouvre la voie d’une nouvelle vitalité dans les relations du Togo avec l’organisation basée à Paris.

Pour le Chef de l’Etat togolais, cela devrait également faciliter un meilleur partage d’expériences en matière de développement. L’adhésion du Togo est une marque de reconnaissance des importants progrès accomplis par le Togo dans la réforme de ses politiques d’investissement en vue d’améliorer le climat des affaires et de réduire la pauvreté à l’échelle national.

Créée en 1961, l’OCDE est une organisation internationale d’études économiques dont les pays membres (des pays développés pour la plupart) ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché. L’organisation a pour mission de promouvoir les politiques qui contribuent à l’amélioration du bien-être économique et social de par le monde. Elle compte désormais, avec l’intégration du Togo, 55 pays membres dont 10 africains.

L’INAM étend l’assurance maladie aux artisans

Les artisans togolais bénéficient désormais d’une assurance maladie. Le lancement de ce dispositif a été effectué le mardi 14 mai 2019 à Lomé au cours d’une cérémonie présidée par la Ministre en charge de l’artisanat, Victoire Tomégah-Dogbé, en présence de plusieurs membres du gouvernement. Le mécanisme, mis en place par l’Institut national de l’assurance maladie (INAM) et qui couvrait depuis 2012 les agents de l’administration publique, va désormais permettre aux artisans togolais de bénéficier d’une prise en charge des risques liés aux maladies, non-professionnels. Ils pourront ainsi recevoir des soins dans des structures sanitaires spécifiques pour une contribution financière adaptée à leur revenue.

« La protection sociale dédiée aux artisans s’inscrit dans le processus destiné à couvrir progressivement toutes les couches sociales du pays après l’administration publique », a expliqué Victoire Tomegah-Dogbé, à ce lancement.

Elle a également indiqué que le dispositif qui s’inscrit dans l’axe 3 du PND, va impacter à peu près 100 000 artisans d’ici les 03 prochaines années. Rappelons que le secteur de l’artisanat au Togo mobilise plus d’un million de personnes, pour une contribution au PIB estimée à 18% en 2017.

Lomé a abrité une conférence sur l’état de l’aviculture en Afrique

Une conférence avicole panafricaine s’est tenue à partir du 14 mai à Lomé. Organisé par le Centre d’excellence régional sur les sciences aviaires (CERSA), avec l’appui de la Banque Mondiale, le symposium a réuni du 14 au 16 mai 2019, près de 300 chercheurs, enseignants, étudiants, industriels ou acteurs du monde aviaire, venus d’une quinzaine de pays.

La rencontre a permis aux participants de faire le point sur l’état de l’aviculture en Afrique, les avancées et les défis. Le tout, à travers des communications et des séances de travail. Au Togo, l’élevage de poulet local en marge de la volaille exotique connait un essor important. Les effectifs de volailles qui étaient de 8 millions de têtes en 2010 sont passés actuellement à 25millions de têtes grâce à la mise en œuvre du Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA).

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Koffi Akpagana qui a présidé les travaux de cette conférence a indiqué que le gouvernement continuera de jouer sa partition afin de contribuer à l’essor de ce secteur qui est un des leviers importants de l’économie nationale.

La CNDH exhorte les ODDH à travailler ensemble pour la protection des droits humains au Togo

La Commission Nationale des Droits de l’Homme CNDH a échangé avec les Organisations de défense des droits de l’homme (ODDH) mardi à Lomé. Cette rencontre de prise de contact a permis à l’institution d’éclairer les participants sur les grandes orientations et innovations de la nouvelle loi promulguée le 20 juin 2018, relative à la composition, à l’organisation et au fonctionnement de la CNDH.

Au terme de l’article 4 de la nouvelle loi organique de 2018, la CNDH en plus de sa mission de promotion et protection des droits de l’homme, a pour rôle de prévenir la torture et autres formes de traitement cruel et inhumain ou dégradant dans les lieux de privation de la liberté. Pour accomplir efficacement cette mission la CNDH veut tisser un cadre de partenariat avec les organisations de défense des droits de l’homme afin qu’ensemble, elles puissent mieux répondre aux préoccupations de la population.

Pour la présidente de la CNDH, Nakpo Polo, outre la prise de contact avec les organisations de défense des droits de l’homme, il fallait les exhorter pour ensemble protéger les droits de l’homme au Togo. « Il nous incombe donc, institution nationale des droits de l’homme et organisation de défense des droits de l’homme, de veiller à travers nos actions de tous les jours, à ce que le mode de protection, de promotion et de prévention des droits de l’homme, dans la pratique soient conformes aux normes régionales et internationales », a-t-elle martelé.

 

Le gouvernement prend d’importantes mesures pour renforcer la sécurité intérieure

Réuni le mercredi 15 mai 2019 en Conseil des ministres sous la présidence du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, le gouvernement a pris deux importantes décisions concernant la sécurité nationale. La première décision relative à la sécurité intérieure, est un projet de loi adopté par le Conseil.

Selon les autorités, l’objectif est de donner au pouvoir exécutif les instruments nécessaires pour faire face à des menaces sécuritaires nouvelles et durables, tout en assurant un équilibre proportionné entre la préservation des libertés publiques et la sauvegarde de la sécurité publique et de l’ordre constitutionnel.

Conscient de son rôle régalien qui est celui de protéger les personnes et les biens ainsi que de préserver la paix dans le pays, l’Etat entend à travers la mise en place de cet outil juridique donner une réponse rapide et adéquate aux menaces qui s’inscrivent dans la durée, qu’il s’agisse du terrorisme ou des nouvelles formes de criminalité transnationale, notamment la cybercriminalité, les atteintes à la sûreté des personnes et des biens par des groupes radicaux ou la criminalité financière. La loi qui pourrait être adoptée par l’Assemblée nationale, dans les jours, semaines ou mois à venir, devrait « assurer un équilibre proportionné entre la préservation des libertés publiques et individuelles et la sauvegarde de la sécurité publique, ainsi que de l’ordre constitutionnel », rassure le Conseil des Ministres.

La deuxième décision est un décret pris par le Conseil et qui porte création, attribution, organisation et fonctionnement du comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV). Ce comité interministériel aura pour mission principale d’œuvrer à éradiquer ou à réduire sensiblement la propagation de l’extrémisme violent en donnant aux communautés de base, les outils et le soutien dont elles ont besoin pour lutter contre ce fléau. Il est également chargé de renforcer la coopération et la collaboration entre l’administration, les forces de défense et de sécurité pour une prévention et une lutte efficace. Il est composé de représentants des départements ministériels impliqués, des leaders d’opinion et de la société civile.

Le gouvernement compte en outre accompagner et soutenir les forces de défense et de sécurité présentes sur le terrain par des mesures multisectorielles et transversales visant à prévenir l’extrémisme violent, surtout dans les zones à risque.

Le Chef du gouvernement a inauguré deux ponts sur le fleuve Zio

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou a procédé mercredi à l’inauguration de deux ponts situés sur le fleuve Zio. C’était en présence des membres du gouvernement, des partenaires techniques ainsi que des autorités locales. Longs de 61 mètres, les deux ouvrages enjambent la route nationale n°1, un axe stratégique qui relie Lomé la capitale, avec principalement les pays de l’hinterland (Mali, Burkina Faso et le Niger). Ils se situent à Davié et à Togblékopé.

Les travaux ont été financés par le gouvernement togolais et la Banque Ouest-africaine de développement (BOAD) à hauteur de 3 milliards de FCFA. La réalisation de ces deux ponts sur le fleuve Zio s’inscrit dans le cadre de la politique des grands travaux lancée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé pour moderniser le pays.

Les infrastructures vont faciliter la fluidité des échanges commerciaux et vont impacter la croissance économique du Togo a laissé entendre le Premier ministre à l’issue de la cérémonie.

Rappelons que dans sa vision de devenir un hub logistique de premier ordre dans la sous-région comme le stipule l’axe 1 du PND, Lomé envisage à court terme de transformer la route nationale n°1 en une autoroute, ce qui va accroître les échanges commerciaux avec ses voisins l’hinterland. Les études de faisabilité sont déjà en cours et les travaux vont démarrer incessamment.

 

La HAAC peaufine les textes devant régir la couverture médiatique des locales au Togo

Les membres de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) ont achevé mercredi à Notsè (96 km de Lomé), l’atelier résidentiel d’adoption des principaux textes réglementaires, devant régir la couverture médiatique des prochaines élections locales. Ces assises qui se sont déroulées quelques jours après la convocation du corps électoral pour le 30 juin 2019, ont permis à l’instance de régulation des médias de passer en revue un certain nombre de textes pour une gestion efficiente et efficace des locales.

En raison de son caractère spécifique (élections de proximité), la HAAC a jugé nécessaire, en dehors des textes traditionnels régissant la couverture médiatique, d’élaborer d’autres pour associer les radios communautaires, afin de donner des chances égales à tous les candidats, en permettant à ceux de l’intérieur de passer leurs messages de campagne.

Pendant trois jours, les membres de la HAAC ont examiné le projet de décision portant respect par les médias privés des principes de pluralisme et d’équilibre de l’information pendant la campagne pour les élections locales. Ils ont aussi examiné le projet d’arrêté fixant les conditions de production, de programmation, de diffusion des émissions et publications des informations relatives à la campagne électorale sur les médias officiels, le projet de décision portant autorisation des radios privées à participer à la campagne ainsi que celui fixant les conditions de production, programmation et diffusion des émissions relatives à la campagne sur ces radios privées désignées à cet effet.

Enfin, la HAAC a défini le chronogramme de ses activités durant ce processus crucial et a établi son budget de fonctionnement pour accompagner les élections locales.

 

Les projets financés par la BAD au Togo au centre d’un atelier à Lomé

La première revue du portefeuille de la Banque africaine de développement (BAD) au Togo au titre de l’année 2019 a eu lieu le jeudi 16 mai à Lomé. Les travaux ont été présidés par le Ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya.  Cette rencontre visait à faire le suivi de la mise en œuvre des projets financés par la Banque au Togo.

Elle a permis également aux participants d’examiner les forces et faiblesses afin de proposer des approches de solutions pour une amélioration des interventions. Pour le Ministre des finances, la présente revue intervient après la mission d’audit de la Banque qui a conclu à une bonne performance des projets audités.

« Les présentations ont permis d’apprécier ces performances et de formuler, des recommandations sur les éventuelles insuffisances dont la prise en compte permettra de renforcer la qualité du portefeuille », a-t-il déclaré. Il a précisé que le portefeuille actuel de la Banque au Togo compte douze projets qui se chiffrent à plus de 199 milliards de francs CFA, avec un taux de décaissement de 58,1%.

Il a en outre remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers du Togo particulièrement la Banque africaine de développement « pour leurs appuis multiformes qui ont permis au Togo d’enregistrer de grandes avancées en matière de développement ».

Notons que les interventions de la BAD au Togo portent notamment sur le renforcement du cadre institutionnel et le développement économique à travers le financement des projets dans les secteurs de la gouvernance, du social, du secteur agricole, de l’énergie, de l’eau et de l’assainissement, de la protection de l’environnement et des transports.

 

L’AFD octroie 9,2 milliards de FCFA au Togo pour la phase III du projet environnement urbain de Lomé

 L’Agence française de développement (AFD) a accordé jeudi un don de 14 millions d’euros, soit 9,2 milliards de FCFA, à la ville de Lomé pour sécuriser l’environnement de l’ancienne décharge d’Agoè-Nyivé et mettre en œuvre les mesures d’amélioration des performances de la filière des déchets.

Les documents de cet accord de don ont été signés par le Ministre de l’Economie et des finances, Sani Yaya et l’Ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy en présence du Directeur général de l’AFD à Lomé, François Jacquier-Pélissier. Cet appui financier de l’AFD s’inscrit dans la phase III du Projet environnement urbain de Lomé (PEUL).  Cette troisième phase du projet va contribuer à diminuer les pollutions environnementales, olfactives et visuelles, et les risques sanitaires pour les populations riveraines de la décharge d’Agoè-Nyivé.

« La phase III du projet va permettre à la mairie de renforcer ses actions en vue de la mise en place d’une hiérarchie des modes de gestion des déchets plus efficace », a déclaré le DG de l’AFD. Concernant la gestion de cette subvention, le ministre des finances a indiqué que « 67% sera consacré à la composante technique portant sur la sécurisation environnementale et sociale de la décharge, 23% à l’appui à la gouvernance de la Commune de Lomé et 10% dédiés au volet « Sports et Développement » ainsi qu’à la gestion du projet ».

En rappel, le Projet Environnement Urbain de Lomé vise à améliorer l’environnement urbain et l’accès aux services essentiels pour les populations de la capitale, en luttant contre les inondations, le dépôt sauvage des déchets et les difficultés financières et managériales de la municipalité. Le financement est assuré par l’UE, l’AFD, la BOAD et la Banque mondiale. Les phases 1 et 2 ont déjà permis de restructurer les filières de collecte et de pré-collecte des déchets et de construire des points de regroupement.

14 000 jeunes bénéficieront de 15 000 FCFA tous les 10 jours grâce au projet THIMO

La Ministre du Développement à la base, de l’artisanat et de la jeunesse, Victoire Tomegah Dogbé a procédé ce jeudi 16 mai 2019 à Zafi (Préfecture de Yoto), au lancement officiel du projet des « Travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO) ». THIMO, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la première composante du projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV). Un projet dont l’objectif est de « fournir des opportunités de revenus aux jeunes pauvres et vulnérables du Togo ». Il prend en compte 14.000 jeunes des deux (02) sexes dont la tranche d’âge est comprise entre 18 et 35 ans, en situation de pauvreté et issus de 200 villages du pays.

« A ce jour, 5.040 jeunes sur 7.720 enregistrés ont été sélectionnés par tirage au sort réalisé de façon participative en assemblées villageoises. Les femmes occupent 58% du nombre des jeunes sélectionnés », a fait savoir Mazalo KADANGA. Ces volontaires percevront chaque dix jours, la somme de 15.000 FCFA pour leur travail, et ce durant quatre (04) mois. Ils bénéficieront aussi de formations sur le développement d’affaires et sur les compétences de vie. Ce projet, a expliqué la ministre Dogbé, « traduit la volonté du Chef de l’Etat d’apporter une réponse adéquate au problème de chômage qui entrave le développement socioéconomique du Togo ». Elle a profité de l’occasion pour exhorter les bénéficiaires à s’engager davantage dans les différentes composantes dudit projet, à s’unir et à prier pour que la paix et le développement règnent au Togo.

Le Togo lève 22 milliards de FCFA sur le marché financier sous régional

Le Togo confirme sa capacité de mobilisation sur le marché financier de l’UMOA. Vendredi 17 mai 2019, le pays a mobilisé   62 milliards de FCFA alors qu’il sollicitait 20 milliards de FCFA soit une couverture du montant mis en adjudication de 310,35%. Au final, le Trésor public a retenu 22 milliards de FCFA soit une couverture de 110 %.

Selon le compte de la séance, 27 participants ont effectué 68 soumissions. Parmi ceux-ci, viennent en premier, les investisseurs Togolais. Rappelons que la présente émission d’Obligations du Trésor vise à mobiliser l’épargne des personnes physiques et morales en vue d’assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’Etat du Togo.

Huit entreprises primées au terme de la 5ème édition du concours « Prix Togolais de la Qualité »

La Haute Autorité de la Qualité et de l’Environnement (HAUQE) a procédé vendredi, à la proclamation officielle des résultats de la 5e édition du « Prix Togolais de la Qualité ». Organisée chaque année, cette complétion est destinée aux entreprises régulièrement installées au Togo.

« Le Prix Togolais de la Qualité est une compétition organisée à l’endroit des entreprises et organismes publics ou privés engagés dans la démarche qualité pour reconnaître les mérites des plus performantes en vue de les récompenser et les encourager dans leurs efforts pour la promotion de la qualité au Togo », a rappelé le président de la HAUQE, François Kpakpo.

Pour cette 5e édition démarrée le 18 octobre 2018, huit entreprises publiques comme privées ont été primées. Il s’agit notamment du Port Autonome de Lomé (PAL), de Coris Bank, du Cabinet Décision, de l’ANAC, de l’ESA, de l’Imprimerie la Semeuse, du CAGECF et du LNBTP.

Le Ministre en charge du commerce et de la promotion de la consommation locale, ADEDZE Kodjo qui a présidé la cérémonie, a lancé un appel à tous les opérateurs économiques du Togo afin qu’ils s’engagent dans la démarche qualité, gage de l’amélioration de leur compétitivité et de leur image de marque au plan national et international. « Le gouvernement dans sa vision de faire de la qualité un facteur de développement, encourage tous les opérateurs économiques et les consommateurs à œuvrer pour la promotion de la culture qualité et la recherche de la performance et de la compétitivité », a-t-il ajouté.

La Serbie renforce sa coopération avec le Togo

Le Ministre Serbe des affaires étrangères, Ivica Dačić a achevé le samedi 18 mai 2019 une visite de travail de quelques heures au Togo. Au cours de son séjour, il s’est entretenu avec le Président Faure Gnassingbé et a eu une séance de travail avec son homologue togolais, Robert Dussey.

Le diplomate Serbe a déclaré avoir remis une invitation au Chef de l’Etat togolais pour une visite à   Belgrade. Il a aussi échangé avec le Président de la République sur des contrats et cadres juridiques dans la perspective de signatures d’accords de coopération entre les deux pays. « Ma visite vise à redynamiser la coopération et à l’élever à un niveau stratégique. C’est aussi une occasion pour moi de renouveler l’amitié traditionnelle qui lie nos deux pays », a-t-il déclaré à l’issue de son audience avec le chef de l’Etat togolais.

Lors de la séance de travail avec le Ministre des affaires étrangères togolais, professeur Robert Dussey, plusieurs domaines de coopération ont été explorés notamment des secteurs comme l’agriculture, l’énergie, l’éducation… puis les opportunités d’investissements dans le Plan national de développement (PND). Le tout consigné dans un mémorandum d’entente qui a été signé par les deux Chefs de diplomatie. Rappelons que le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé avait déjà rencontré le président Serbe Tomislav Nikolic en 2012.

Clap de fin pour l’opération de révision des listes électorales

Initialement prévu pour prendre fin samedi, l’opération de révision de la liste électorale a été prorogée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et a donc pris fin le dimanche 19 mai 2019. Cette fois-ci, le recensement n’a plus connu de boycott. L’opposition extraparlementaire réunit au sein de la C14 et l’ex-chef de file de l’opposition et président de l’ANC ont tous appelé la population à aller se faire recenser.

Cette révision s’inscrit dans le cadre des préparatifs des prochaines élections locales prévues le 30 juin prochain. Elle permettra d’actualiser le fichier électoral national, constitué il y a 06 mois à l’occasion des législatives du 20 décembre 2018. L’opération qui s’est déroulée en une seule zone sur toute l’étendue du territoire national était réservée aux citoyens qui ont atteint l’âge de vote (18 ans), ceux qui n’ont pas pu se faire enregistrer lors du dernier recensement, ou perdu leurs cartes ou ayant changé de domicile.    

Contact : depeches@autogo.tg

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur