Retour sur les principaux faits marquants de l’actualité au Togo du 10 au 16 décembre

Une Semaine Au Togo

0 772

La clôture de la 15e Foire internationale de Lomé, le FMI qui autorise le décaissement de 35 millions de dollars au titre du FEC en faveur du Togo, les rencontres entre des membres du gouvernement et les diplomates accrédités au Togo, l’exercice de simulation des forces de sécurité togolaise dans le cadre de la lutte contre le terrorisme…Tels sont là, quelques-uns des sujets qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

La 15ème FIL a refermé ses portes lundi à Lomé

 

Foire internationale de Lomé

Ouverte le 23 novembre dernier, la 15e édition de la Foire internationale de Lomé (FIL) a pris fin lundi 10 décembre au Centre togolais des expositions et foires de Lomé (CETEF-Lomé). Cette édition a permis de mobiliser 957 exposants et a drainé plus de 271.666 visiteurs, selon les données officielles communiquées par le Directeur général du CETEF, Kueku-Banka Johnson, qui se dit satisfait de l’évènement. Placée sous le thème : « la chaîne de valeur, vecteur du progrès économique », la 15ème foire internationale de Lomé a connu une grande mobilisation tant au niveau des exposants que des visiteurs.

 

foire de Lomé

957 exposants dont 220 venus de l’extérieur ont animé les différents stands sur le site du CETEF durant les 17 jours. Le Burkina Faso, pays invité d’honneur de cette édition a positionné 88 exposants. La foire, c’est aussi, comme d’habitude des rencontres d’affaires B to B. A cette occasion, 290 rencontres d’affaires ont été enregistrées avec 58 entreprises et 155 participants. Il y a eu 77 promesses d’affaires fermes. Le CETEF a mis en place un comité de suivi pour l’exécution des promesses d’affaires afin qu’elles débouchent sur des contrats.

En ce qui concerne les visiteurs, 271.666 ont été enregistrés au niveau des guichets du CETEF. Ce chiffre est bien meilleur que les 266.894 enregistrés lors de la précédente édition. « Toutes les manifestations programmées à cette foire, notamment les fora, les panels et les conférences, ont connu une parfaite réussite.

Lire aussi : Lomé: Deux foires et assiganmé tuent les manifestations de la C14

Elles ont connu un succès retentissant… Organisée depuis 1987, la Foire internationale de Lomé vise à faire la promotion des entreprises togolaises et étrangères. C’est aussi un cadre pour permettre à ses participants de tisser des relations d’affaires avec des partenaires multiples pour le développement de leurs entreprises. Notons que la 16e édition est d’ores et déjà annoncée et se tiendra du 22 novembre au 9 décembre 2019.

 

Le Togo bénéficie de 35 millions de dollars au titre du FEC

 

Le Conseil d’administration du Fonds Monétaire International (FMI) a autorisé lundi, le décaissement d’une 4e tranche de 34,9 millions de dollars, soit près de 20 milliards FCFA, en faveur du Togo. Ce décaissement s’inscrit dans le cadre d’une Facilité de Crédit Elargie (FEC), un mécanisme qui prévoit de débloquer un total de 240 milliards FCFA sur 3 ans, afin de soutenir les réformes entreprises par le gouvernement et l’évolution du cadre macroéconomique.

 

Lire aussi : Togo : le FMI salue les performances économiques et accorde 35,5 millions de dollars

 

Pour le FMI, le rendement du programme a été satisfaisant. Tous les critères de rendement quantitatifs et trois des cinq repères structurels ont été respectés par les autorités togolaises. « Ce qui justifie ce quatrième décaissement d’un montant de 34,9 millions de dollars, » a indiqué l’institution de Bretton Woods. Approuvé en mai 2017, le programme triennal soutenu par une Facilité élargie de crédit, d’un montant de 241,5 millions de dollars, a redonné depuis, du baume à l’économie togolaise, étranglée en 2016 par une dette publique galopante, devenue insoutenable pour les pouvoirs publics.

Plus d’un an après le démarrage du programme, le Fonds, estime que l’économie togolaise montre des signes de stabilisation naissante, malgré « un environnement difficile », en raison des manifestations socio-politiques. D’après le FMI, la croissance devrait s’accélérer et l’inflation, rester conforme aux critères de l’UEMOA. L’organisation multilatérale salue les efforts de Lomé, visant à ramener la dette publique à des niveaux viables et faire progresser les réformes budgétaires.

 

fmi
fmi

 

L’opération de reprofilage de la dette prévue est également saluée. Toutefois, le FMI invite les autorités togolaises à rester fidèles à leur programme d’ajustement macroéconomique et de réformes, afin de se prémunir des dérapages. Notons que cette nouvelle facilité « qui porte le total des décaissements depuis le début de l’accord à 100,68 millions de DTS (environ 139,5 millions de dollars) », va permettre au Togo de poursuivre les efforts entamés en vue de stimuler l’économie nationale.

 

La HAPLUCIA a célébré la journée internationale de la lutte contre la corruption

 

Le 9 décembre de chaque année est célébrée la journée internationale de la lutte contre la corruption. Au Togo, l’évènement a été commémoré lundi par une série de manifestations organisées à Lomé par la Haute Autorité de Prévention et de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA). La manifestation a connu la participation des acteurs engagés dans cette cause notamment le représentant pays de Transparency International, les représentants des organisations de la société civile, les organes de contrôle et de régulation entre autres.

Des exposés sur l’état de la corruption et la lutte contre la corruption ont été animés. Cette rencontre a été également l’occasion, pour les acteurs et partenaires de la HAPLUCIA, de comprendre les stratégies de lutte mise en place pour enrayer le phénomène au Togo. Mactar Fall, représentant le coordonnateur-résident du Système des Nations Unies au Togo, a saisi l’occasion pour relayer le message des Nations Unies qui prévoit à l’échéance 2030 la mise en œuvre d’un programme visant à éradiquer ce mal.

Celui-ci a, en outre, réaffirmé l’engagement des Nations Unies à enrayer toute malhonnêteté susceptible d’entraver l’atteinte de l’objectif à terme. Rappelons que la HAPLUCIA est une institution gouvernementale créée en juillet 2015. Mais, elle est entrée en fonction en 2017 avec pour mission de prévenir les actes de corruption par des activités de sensibilisation, d’information, d’éducation et de vulgarisation de textes ainsi que la promotion d’un système de gouvernance qui prévient les conflits d’intérêts et l’enrichissement illicite, entre autres.

 

L’aide de la France au PER de l’UEMOA évaluée à Lomé

 

Les experts des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africain (UEMOA) se sont réunis à Lomé du 10 au 14 décembre 2018 pour l’étude du rapport provisoire de l’évaluation de l’aide budgétaire globale (ABG) de la France. La tenue de cet atelier s’inscrit dans le cadre de la 10ème réunion des Cellules Nationales de Suivi (CNS) du Programme économique régional (PER) et de la 23ème réunion du Comité de Pilotage du même programme.

La rencontre a permis aux experts d’évaluer l’ABG, aide par laquelle la France soutient le PER, chaque année depuis 2005, à hauteur de 20 millions d’euros, soit 11,119 milliards de FCFA. Plus de 160 millions d’euros, soit 118 milliards FCFA ont été investis de 2005 à 2013, a laissé entendre le représentant du ministre de l’Économie et des Finances, Badanam Patoki. Ce financement, a-t-il poursuivi a permis d’impulser et de soutenir la mise en œuvre du PER avec un effet de levier considérable, démontrant le caractère stratégique de l’ABG dans la mise en œuvre du PER.

L’argent accordé a été utilisé pour financer des projets dans le domaine de la lutte contre l’érosion côtière, de la réalisation des postes de contrôle juxtaposés, des stations de pesage et de l’hydraulique villageoise. Les résultats issus de la rencontre « serviront de base pour renforcer le plaidoyer de la Commission de l’UEMOA à l’endroit du Trésor Français pour la poursuite de l’ABG », a poursuivi le représentant du ministre.

 

Le gouvernement a rencontré les ambassadeurs en poste au Togo

 

Une délégation gouvernementale conduite par les ministres chargés de la sécurité, de l’administration territoriale et de la justice, s’est entretenue mardi 11 décembre à Lomé, avec les représentants du Groupe des 5, composé de la France, de l’Allemagne, des Etats-Unis, de l’Union Européenne et du Système des Nations Unies au Togo. Cette séance de travail fait suite aux derniers développements de l’actualité socio-politique togolaise marquée une fois de plus par des scènes de violences occasionnées par les manifestations de l’opposition.

 

Yark Damehane togo
Yark Damehane togo

 

C’est pour mieux comprendre ces évènements que le Groupe des 5 a rencontré le gouvernement. Occasion pour le ministre de la sécurité et de la protection civile de situer les diplomates sur les violences que certaines villes du pays Lomé, Bafilo et Sokodé ont connu ces derniers jours. Il a expliqué que les violences sont le fait de quelques groupes d’individus qui ont érigé ou tenté d’ériger des barricades sur la route nationales no 1 et d’autres artères. Ceux-ci, cherchaient à braver l’interdiction de manifester faite aux partis politiques qui ont promis d’empêcher les législatives par tous les moyens.

Selon le ministre Yark, ces manifestations violentes ont été rapidement maîtrisées par les forces de l’ordre et de sécurité. Mais, malheureusement, on déplore trois morts, dont deux à Lomé, tués par billes de fusils de chasse, et un, suite aux sévices à Sokodé. Les enquêtes sont en cours pour situer les responsabilités dans ces affaires, a indiqué le ministre, qui a aussi fait cas de certaines interpellations. Pour le ministre Boukpessi de l’Administration territoriale, l’interdiction de manifester faite aux partis boycotteurs respecte la loi sur les manifestations au Togo. Cette loi, a-t-il précisé, interdit les manifestations s’il y a risque de troubles à l’ordre public.

Notons que le jeudi 13 décembre, le gouvernement a effectué le même exercice mais cette fois-ci avec les diplomates africains accrédités dans le pays. Le porte-parole du gouvernement, le ministre Gilbert Bawara a profité de l’opportunité pour préciser que les élections se tiendront comme prévu le 20 décembre. Les représentants du gouvernement ont en outre remercié les diplomates pour « la solidarité dont ils font preuve » envers le Togo.

 

Le Togo se prépare contre une éventuelle attaque terroriste

 

Les forces de sécurité et de défense togolaises ont effectué mercredi 12 décembre 2018 dans les environs de l’hôtel Sarakawa à Lomé des exercices de simulation de lutte contre le terrorisme. L’opération qui s’est déroulée sous l’œil vigilant des formateurs français est une initiative des forces armées togolaises, inscrite dans leur agenda de formation continue. Elle a consisté notamment en une simulation de réplique à une attaque terroriste.

Plusieurs unités ont pris part à l’opération parmi lesquelles l’Unité spécialisée d’intervention de la gendarmerie (USIG), le groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) et le Groupe d’intervention léger anti-terroriste (GILAC). Cet exercice a permis de réévaluer les capacités de réaction des forces de sécurité et de défense à toute éventuelle attaque terroriste sur le sol togolais. « Avec ce que j’ai vu, je suis satisfait de la manœuvre.

On ne le souhaite pas, mais si jamais la réalité se présentait, que nos unités interviennent avec la même efficacité », a confié le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Gal Damehame Yark, à l’issue de l’entrainement. Rappelons que des exercices similaires se sont tenus au cours de l’année, notamment à l’Aéroport International de Lomé et avec la marine nationale.

 

L’ANAC certifié ISO 9001 version 2015

 

L’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) a décroché la certification ISO 9001 version 2015.  Le prix a été remis mercredi à son directeur général, Colonel Gnama Latta, par le responsable du Bureau Veritas qui a conduit le processus de certification. Ce prix vient couronner l’ANAC pour ses efforts, ses services de qualité et de performances dans le secteur du transport aérien. Au cours de ce processus, l’organisme certificateur a évalué le management de l’ANAC suivant des critères rigoureux en matière de sécurité et de sûreté de l’aviation civile.

Cette certification qui est par ailleurs la plus récente en date, valide les orientations de l’agence par rapport aux recommandations et aux règles établies par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). « L’ANAC a passé avec succès l’audit et nous l’encourageons à aller toujours de l’avant », a déclaré Olivier Lederer, directeur général du Bureau Veritas. Selon Olivier Lederer, cette distinction est la preuve du respect par l’institution des réglementations et normes, nationales et internationales qui existent dans le secteur.

Elle confirme également la qualité du management des ressources humaines. Ravi, Gnama Latta a rappelé les différentes étapes du processus de certification : l’initialisation, l’analyse d’écart et la planification, la conception et la mise en place du système qualité, l’audit à blanc, etc. Cette marque de reconnaissance devrait être une source supplémentaire de motivation pour le n°1 de l’ANAC et ses collaborateurs, en matière de sûreté et de sécurité aérienne. Créée en 2007 l’Agence a pour mission, la mise en œuvre de la politique de l’Etat en matière d’aviation civile.

 

Le parlement de la CEDEAO n’a pris aucune décision à propos du Togo

 

Suite aux rumeurs faisant état de l’adoption d’une décision des parlementaires de la CEDEAO réunis cette semaine en session à Abuja à propos de la crise togolaise, le président de cette institution, Moustapha Cissé Lô a tenu jeudi 13 décembre à clarifier la situation. Le Président du parlement de la CEDEAO a affirmé « qu’aucune décision, résolution ou position n’a été prise par le parlement de la CEDEAO au sujet de la situation politique actuelle du Togo ».

 

Moustapha Cissé Lô : ¨président du Parlement de la CEDEAO
Moustapha Cissé Lô : ¨président du Parlement de la CEDEAO

 

Moustapha Cissé Lô a en effet indiqué que, comme il est de coutume lors de chaque session ordinaire des parlementaires de l’organisation, un débat est ouvert. Des présentations sont faites par les représentants des 15 Etats membres sur la situation politique, économique, social et sécuritaire dans les pays. Des questionnements sont ainsi posés et chaque député exprime librement son opinion sur les diverses questions.

 

Lire aussi : Togo : Le parlement de la CEDEAO dément les informations sur l’adoption d’une résolution sur la crise Togolaise

 

Le Président a donc rappelé que, pour ce qui est du débat sur le Togo, « les opinions des uns et des autres sont expressément personnelles et n’engagent que leurs auteurs en tant que députés ». Et de poursuivre : « Le parlement dégage toute responsabilité au sujet des informations contraires à ce qui précède ». Moustapha Cissé Lô a toutefois invité les différents acteurs, « du pouvoir comme de l’opposition », « à s’asseoir et à asseoir un dialogue constructif pour l’intérêt général des populations ».

 

Les listes électorales sont affichées dans les centres de vote

 

Les listes électorales peuvent être consultées à partir de ce vendredi 14 décembre dans les différents centres de vote, a indiqué dans un communiqué la Commission électorale nationale indépendante(CENI).  Le fichier a donné lieu à trois vérifications poussées afin d’éviter le maximum d’erreurs. Tout recours pourra être introduit dans les 48h suivant l’affichage.

Au total, 3. 041.599 personnes ont reçu leur carte d’électeur et pourront accomplir leur devoir civique lors des législatives du 20 décembre. Dans la foulée, le président de la CENI, le Prof Kodjona Kadanga a réceptionné ce même jour au siège de l’institution, les bulletins de vote devant servir pour l’élection. Une partie de ces bulletins sera utilisé à l’occasion du vote par anticipation des forces de sécurité et de défense le 18 décembre.

 

Lire aussi : Élections législatives : Le parlement de la CEDEAO constate les conditions réunies pour une élection apaisée

 

Précisons que les bulletins ont été convoyés au siège de l’organe chargé d’organiser et de superviser les élections au Togo sous escorte des éléments de la FOSE 2018. Pendant ce temps, la campagne électorale se poursuit dans la sérénité avec les 850 candidats engagés dans la course pour décrocher un siège de député dans la future assemblée.

Cette semaine, les candidats du parti UNIR (mouvance présidentielle) ont animé plusieurs meetings à Lomé, Sokodé, Tchamba, Barkoissi…Les candidats de l’UFC de Gilchrist Olympio étaient quant à eux dans la région savane plus précisément dans les préfectures de Tône et de Cinkassé. Plusieurs autres candidats notamment des indépendants ont eux aussi sensibilisé l’électorat dans les quartiers de Lomé et à l’intérieur du pays.

Notons enfin que la campagne électorale qui doit prendre fin le 18 décembre prochain se déroule sous la supervision des observateurs électoraux de la CEDEAO.

 

Contact : depeches@autogo.tg

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur