Retour sur les faits marquants de l’actualité au Togo du 25 novembre au 1er décembre 2019

0 572

L’ouverture officielle de la Foire internationale de Lomé, la rencontre gouvernement-secteur privé, le 20ème Dialogue politique UE-Togo, la réunion du Conseil des ministres, l’inauguration de deux nouveaux ponts à Koumongou et à Kara par le chef de l’Etat…Revivez dans cette chronique, les principaux évènements qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.

 

La 16ème Foire internationale de Lomé officiellement lancée

Le Ministre du Commerce, de l’industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, Kodjo ADEDZE a donné lundi 25 novembre 2019, le coup d’envoi officiel de la 16e édition de la Foire Internationale de Lomé. C’était au cours d’une cérémonie solennelle organisée sur le site du Centre Togolais des Expositions et Foires (CETEF) de Lomé en présence des membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers du Togo. L’évènement cette année est placé sous le thème : « Le E-commerce pour une forte expansion des échanges ».

Pour les organisateurs, le choix de ce thème vise à sensibiliser les opérateurs économiques togolais sur le rôle que peut jouer le commerce électronique dans le développement de leurs activités, surtout qu’il permet l’internationalisation des petites et moyennes entreprises. « Le commerce électronique est tout simplement l’utilisation de l’internet comme plate-forme de vente, d’approvisionnement et d’échanges d’informations. En ce sens, il constitue aujourd’hui le plus gros marché au monde en tant qu’activité commerciale et joue un rôle important de catalyseur de la croissance économique mondial » a expliqué le Directeur du CETEF, Kuékou Banka-JOHNSON. La foire est ouverte aux visiteurs de lundi à dimanche jusqu’au 9 décembre prochain, date de sa clôture.

 

Le Parlement examine en commission le projet de loi de finances, gestion 2020

Les députés ont entamé lundi en commission, l’étude du projet de loi de finances, gestion 2020. Les travaux ont été ouverts par la Présidente de l’Assemblée nationale, Yawa TSEGAN en présence du président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, Mawussi Djossou SEMONDJI. Durant plusieurs jours, les députés membres de la commission des finances vont passer au peigne fin ce projet de loi qui leur a été soumis par le gouvernement.

C’est la première fois que cette 6ème législature se soumet à un tel exercice qui consistera à déterminer le montant et l’affectation des ressources aux charges de l’Etat pour le compte de l’année 2020. En ouvrant les travaux, la Présidente de l’Assemblée nationale, Yawa TSEGAN a exhorté ses collègues à accorder une attention particulière aux ressources à affecter au Plan national de développement (PND), lancé en mars dernier par le chef de l’Etat. « Il apparait donc évident de nous atteler à cette tâche avec l’engagement affiché de nous assurer que les ressources sont orientées vers des investissements dans les secteurs porteurs de fortes croissances pour l’atteinte des objectifs du PND », a déclaré Yawa TSEGAN.

L’étude en commission doit prendre fin le 17 décembre prochain, avant une éventuelle adoption du texte en plénière. Rappelons que le projet de loi de finances 2020 adopté en Conseil des ministres par le gouvernement le 13 octobre dernier, s’équilibre en recettes et en dépenses à 1466,2 milliards de FCFA, contre 1381,9 milliards en 2019, soit une hausse de 6,2%.

 

Un nouveau directeur à la tête de TOGOCOM

Le groupe TOGOCOM (société née de la fusion de Togotélécom et de Togocellulaire) a un nouveau Directeur général. Il s’agit du Franco-malgache Paulin ALAZARD. Le nouveau Directeur général de TOGOCOM a officiellement pris ses fonctions lundi à l’issue d’une cérémonie de passation de service intervenue au siège de la société à Lomé. Il remplace à ce poste, Affoh ATCHA-DEDJI.

Ce changement de direction intervient après que le gouvernement a cédé il y a quelques semaines, 51% de ses actions dans TOGOCOM au consortium international Agou Holding composé du conglomérat malgache Axian Group et du Capital-investisseur Emerging Capital Partner (ECP) qui devient ainsi l’actionnaire majoritaire de TOGOCOM. Dans la foulée, Paulin ALAZARD s’est engagé, à œuvrer dans la continuité de son prédécesseur. Il a souligné sa détermination à relever les défis des télécommunications au Togo et a promis des « investissements importants » pour faire, a-t-il dit, de TOGOCOM, un groupe puissant au niveau national et régional.

Avant sa nomination, le nouveau patron de TOGOCOM était DG adjoint et directeur financier de Telma Madagascar ; En plus de cela, il a également fait ses preuves chez Celtel, Airtel, PwC et Zain. A noter que dans son plan de développement, Agou Holding prévoit d’investir près de 245 millions d’euros (160 milliards de FCFA) sur les 7 prochaines années, notamment dans les infrastructures de connectivité, de déploiement de la fibre optique et de la 5G.

 

Le gouvernement a rencontré les acteurs du secteur privé

Le Premier ministre Komi Selom KLASSOU a présidé le mardi 26 novembre 2019 à la Primature, la réunion du comité de concertation entre l’Etat et le Secteur Privé. Les travaux qui ont enregistré la participation des ministres en charge du secteur privé, Kodjo ADEDZE et du développement à la base, Victoire TOMEGAH-DOGBE ainsi que des opérateurs économiques togolais ont porté sur deux points essentiels : les mesures prises par le gouvernement dans l’amélioration du climat des affaires et les préoccupations des acteurs du secteur. Les participants ont ensemble fait le tour des nombreuses réformes opérées ou mises en œuvre durant les derniers mois.

« La relecture du Code des investissements, du Code général des impôts, l’amélioration substantielle du climat des affaires qui a valu dans le rapport Doing Business 2020 le rang de 1er pays réformateur en Afrique et 3ème au monde, la mise en place par décret de l’Agence de promotion des investissements et de la zone franche (API-ZF), du Comité d’Agrément au Code des investissements et au statut de zone franche industrielle, la récente création à Lomé du Bureau de la Société Financière Internationale (SFI) » ont été énumérés par le chef du gouvernement qui est revenu sur les performances réalisées. Tour à tour, les membres du gouvernement ont présenté aussi les différentes réformes dans leurs secteurs pour rendre l’environnement des affaires favorable aux investisseurs nationaux et internationaux.  Pour le Président de la Chambre de commerce et d’industrie Germain MEBA, « le gouvernement a fait un grand travail dans l’amélioration des conditions pour le secteur privé ». Reste désormais que leurs autres doléances trouvent un écho favorable auprès de l’exécutif, a-t-il ajouté.

 

Le Groupe AMEA Power Solar va implanter une centrale solaire à Blitta

La ville de Blitta (271 km au nord de Lomé) disposera bientôt d’une centrale solaire photovoltaïque.  Un accord de concession de l’ouvrage a été signé mardi à Lomé, entre le PDG du Groupe, AMEA Power Solar, Al Nowais Hussain JASIM et le ministre des mines et de l’énergie Marc ABLY-BIDAMON. Selon l’entente, le pays octroie à AMEA Power Solar les droits pour la conception, le financement, la construction, la mise en service, l’exploitation et la maintenance de cette unité de production d’énergie électrique.

A son tour, la société s’engage à transférer, en fin de concession, cette énergie à l’Etat togolais, via le réseau de la Compagnie énergie électrique du Togo (CEET), qui en assurera la distribution. Le coût des travaux est estimé à 20 milliards de FCFA, financé à hauteur de 25% par le Fonds d’Abou Dhabi pour le Développement. Une fois au point, la centrale aura une capacité de 50 MW et fournira de l’électricité à plus de 700 000 ménages et petites entreprises. Pour le Ministre des mines et des énergies, Marc ABLY-BIDAMON, la construction de cette centrale solaire s’inscrit dans la mise en œuvre du Plan National de Développement, notamment dans ses axes 2 et 3 et va contribuer à la réduction de la dépendance énergétique et des coûts de production de l’électricité au Togo.

 

Politique, économie et sécurité au menu du 20ème dialogue politique Togo-Union européenne

La 20ème session du dialogue politique entre le gouvernement togolais et l’Union européenne (UE) s’est tenue mardi à Lomé. La rencontre a été co-présidée par le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert DUSSEY et le Chargé d’Affaires par intérim de la Délégation de l’UE au Togo, Bruno HANSES. Les Ambassadeurs de France, d’Allemagne, de la Belgique, du Danemark, des Pays Bas et d’Espagne ont également pris part à la séance. Les travaux ont permis aux deux parties d’échanger sur les sujets d’intérêt commun au plan politique, économique et sécuritaire.

Concernant les questions politiques, marquées en grande partie par le bilan des élections municipales du 30 juin et les futures échéances présidentielles, l’UE a félicité le Togo et salué les efforts déployés pour assurer un scrutin libre et transparent en 2020. Le gouvernement a pour sa part réitéré son engagement à œuvrer de concert avec toute la classe politique pour un heureux aboutissement du processus électoral. Les mesures techniques ainsi que les dispositions prises déjà à l’instar du vote de la diaspora, ont été rappelées par le ministre Robert DUSSEY. Les diplomates européens ont appelé toutes les parties prenantes à l’élection présidentielle à s’y engager dans un esprit d’inclusion et de cohésion.

Sur le plan économique, les participants se sont félicités de la réussite du Forum économique Togo – UE qui s’est déroulé en juin dernier. La situation sécuritaire régionale et son impact sur le Togo ont été également abordés. Les Ambassadeurs européens ont réaffirmé leur plein soutien au Togo et aux autres pays de la région dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. D’autres questions comme la programmation conjointe de la coopération européenne 2021-2027, les négociations en cours entre l’UE et les Etats ACP sur le post-Cotonou, le Forum de la diaspora ont également été évoqués au cours de la rencontre. Notons que l’organisation du dialogue Togo-UE repose sur l’article 8 et 39 de l’Accord de partenariat ACP-UE. C’est un évènement régulier et un moment important pour les deux parties afin d’échanger sur des questions d’intérêt commun, général, régional ou sous régional.

 

Le chef de l’État a présidé le 20ème Conseil des ministres de l’année

Le gouvernement a tenu le mercredi 27 novembre 2019 à Lomé, sous la conduite du Chef de l’Etat, son conseil des ministres hebdomadaire. Les travaux ont été marqués par de grandes décisions dans la gestion publique, la justice et la communication. Au total 04 projets de loi et 03 décrets ont été adoptés et plusieurs nominations faites. Les hautes personnalités et fonctionnaires exposés pourraient bientôt désormais être tenus de déclarer leurs avoirs, selon l’esprit du premier projet de loi adopté. L’exécutif souhaite à travers cette mesure, lutter davantage contre la corruption et promouvoir la bonne gouvernance.

Autre décision, l’adoption d’un nouveau code de la presse et de la communication, destiné à mieux encadrer, réguler et professionnaliser le secteur. L’ancienne référence déontologique était devenue quelque peu obsolète, du fait de l’avènement de nouveaux médias et de nouvelles technologies. Le gouvernement a également acté par décret la création de la Force Sécurité Election Présidentielle, chargée de garantir la sécurité des personnes et des biens tout le long du processus et du scrutin qui s’annonce pour le premier trimestre de l’année 2020. Les nominations pour leur part ont été faites au niveau du ministère de la sécurité et de la protection civile, des infrastructures et des transports et dans plusieurs facultés et écoles de l’Université de Lomé.

 

La CENI renforce les capacités des journalistes à l’approche de la présidentielle de 2020

Les professionnels des médias étaient en atelier de formation, mercredi à Lomé. La rencontre a été organisée par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) en collaboration avec la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Placée sous le thème : « Rôle et responsabilité des médias avant, pendant et après l’élection présidentielle de 2020 », la session a permis à la CENI, institution chargée d’organiser et de superviser les élections au Togo, d’outiller les hommes et femmes des médias publics et privés, sur « les enjeux et défis » du scrutin à venir et appeler par la même occasion, les journalistes au professionnalisme pour « une élection réussie et apaisée ». « Il s’agit pour la CENI de renforcer les capacités des médias partenaires pour qu’ensemble, nous puissions conduire le processus à terme, informer en temps réel nos citoyens sur l’évolution du processus, afin que nous puissions aboutir à des élections apaisées en 2020 », a déclaré dans son discours d’ouverture, le Vice-président de la CENI, Jean-Claude HOMAWOO.

Les médias, a-t-il souligné, ont la « lourde responsabilité d’assurer une mission d’information et d’éducation pour préserver un climat de paix en période électorale » au Togo. « Vous êtes appelés en ces périodes sensibles à donner les informations en toute clarté, vérité et responsabilité », a lancé le représentant du Président de la CENI à l’endroit des médias. La HAAC, par la voix de son Vice-président, Octave OLYMPIO a appelé les professionnels des médias au respect de l’éthique et de la déontologie de leur métier en vue de contribuer à la bonne organisation de ce scrutin. Rappelons que le 12 novembre dernier déjà, la HAAC a signé une charte de bonne conduite avec les médias togolais. Il s’agit, pour la HAAC de veiller à ce que les acteurs de l’information évitent la diffusion et la publication d’informations pouvant conduire à des violences, de sorte à préserver la paix et le respect droits de l’homme, avant pendant et après l’élection présidentielle de 2020.

 

Le chef de l’Etat a inauguré deux nouveaux ponts à Koumongou et à Kara

Deux nouveaux ponts, l’un situé sur la rivière Koumongou, l’autre à Katchamba sur la rivière Kara, (tous au nord Togo), ont été inaugurés le jeudi 28 novembre 2019 par le Président de la République, SEM Faure GNASSINGBE. C’était en présence des représentants du Japon, partenaire du Togo dans la réalisation de ces ouvrages. D’une longueur respective de 160m et 120m, ces infrastructures dont les travaux ont été lancés en avril 2017 s’inscrivent dans le cadre du projet de réhabilitation de la Nationale n°17, composante stratégique du corridor logistique du Togo. Elles participent également à la politique des grands travaux initiés depuis quelques années par le chef de l’Etat qui vise à doter toutes les localités des infrastructures modernes capables de porter le pays vers l’émergence d’ici 2030.

Les deux ponts vont améliorer la qualité des infrastructures de transport reliant le Port autonome de Lomé aux pays de l’hinterland. Leur mis en service contribuera à réduire le temps de parcours et de risques, aux véhicules poids lourds spécialisés dans le transport de marchandises, a souligné la ministre des infrastructures et des transports, Zouréhatou KASSAH-TRAORE. Réalisés conformément aux normes architecturales modernes, les travaux de construction des ponts de Koumongou et de Kara ont été exécutés par l’entreprise japonaise « KONOIKE Construction » sous le contrôle de l’entreprise « Central Consultant » pendant une durée de 39 mois pour un coût total de 20 milliards de FCFA. Le budget a été cofinancé par l’Etat togolais et le Japon à travers l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

 

Les délégués-pays du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur sont officiellement installés

Le Haut conseil des togolais de l’extérieur (HCTE) est désormais opérationnel. Les 77 délégués pays élus en septembre dernier pour animer cette structure mise sur pied par le gouvernement, ont été officiellement installés le vendredi 29 novembre 2019 en marge du Forum HCTE-Réussite Diaspora. La cérémonie officielle d’installation présidée par le Premier ministre Komi Selom KLASSOU s’est déroulée en présence des membres du gouvernement, du corps diplomatique accrédité au Togo et de plusieurs personnalités. Pour le chef du gouvernement, l’évènement est inédit en son genre au Togo. Il confirme et officialise a-t-il dit, la volonté clairement exprimée des plus hautes autorités de mieux intégrer les compatriotes de l’extérieur dans tous les programmes et stratégies de développement du pays.

Le gouvernement entend à travers le HCTE, créer des liens plus solides et susceptibles de mieux impliquer les Togolais depuis leur lieu de résidence. A cet effet, le chef du gouvernement a invité les membres élus du HCTE à œuvrer, à l’émergence économique du Togo et à l’enracinement de la démocratie dans le pays. Il les a également conviés à s’approprier le Plan National de Développement (PND) afin de contribuer pleinement à sa réalisation. A l’issue de la cérémonie, Kodjovi ATITSO, Togolais résident en Côte d’Ivoire a été porté à la tête du bureau du HCTE. Les 77 délégués pays du HCTE élus pour un mandat de trois ans sont issus de 53 pays à travers le monde à savoir : 45 délégués pour l’Afrique, 6 délégués pour l’Amérique, 7 délégués pour l’Asie-Océanie et 19 délégués pour l’Europe. L’une de leurs missions consistera à mobiliser les togolais de l’extérieur au service du développement du pays.

 

Le Togo a réalisé 71% des réformes de l’UEMOA

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), et le gouvernement togolais, ont tenu vendredi à Lomé, la 5ème édition de la revue annuelle des programmes et projets communautaires au titre de l’année 2019 au Togo. Les travaux ont été dirigés par le Président de la commission de l’UEMOA, Abdallah BOUREIMA et le ministre togolais de l’Economie et des Finances Sani YAYA. Cette 5è édition comme les précédentes, a passé en revue 113 textes communautaires répartis dans trois domaines de concentration : la gouvernance et la convergence macroéconomique, le marché commun et les politiques sectorielles.

Sur l’ensemble de ces 113 textes, le Togo a enregistré une performance de 7 points par rapport à 2018, passant d’un taux de transposition et d’application des textes de 64% à 71%. La réforme phare qui concerne la gestion axée sur les résultats, avec notamment l’implémentation du budget programme est également bien amorcée, selon le ministre Sani YAYA. Après les travaux, le Président de la Commission de l’UEMOA Abdallah BOUREIMA a remis au Premier ministre Komi Sélom KLASSOU, le Mémorandum contenant les conclusions issues de la 5éme revue annuelle des reformes politiques programmes et projets communautaires de l’UEMOA au Togo.

 

En prélude à la Présidentielle de 2020, la CENI a lancé la révision de la liste électorale

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a démarré vendredi et ce conformément au décret pris en Conseil des ministres le 13 novembre 2019, les opérations de révision des listes électorales en vue de l’élection présidentielle de 2020. Ces opérations qui se sont déroulées en phase unique sur toute l’étendue du territoire national ont pour objectif de mettre à jour le fichier électoral. Elles concernaient de manière générale, les Togolais des deux sexes, ayant atteint l’âge de vote (18 ans révolus), ainsi que les citoyens qui n’ont pas pu s’inscrire sur les listes électorales en mai 2019.

A noter que pour la première fois, les Togolais résidant à l’étranger ont été autorisés à s’inscrire sur la liste électorale. Un recensement électoral a été organisé à cet effet dans les Commissions électorales indépendantes d’ambassade (CEIA) installées dans les 6 pays retenus par le gouvernement et dans lesquels les Togolais de l’extérieur exerceront leur droit de vote. Il s’agit des Etats Unis d’Amérique (USA), la France, le Gabon, le Maroc, le Nigeria et la République Démocratique du Congo (RDC). Le Président de la CENI, Tchambakou AYASSOR a effectué vendredi des visites dans plusieurs centres de recensement à Lomé où il a pu constater le bon déroulement des opérations. Rappelons que la révision de la liste électorale initialement prévue pour prendre fin ce dimanche 1er décembre 2019, a été prorogée d’une journée. Elle s’achève lundi 2 décembre à 16h GMT.

Télécharger gratuitement la version PDF de ”UNE SEMAINE AU TOGO -N°35”

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur