Réforme de la couverture maladie universelle : Un nouveau régime d’assurance maladie à toute la population

0 567

La couverture maladie universelle au Togo était au cœur du conseil des ministres du mardi dernier. Le ministre de la santé et de l’hygiène publique y a présenté une communication à cet effet. Conformément à l’Axe 3 du Plan national de développement (PND 2018-2022) portant sur la consolidation du développementsocial et le renforcement des mécanismes d’inclusion, l’extension de la couverture maladie à tous les ménages togolais a été préconisée.

“…en dépit des efforts du gouvernement à travers les différents mécanismes contributifs d’assurance maladie et mesures d’aide, la majorité de la population togolaise est confrontée aux paiements directs de leurs dépenses de santé”, constate le compte rendu du conseil des ministres avant d’expliquer que cela est dû principalement à la fragmentation de la couverture et les limites de la loi mettant en
place le régime d’assurance maladie obligatoire. D’où la nécessité de réformer ce système
en procédant à la relecture de cette loi.

Cette révision, selon le ministre, permettra de mieux articuler l’ensemble des mécanismes existant et d’étendre la couverture à toute la population.
Ce système intégré de couverture maladie universelle sera mis en place de façon progressive en tenant compte des paramètres techniques déterminant son efficacité et sa viabilité financière. Il comprend un régime d’assurance maladie obligatoire de base et un régime d’assistance médicale.
La réforme sera conduite de pair avec le renforcement du système sanitaire dans le but de rendre disponibles des services de santé de qualité.

D’une assurance à une autre, le conseil des ministres s’est également penché sur les grèves déclenchées par les employés des banques et compagnies d’assurance du Togo. Selon le compte rendu du ministre de la fonction publique, du travail, de la réforme administrative et de la protection sociale et le ministre de l’économie et des finances, des discussions ont été entamées avec les parties prenantes afin de créer les conditions d’un dialogue fructueux. Le conseil des ministres a exhorté les différents protagonistes à faire preuve de retenue en privilégiant la recherche d’une solution négociée qui préserve les intérêts des parties et à lever le mot d’ordre de grève lancé par SYNBANK pour protester contre le licenciement de leurs collègues, décidé par la direction de la banque, dans le cadre du plan de restructuration annoncé par le Groupe.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur