Quand salir son pays devient un travail

1 430

Ils ne manquent pas de mots pour s’attaquer aux institutions de la République et aux personnalités politiques notamment sur les réseaux sociaux. “Le Togo est un pays de dictature”. “Tout va mal au Togo”. “Il n’y a pas de liberté d’expression et de presse dans le pays”… La liste des attaques contre le régime en place est longue. Mais ce n’est pas que le régime. L’image du pays à l’extérieur est aussi écorchée.

Lire aussi : La C14 s’en prend à la liberté de presse au Togo

Et pourtant, dans les classements internationaux et aux yeux des observateurs de tout ordre, le Togo reste l’un des plus performants de la sous-région. Doing business 2019, Le classement des ports de la sous-région et autres l’ont suffisamment révélé.

En matière d’expression et de liberté de presse, le Togo n’est pas non plus en mauvaise forme. Les marches et meetings de la coalition de 14 partis politiques de l’opposition et les critiques des professionnels des médias dans les journaux et sur les antennes des radios sont le symbole même de la vitalité de la démocratie.

Lire aussi : Liberté de presse et droit de manifestation

C’est vrai qu’entre militants du parti au pouvoir et opposants, il doit avoir des attaques et contre-attaques. Mais faire passer son pays pour le pire au monde reste une attitude négative qu’il est important d’éviter. Car les hommes politiques passent. Mais le pays reste.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur