Protection et mise en valeur du littoral : Un projet de loi concrétise l’ambition du gouvernement

0 286

Le potentiel économique qu’offre le littoral togolais est sérieusement confronté à la dure réalité de l’érosion côtière. Pour permettre à notre pays de jouir pleinement de son ouverture à la mer, le conseil des Ministres tenu hier Mercredi 18 Novembre a adopté un avant-projet de loi en lien avec la protection et la mise en valeur du littoral de notre pays.

L’avant-projet de loi qui était en examen lors du conseil des Ministres vise à adapter les règles de gestion de l’environnement aux évolutions en matière de gouvernance des territoires littoraux puis protéger et valoriser le littoral par l’adoption d’un schéma directeur d’aménagement du littoral (SDAL).

Lire également / Infrastructures de soutien à la croissance économique: 600 km de routes en voie de construction au Togo

Ce projet de texte vise concrètement à mettre en valeur le potentiel économique qu’offre le littoral togolais dans le respect des règles du développement durable. Mais la réalité à laquelle le Togo fait face dans la mise en valeur de son littoral est sans nul doute le problème de l’érosion côtière. Ce phénomène qui ronge à petit feu des mètres de notre plage sablonneuse mérite des solutions efficaces.

Le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé prenant part à la COP 21 à Paris a fait une proposition pertinente à la Banque mondiale qui menait des réflexions pour le bitumage du corridor Abidjan-Lagos en passant par Accra, Lomé et Cotonou.

Pour le Président Togolais, bitumer cette voie qui peut être engloutie dans la mer du jour au lendemain, c’est comme mettre la charrue devant les bœufs. Pour donc éviter à cette nouvelle voie dont la construction est en étude le sort de trois autres en souffrance dans la mer, le Président Faure a proposé que les rôles soient inversés.

Lire aussi : Togo / Les plus beaux investissements en termes d’infrastructures de transport

Que l’on mette les moyens pour lutter contre l’érosion avant d’envisager la construction d’une nouvelle route. Des experts estiment à plus de 75 milliards de francs les fonds à mobiliser pour les travaux permettant d’arrêter la progression de la mer.

Notons qu‘avec une façade maritime de 50 km environ, le Togo fait partie des pays dont la position géographique offre des atouts favorables au développement socio-économique.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur