Prévisions de croissance du FMI : le Togo est sur la bonne voie

0 564

Une croissance de 5,1% contre 4,9% en 2018. Une inflation contenue à 1,4%. L’économie togolaise brille de couleurs dans la mise en œuvre du Plan national de développement (PND), conçu pour s’étaler sur la période 2018-2022. Les prévisions de croissance de l’Afrique subsaharienne publiées à Washington par le Fonds monétaire international (FMI) le 18 octobre font état d’une vitalité. L’économie togolaise ne faiblit pas dans sa remontée puisque tous les indicateurs sont au vert.

En conséquence, selon le rapport “24 pays verront le revenu par tête de leurs populations progresser plus rapidement que celui du reste du monde et 21 pays, moins vite”. Parmi ceux qui avancent figure le Togo. C’est-à-dire que le développement est en phase accélérée et induit une certaine conséquence sur le bien-être togolais qui se classe dans la short-list positive de cette prévision. D’ailleurs pour 2019, le Togo (5,1%) reste un bon élève du développement aux côtés du Sénégal, du Rwanda (+7,8 %), la Côte d’Ivoire et le Ghana (+7,5 %) et l’Éthiopie (+7,4 %). Juste derrière, le Mali (5%).

C’est alors évident que même si le Togo subit d’une manière ou d’une autre, les contrecoups de la conjoncture économique mondiale, il n’en demeure pas moins qu’il est engagé dans un processus de dynamisation de son économie. Dans le même temps, les investissements structurants récoltés dans le cadre du Plan National de Développement (PND) ont permis de rendre la croissance encore plus robuste et durable ainsi que l’impact des politiques pro-pauvres afin d’accélérer l’inclusion sociale.
L’emploi a progressé comme l’atteste la réduction du chômage.

“Le Togo a le taux de chômage le plus bas de l’Afrique” a dit Faure Essozimna Gnassingbé dans une tribune signée dans Jeune Afrique cette semaine. En s’engageant à transformer structurellement l’économie togolaise, le Chef de l’État et son gouvernement, ont fait l’option d’investir dans de grandes initiatives pour créer des opportunités économiques à la jeunesse surtout pour mieux atténuer les risques encourus par les pauvres, l’extrême pauvreté. Et d’ailleurs, le budget 2020 envoyé en étude au parlement annonce de nouvelles couleurs avec une focalisation sur des politiques sociales.

Lire aussi : Plusieurs entreprises allemandes annoncent s’installer à Lomé

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur