Présidentielle 2020 au Togo : Le faux débat du 4eme mandat

0 2 100

Fausses discussions. Faux débats et intoxication des populations à des fins électoralistes. L’opposition ne manque pas de stratégie pour s’attirer la pitié des électeurs. Pour les scrutins législatif et municipal, l’évocation de faux sujets était de mise. Et ça reprend pour la présidentielle de 2020.

Le Togo est désormais engagé sur le chemin de la limitation des mandats présidentiels (article 59) et législatif (article 52). Cette dernière étant une innovation en Afrique subsaharienne. Avec ces réformes, comme cela a été le cas partout, la Constitution en vigueur n’est pas rétroactive. Le Togo a même fait mieux en constitutionnalisant cet axiome juridique.

L’article 158 de la Constitution est claire : “les mandats réalisés et ceux qui sont en cours à la date d’entrée en vigueur de la présente loi constitutionnelle ne sont pas pris en compte dans le décompte du nombre de mandats pour l’application des dispositions des articles 52 et 59 relatives à la limitation des mandats”.

Ceci étant, la candidature ou non de Faure Gnassingbé ne devrait plus faire l’objet de polémiques, de suspense voire de questionnements. Du moins tel que cela se fait par certains partis d’opposition. La candidature de Faure Gnassingbé, selon la Constitution dépend de lui-même et de son parti politique. Il ne s’agit point d’un 4eme mandat mais d’un mandat conformément à la Constitution. Le reste n’est qu’une escroquerie politique comme y sont habitués ceux qui restent hostiles à la loi.

Lire aussi :  Lomé /La solution de Fabre attendue pour les inondations dans Golfe 4

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur