Près d’un million de bénéficiaires directs des programmes d’inclusion financière

0 696

 

Du 1er janvier 2014 au 30 juin 2018, 878.150 togolais ont bénéficié des crédits octroyés par le FNFI à travers ses divers produits (AGRISEF, AJSEF, APSEF, PAIFFV, PAS, PS) pour un montant de 45.715.113.385 Fcfa et 609.619 renouvellements de crédits ont été effectués pour un montant de 29,8 milliards de Fcfa.

Au total 1.487.769 crédits ont été octroyés pour un montant total de 75,5 milliards de Fcfa débloqué par les professionnels du secteur financier partenaires du FNFI. Cependant il convient de préciser que 67,4 milliards de Fcfa de lignes de crédit ont été mis à la disposition de ces PSF partenaires par le FNFI. C’est le bilan fait par le Secrétaire d’État en charge du secteur informel et de l’inclusion financière lors de la conférence de presse qu’elle a donnée ce mardi à l’hôtel Sancta Maria.

Cette rencontre de Mazamaesso Assih avec les médias avait pour objectifs d’une part de renforcer la communication de l’institution, de faire le point des activités de la Direction de la Promotion de la Finance Inclusive notamment le processus MAP et la digitalisation, de la Délégation à l’organisation du secteur informel et d’évoquer d’autre part les aspects relatifs au Projet National de l’entrepreneuriat rural, nouveau service à entrer dans le giron du Secrétariat d’État.

Secrétaire d’État, Mazamaesso ASSIH   crédit photo: republicoftogo.com

Une présentation synthétique et concise du bilan des activités du Fonds National de Finance Inclusive (FNFI) depuis le 1er janvier 2014 au 30 juin 2018 par le Secrétaire d’État a permis aux divers participants de se faire une idée des avancées enregistrées malgré les difficultés rencontrées depuis la mise en place du FNFI.

Pour le Secrétaire d’État, Mazamaesso ASSIH, le taux de renouvellement des crédits à plus de 80% est un indicateur de performance qui prouve que l’outil plait, il est attrayant et répond aux besoins de la population.’’ Par ailleurs, le taux de remboursement moyen des crédits au 13 septembre 2018 pour les échéances du 30 juin 2018 s’élève à 93% avec une nette progression de 31% comparativement à la même période en 2017 où le taux de remboursement s’élevait juste à 62%.

En amont de cette performance, on relevait une légère progression du taux de remboursement de crédits des bénéficiaires vers les institutions de microfinance (80% en 2017 et 84% en 2018). “La tendance est donc maintenue avec une légère progression, ce qui démontre que l’outil est apprécié par les bénéficiaires.’’ a tenu à préciser le Secrétaire d’État.

Quand on sait que pour le secteur de la finance, le taux de remboursement est un indicateur de qualité de portefeuille qui reste déterminant pour la santé des institutions financières, on peut donc estimer que le FNFI enregistre des avancées notables dans l’atteinte des résultats attendus.

Concernant la DOSI, le Secrétaire d’État a souligné que “le processus de formalisation du secteur informel qui représente 60% des activités menées sur le territoire national se poursuit afin de permettre à ce secteur d’émerger et de jouer un rôle prépondérant dans le développement économique du Togo”.

Par ailleurs le PNPER qui a été récemment intégré au sein du Secrétariat d’État va bénéficier de l’appui des services techniques de ce dernier ainsi que de l’accompagnement financier du FNFI par le biais des Prestataires de services financiers partenaires. Rappelons que le PNPER vise à contribuer au développement de l’entrepreneuriat rural, la création d’emplois rémunérateurs et durables pour les jeunes au niveau local.

Au regard des résultats encourageants obtenus, l’une des perspectives du Secrétariat d’État est d’entamer dès l’année prochaine le processus d’autonomisation du FNFI.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur