Politique au Togo : La C14 dans du faux et usage de faux

0 3 108

Le mal persiste dans la durée. Il faudra bien le cerner et y mettre définitivement fin. Coalition de 14 partis politiques de l’opposition. C’est une dénomination informelle acquise par un groupe de partis politiques togolais aux temps forts de la crise qui a secoué le pays entre août 2017 et juillet 2018. Mais la crise est du passé. La coalition aussi. Les réformes sont engagées et se déroulent conformément à la feuille de route de la CEDEAO de juillet 2018.

Seulement, un groupe d’hommes politiques continuent de faire usage de la dénomination C14 pour se faire valoir. Mais la C14 est finie depuis plusieurs mois. Le parti de Tikpi Atchadam est parti. Le parti de Jean-Pierre Fabre a déjà quitté la coalition. Au total, huit partis se sont retirés de la coalition de Brigitte Adjamagbo Johnson. Certains sont d’ailleurs allés aux élections municipales toutes seules. Mais paradoxalement, Les six partis restants continuent d’exploiter la coalition C14 lors de leurs meetings et autres interventions.

Cette situation juridiquement pose un problème. Elle constitue, sans aucun doute, une infraction : faux et usage de faux. Et il est que l’ANC, le PNP et d’autres partis ayant quitté la coalition ramènent ceux qui y sont restés à l’ordre. Puisqu’en cas de situations compromettantes dont la C14 serait l’auteur, même ceux qui n’y sont plus pourront être interpelés. Car ayant signé des actes officiels par le passé. Ce passé qui risque de rattraper l’ANC, le PNP et autres s’ils n’agissent pas tôt en dénonçant la fausse C14.

Lire aussi /Togo : Aider la police à mieux jouer son rôle

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur