Palais de Lomé : Inédite expérience culturelle et touristique du Togo en Afrique de l’Ouest

0 965

Plus sa riche histoire est oubliée, plus il fallait la ramener au souvenir du continent africain. Et potentiellement du monde. C’est ce qu’a compris le Chef de l’État et son gouvernement en décidant de transformer l’ancien Palais des gouverneurs de Lomé en un centre d’art et de culture. Inauguré vendredi dernier par le Président de la République, il a ouvert officiellement ses portes au public, hier 26 novembre. En plein cœur de Lomé sur le front de la mer, s’ouvre désormais un lieu mémoriel, un espace historique et de souvenir, il convoque à travers l’art et la culture, la remontée du temps.

A défaut d’être un pari, c’est un défi unique relevé. “La culture est au début et à la fin de tout développement”, disait Léopold Sédar Senghor. En comprenant cela, le Togo a choisi d’ouvrir à l’inconscient africain son potentiel touristique en le recentrant sur l’avenir ce qui ne se décline plus que par le marché. Alors, depuis vendredi, l’ancien palais de Lomé est désormais un lieu unique en son genre, avec plusieurs espaces d’exposition, une galerie d’art et de design, un restaurant, un salon de thé, une librairie…Autour de tout cela abrité par la bâtisse du palais, un parc de 10 ha dont la verdure reflète la variété des paysages du pays. À l’ombre de ces feuillages, un restaurant pour une cuisine africaine contemporaine.

Avec ce nouveau centre d’art et de culture, le gouvernement togolais répond à l’impérieuse question de la contribution à l’économie, de la valorisation des atouts culturels, de la stimulation mémorielle du secteur culturel. En permettant à ses citoyens et à tous les africains d’aller sur les traces d’environ 120 années d’histoire, le Togo a compris que la culture est aussi un espace des enjeux de développement. Surtout en terme culturel lié à la préservation de la diversité, face aux coups de boutoir d’une mondialisation considérée comme facteur potentiel d’uniformisation. Mais également enjeu économique qui place la création togolaise dans une position de conquête de marchés.

En ayant désormais accès à un tel lieu, les togolais vont à la rencontre d’une histoire mais en même temps une ouverture sur le monde. Cela suppose que l’affirmation de la culture et la reconnaissance de sa diversité constituent des piliers fondateurs. Cette perspective n’offre-t-elle pas au Togo de réels atouts et de nouvelles opportunités pour le développement tel que décliné par le Plan National de Développement (PND 2018-2022). N’est-ce pas là de nouvelles niches pour une projection plus féconde, plus riche mais plus solidaire d’une Afrique en mouvement ? Comme l’aurait dit Jean de La Fontaine : “Un trésor est caché dedans”.

L’ancien palais de Lomé devenu le centre d’art et de culture du Togo

Lire aussi : Togo / l’ancien Palais de Lomé devient un centre d’art et de culture contemporaine en Afrique de l’Ouest

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur