Opérationnalisation du Marché unique du transport aérien africain

La 4ième réunion du groupe de travail ministériel se tient à Lomé

0 227

Le Groupe de travail ministériel créé à la fin de la 24ième Assemblée de l’Union Afrique pour superviser et guider la mise en œuvre des activités relatives à la création d’un Marché Unique du Transport Aérien Africain (MUTAA) se réunit à Lomé au Togo du 25 au 28 mai 2018.

Placée sous le haut patronage du Président de la République Togolaise, désigné par ses pairs comme « Champion du Marché Unique du Transport Aérien Africain », SEM Faure E. GNASSINGBE, la quatrième session des travaux du groupe de travail « portera essentiellement sur l’harmonisation des accords bilatéraux sur les services aériens » apprend-on de sources proches des officiels du pays hôte.

« Le Marché Unique du Transport Aérien Africain, comme composante phare de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, est une initiative visant à créer un seul marché unifié du transport aérien en Afrique », renseigne une source diplomatique.

Avec pour objectif la libéralisation du transport aérien africain, ce projet adopté par les Chefs d’Etat et de Gouvernement réunis en session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine les 30 et 31 janvier 2015, vise aussi à ouvrir et interconnecter les marchés, rendre fluide le trafic aérien et permettre aux entreprises africaines de s’intégrer aux chaînes d’approvisionnement mondiales. Le Togo a signé l’engagement solennel pour sa création le 15 février 2017.

L’opérationnalisation de ce marché unique du transport unique aérien que vise à accélérer la réunion de Lomé, porte à terme pour les Etats, entre autres, la création de trois cent mille (300.000) nouveaux emplois et l’accroissement du Produit Intérieur Brut (PIB) de plus d’un milliard de dollars US. Quant aux compagnies aériennes, elles se verraient ouvrir tels des boulevards de nouvelles opportunités d’affaires à travers notamment de nouvelles liaisons et une amélioration de leurs services pour plus de 75% contribuant ainsi à une meilleure circulation des personnes et des biens sur le continent africain, à offrir un meilleur confort aux passagers et en réduisant pour eux la durée des trajets entre destinations africaines.

Le choix porté sur le Président de la République Togolaise pour porter le plaidoyer afin que davantage de pays souscrivent au Marché Unique du Transport Aérien Africain « est loin d’être fortuit » reconnaissent bien d’observateurs qui témoignent des progrès enregistrés par son pays dans l’amélioration de l’offre des services aériens au cours de ces cinq dernières années.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur