Lutte contre le terrorisme violent / Le Togo met en place un mécanisme inclusif

0 1 013

Le Togo envisage une réponse plutôt stratégique et intégrée aux menaces terroristes devenues de plus en plus visibles et évidentes au sein de l’espace économique ouest africain.

Au nombre des dossiers examinés ce mercredi 15 mai 2019 par le conseil des ministres présidé par le Président de la République Togolaise, figure un projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV). Proposé par le ministère de la sécurité et de la protection civile et celui en charge de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, le décret adopté vise la mise en place d’un nouveau mécanisme porté par la collaboration et la coopération entre les forces de sécurité, l’administration et les populations pour réussir à prévenir et à lutter efficacement contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

En ces moments où le Togo déroule la mise en œuvre de son plan national de développement (PND 2018-2022) d’un montant cumulé de plus de quatre mille milliards de francs CFA et pour lequel il espère une contribution de 65% du secteur privé, la quiétude et la sécurité des personnes et des biens devient un atout important et les autorités togolaises l’ont ainsi compris. En témoigne d’ailleurs l’exposé des motifs et justifications de la création du CIPLEV. Les menaces terroristes, estiment donc les deux ministres auteurs de la proposition, « sont en contradiction avec les efforts de développement et ne favorisent guère la réalisation des objectifs du plan national de développement (PND) ».

L’approche ainsi retenue par le Togo est en harmonie avec les recommandations souvent formulées à l’issue des rencontres et sommets qu’organisent l’Union Africaine (UE) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour la problématique du terrorisme et de l’extrémisme violent. Elle s’inscrit également dans la droite ligne des résolutions issues du sommet conjoint des chefs d’Etat et de Gouvernement CEDEAO-CEEAC tenu d’ailleurs à Lomé le 30 juillet 2018.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur