Limitation du mandat présidentiel / De 07 ans au départ, la durée du mandat est retenue pour 05 ans

0 812

Dans le rapport transmis de la Commission des lois constitutionnelles et de la législation de l’administration générale à la plénière de l’Assemblée Nationale, un mandat présidentiel de sept ans renouvelable une seule fois était retenue. Et justifié : “la fréquence des élections au Togo avec les multiples contraintes et les coûts financiers élevés ajoutés au besoin de sérénité et de stabilité pour une meilleure programmation du développement du pays”. C’est une mesure salutaire pour permettre au pays de faire des enjambées”, a déclaré le député Atigbé Ihou.

Mais lors des débats en plénière, l’ambiance ne fut pas légère mais plutôt lourde. Les positions sont tranchées. Surtout que l’article 158 nouveau désactive la rétroactivité. Entre les partis de la mouvance présidentielle et les députés de l’opposition la tension ne baisse pas. Pas question d’adopter en l’état la durée du mandat présidentiel. Les députés de l’Union des forces de changement (UFC) dont l’élu Gilchrist Olympio est le chef de file de l’opposition sont formels. Séna Alipui, insiste qu’aucun des députés de l’UFC ne votera l’article 59 relatif en l’état.

A ce moment, ça se complique. En ce sens que pour arriver à faire passer le texte, sans passer par le référendum, il est exigé les 4/5e des sièges de l’Assemblée nationale (73 députés). Moins que ce dont dispose le parti UNIR. Des accords politiques et des débats inclusifs sont nécessaires. Le député Agbéyomé Gabriel Kodjo du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) appelle à la retenue et demande une suspension de la séance pour pour arrondir les points de vue et favoriser une concertation. Les négociations durent plus d’une heure. Et à la reprise, coup de tonnerre et bonne nouvelle.

Atcholi Aklesso, président du groupe parlementaire Union pour la République (UNIR) fait savoir : “Il nous faut aller ensemble pour aller plus loin (…) nous revenions sur la durée du mandat du président de la République et maintenons les cinq ans”. Sans que cette disposition ne compromette l’éligibilité du chef de l’État dans le cadre des scrutins à venir. Soulagement sur les visages avec pour effet une ambiance plus soulagée au sein du parlement.

La loi dispose pour l’avenir et ne peut être rétroactive, elle ne peut pas non plus être taillée pour ou contre une personne. De plus, cette nouvelle Constitution devrait remettre les compteurs à zéro. Un compromis démocratique entre la mouvance présidentielle et l’opposition pour le bonheur du Togo. La preuve à la fin du vote par les 90 députés sur 91 inscrits, l’hymne national du Togo a été entonné comme dans un signe d’espoir.

Lire aussi : Les 29 articles concernés par la révision constitutionnelle

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur