Les populations de la Région des Plateaux sensibilisées sur la bonne gouvernance et la lutte anti-corruption du 3 au 12 décembre

5

Le gouvernement togolais a lancé ce mardi 3 décembre à Atakpamé dans la Région des Plateaux, une campagne de mobilisation sociale en vue de l’éradication des pratiques de corruption au sein de l’administration publique, du secteur privé et des collectivités locales.

Cette campagne qui va se dérouler jusqu’au 12 décembre prochain est organisée en collaboration avec la délégation de l’Union européenne au Togo et des organisations de défenses des Droits de l’Homme.

Elle vise à accroître la prise de conscience des citoyens vis-à-vis de la corruption, ceci afin de leur permettre de jouer efficacement leur rôle dans le contrôle de ce phénomène qui affecte tous les secteurs de la vie publique.

L’action se fera à travers des séances de formation et de sensibilisation à l’endroit de toutes les couches sociales. La campagne qui a commencé avec les villes d’Atakpamé et Anié les 03 et 04 décembre, se poursuit ce 5 décembre à Notsè. Les prochaines villes concernées sont Badou, Adéta, Danyi-Apéyémé et Kpalimé, respectivement les 06, 07, 08 et 12 décembre prochain.

Rappelons qu’au mois de septembre dernier, le Premier ministre Komi Sélom Klassou avait lancé une campagne nationale de lutte contre la corruption et les infractions assimilées au Togo. Cette campagne portée par la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA), vise à sensibiliser les populations sur les méfaits de la corruption. Elle ouvrait également « une ère de tolérance zéro » à ce phénomène, de l’avis du Premier ministre.

Au de-là de ces actions, il important de préciser que le Togo a mis en œuvre ces dernières années plusieurs réformes visant à assainir les finances publiques et à lutter contre la corruption.

Parmi elles, la création de l’Office Togolais des Recettes (OTR). Cet organe, en même temps qu’il améliore le recouvrement des recettes au niveau de la douane et des impôts, contribue à lutter contre la corruption dans ces secteurs.

On note également la création de l’Inspection Générale des Finances, la mise en place de la Cour des comptes, d’un nouveau cadre de passation des marchés publics entièrement conforme aux normes internationales, du Centre National de Traitement des Informations Financières et l’adoption d’un nouveau code pénal qui punit les actes de corruptions.

Dans la même optique, le Togo a adhéré en juin 2009, à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) qui vise la transparence et la responsabilité dans la gouvernance des flux de revenus de l’Etat issus de l’exploitation des ressources minières, pétrolières et gazières.

La mise en place d’un guichet unique pour le commerce extérieur au Port Autonome de Lomé et du même dispositif au Centre de Formalités des Entreprises, participe également dans une large mesure, aux efforts de lutte contre la corruption au Togo.

source: dépêches autogo

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.