Les fruits d’un bon climat des affaires au Togo

Inauguration d'usines et d'autres d'infrastructures

0 1 063

“Où investir en Afrique ?” A cette question posée par le rapport 2019 de la banque sud-africaine Rand Merchant Bank (RMB), plusieurs investisseurs petits et grands, se sont lancés à l’assaut du Togo ces dernières années en raison des heureuses avancées qu’il compile dans tous les domaines (financier, juridique, social, technique) et des statistiques encaissées sur le climat des affaires. C’est le cas des dernières usines inaugurées par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé à l’occasion de la célébration du 59ème anniversaire du Togo.

Stretch Cube Togo SARL spécialisée dans la production d’acier liquide à partir de la ferraille puis la transformation en fer à béton. Africa Plastic Technology une industrie de transformation et de fabrication des tuyaux plastiques. Logistik Unicorp avec une usine de fabrication d’habillement militaire. Et Délice SA dans la production de jus d’ananas sous la marque “Jus délice”. Toutes ces entreprises ont été motivées dans leur installation par les meilleures performances enregistrées par le Togo ces dernières années dans l’amélioration du climat des affaires.

Selon les rapports de Doing Business, il est désormais plus facile au Togo de créer une entreprise, d’obtenir un permis de construire, un crédit ou l’électricité, de franchir les frontières avec des marchandises, de payer ses impôts ou de régler un différend commercial avec la création des tribunaux de commerce. 19 points ont été d’ailleurs gagnés par le Togo dans le classement Doing Business 2019 faisant ainsi de lui une des dix économies où les améliorations sont les plus sensibles.

En clair, un score qui traduit la facilité à faire des affaires au Togo et une réduction du gap qui sépare le cadre réglementaire des affaires au Togo des meilleures pratiques mondiales. C’est alors un marché actif et attractif qui est mis en place pour les entreprises : un code de l’investissement toiletté. Une loi et une nouvelle agence pour les investissements dans la zone franche. Un nouveau code des douanes qui facilite le commerce. Des réformes qui rassurent les différentes entreprises à s’installer au Togo.

C’est d’ailleurs le leitmotiv du PND dans son axe stratégique 1 qui est de faire de Lomé un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région. Et pour cela, il fonde sa mise en œuvre sur la contribution d’un secteur privé rassuré et confiant : sur les 4622,2 milliards FCFA que coûte le PND, le secteur privé national et étranger devrait y participer à hauteur d’un peu plus de 2999,1 milliards de FCFA (5,4 milliards $), soit 65% du coût global.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur