L’agriculture au service de la vitalité de l’économie togolaise

0 271

La modernisation de l’agriculture togolaise est une réelle préoccupation pour l’Etat Togolais qui ne ménage d’ailleurs aucun effort pour exploiter le plein potentiel de ce secteur au profit des populations togolaises et du développement. Avec une contribution de près de 40% au Produit intérieur brut (PIB), l’agriculture togolaise a un fort potentiel qui ne cesse d’être revalorisé. Elle est d’ailleurs le premier secteur pourvoyeur d’emplois au Togo. Rien qu’en 2019, les statistiques révélaient que le secteur agricole avait généré 222 698 emplois 199 018 permanents et 23 680 temporaires. L’engouement du chef de l’Etat Faure Gnassingbé a élevé les standards de l’agriculture togolaise s’explique donc et porte déjà des fruits.

A en croire le rapport sur le Système d’Informations sur le Marché du Travail (édition 2019) de l’Agence nationale de promotion de l’emploi (ANPE) publié le 19 novembre 2020, le secteur agricole a réussi à concentrer à lui seul près de 60% des 379 017 emplois générés l’an dernier.

Une dynamique maintenue pour contrer le chômage des jeunes

Les potentialités du secteur agricole sont énormes, le gouvernement en est conscient et pour tirer le meilleur parti de ce potentiel et pallier au chômage des jeunes, il a été mis en œuvre plusieurs mécanismes d’accompagnement des jeunes vers ce secteur porteur. Il s’agit notamment du Projet d’Appui à l’Insertion et à l’Employabilité des Jeunes dans les Secteurs Porteurs –PAEIJ-SP), du Projet National de Promotion de l’Entreprenariat Rural (PNPER), du Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes (FAIEJ) et du Mécanisme Incitatif de Financement Agricole fondé sur le partage de risque (MIFA), AGRISEF.

Les attentes sont nombreuses, le gouvernement le sait également et pour trouver des solutions pérennes au chômage et au problème de sous-emploi des jeunes, le gouvernement a opté pour une nouvelle stratégie d’actions dans le cadre du Plan National de Développement. Pour donc amorcer la phase de transformation agro-industrielle, le Togo a choisi de miser sur la réalisation de l’adéquation formation-emploi et la mise en place d’importants agropoles. Pour ce faire, de nouvelles offres de formation orientées vers le secteur agricole sont proposées aux jeunes dans les Instituts de Formation en Alternance pour le Développement (IFAD) et à l’Institut Supérieur des Métiers Agricoles (ISMA) de l’Université de Kara. Parallèlement la mécanisation de l’agriculture pour de meilleurs rendements agricoles se poursuit également.

Le gouvernement togolais maintient le cap

Prenant part au webinaire sur « les emplois liés à la terre pour les jeunes » le 19 novembre dernier, le premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé déclarait que : « La création d’emplois pour les jeunes demeure une priorité de la feuille de route gouvernementale 2020-2025. Notre pays le Togo bénéficie d’un climat de paix et de stabilité qui permet de faire des réformes voire de les accélérer au bénéfice des jeunes. L’objectif étant de créer des emplois pour notre jeunesse. Et nous pensons que l’entrepreneuriat agricole paraît comme le créneau porteur ». Ceci pour démontrer la part belle faite à l’agriculture par le gouvernement dans plan d’actions quinquennal.

Lire aussi : Mise en œuvre de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo : De positifs résultats engrangés

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur