Interview de la PM sur RFI : Seul le bien-être des togolais vaille pour Victoire TOMEGAH-DOGBE

0 369

Pour une première depuis sa nomination, l’interview de la Première Ministre Victoire Sidémého TOMEGAH-DOGBE ce lundi matin sur Radio France Internationale (RFI) était axée sur la nécessité de son gouvernement de répondre aux préoccupations des togolais à travers un programme. En somme, une feuille de route. Le ton était lucide et l’approche pragmatique. Pas de flonflons. Encore moins d’enflures. Certes, dans son discours de politique générale, la Première Ministre avait déjà exposé les grandes lignes de cet engagement sur les 5 prochaines années et le séminaire gouvernemental de la semaine dernière en fixait le cadre normatif. Et cela commence par une autre manière de gouverner.

Victoire Sidémého TOMEGAH-DOGBE impose la rupture dans le style de gouvernance. “Gouverner autrement, cela veut dire que vous devrez travailler pour démontrer des résultats. Donc cela signifie de la cohérence, de la discipline, de la rigueur”, a expliqué la Première Ministre. En priorité, il s’agit de s’atteler à « renforcer l’inclusion et l’harmonie sociale et consolider la paix », « dynamiser la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie nationale », ainsi que « moderniser le pays et renforcer les structures de base ». Les objectifs sont clairs. C’est autour de cette triptyque que la nouvelle cheffe de gouvernement compte mettre en œuvre les projets et les réformes découlant du Plan National de Développement (PND).

Lire également : Togo / Ces projets phares du nouveau gouvernement !

Peu bavarde, plus réaliste, l’invitée de Karine Franck pèse chacun de ses mots. “…il est important de rendre la vie beaucoup facile aux citoyens, il faut simplifier les procédures, donc pour nous le digital doit être au cœur de tout ce que nous faisons. D’ailleurs, la gestion de la Covid-19 nous a montré qu’aujourd’hui il faut absolument digitaliser les procédures, l’administration et l’économie de notre pays”, a-t-elle indiqué. Et c’est dans ce sens, qu’à l’issue du séminaire conduit pendant trois jours sous la houlette du Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, tous les ministres se sont engagés à suivre la feuille de route sur laquelle, ils seront constamment suivis et évalués. Du réalisme !

Lors de l’interview, il a été aussi question du contexte politique toujours marqué par le refus incessant de l’ancien candidat Agbéyomé Kodjo de reconnaître les résultats de l’élection. Pas de polémique. La Première Ministre est on ne peut plus claire et se veut légaliste : “La population togolaise, la communauté internationale ont été tous témoins du bon déroulement du processus électoral dans notre pays. Le Togo est un pays démocratique qui a des instruments de régulation et de suivi des processus électoraux. La Commission électorale nationale indépendante (CENI), la Cour Constitutionnelle ont déjà réglé cette question, qu’aujourd’hui, je me consacre aux défis économiques, sociaux et sanitaires. C’est ce qui nous préoccupe”, dit-elle avant d’ajouter : “Aujourd’hui nous devons regarder devant, nous devons avancer, nous devons nous mettre au travail. Nous nous souhaitions qu’on s’en tienne à cela”. Dont acte !

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur