Innovation dans le financement de l’agriculture

Les performances du MIFA qui réjouissent les acteurs de la chaîne de valeur agricole

11

Cinq mois après le lancement des activités de sa phase pilote, le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques donne des résultats rassurants. Grâce à cette initiative du gouvernement togolais, les chaînes de valeur sont plus structurées et organisées dans les sept zones ciblées pour cette première étape du processus. Il s’agit des Zones d’aménagements agricoles planifiées de Sadori dans la préfecture de l’Ôti, de Tagnamboul dans la préfecture de Dankpen, Blitta, Notsè dans la préfecture du Haho et les périmètres irrigués de Kovié dans la préfecture de Zio et d’Agomèglozou dans le Bas-mono.

On dénombre déjà, en trois mois d’activités, plusieurs acquis. Entre autres, l’enregistrement et l’accompagnement de plus de 3 500 agriculteurs sur les 7 sites-pilotes, plus de 4 000 parcelles enregistrées soit environ 3 000 ha à exploiter, la pré-livraison d’intrants aux exploitants agricoles pour environ 75 millions de CFA. Des consultations ont été menées pour la structuration des chaines de valeur matérialisées par l’établissement de relations d’affaires avec une cinquantaine d’acteurs des chaines de valeur, la signature d’une dizaine de conventions de partenariat, la négociation de contrats d’achat avec une dizaine d’agrégateurs pour l’acquisition de plus de 10 000 tonnes de riz, 3 500 tonnes de maïs et 10 000 tonnes de manioc.122 coopératives d’agriculteurs, ont été accompagnées pour solliciter environ 2 milliards de francs CFA de crédit auprès des institutions financières. Ce sont déjà plus de 105 millions FCFA qui ont été accordés au taux de 8% et 1,2 milliards approuvé et en cours de déblocage.

Dans sa mise en œuvre, le MIFA appuie les agriculteurs dans le suivi des itinéraires. Ceci grâce à l’accompagnement des Conseillers d’exploitation agricole (CEA). Cet encadrement de proximité permet un changement des mentalités et des pratiques dans le secteur agricole, d’abord dans les zones-pilotes puis ensuite sur tout le territoire national.

En attendant, pour les trois derniers mois, de bonnes perspectives sont envisagées. Comme ambitions à court terme, il y a finalisation d’études pour la création d’une compagnie d’assurance agricole, la couverture d’assurance pour 6 000 producteurs, le renforcement de capacités des acteurs de la chaine de valeur agricole (agriculteurs, institutions financières, compagnies d’assurance), l’enrôlement de plus de 3 000 agriculteurs supplémentaires, le développement de partenariat avec les institutions financières, les agrégateurs et les compagnies d’assurance et le financement de projets des acteurs de la chaîne de valeur…

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.