Infrastructures de soutien à la croissance économique: 600 km de routes en voie de construction au Togo

0 991

Au Togo, le boom des infrastructures continue. Pour cette fois-ci, en soutien aux ambitions contenues dans le Plan National de Développement (PND 2018-2022), 600 km de routes sont prévus pour être construits et réhabilités en raison du trafic de plus en plus dense sur les routes nationales et en prévision du rôle de hub logistique que le pays compte désormais jouer au sein de l’espace CEDEAO.
Le gouvernement a alors prévu de renforcer les principales routes transversales au corridor Nord-Sud.

Plusieurs axes stratégiques dans le réseau routier national sont alors concernés. Dans le sud, Tsévié-Kévé-Zolo, frontière avec le Ghana (65 km), Agou-Notsè (50 km), le Grand contournement de Lomé (de Baguida à Adétikopé – 42 km). Un peu plus dans le Centre et vers le Nord, il y a le contournement de Kara à partir du canton d’Awandjélo, long de 21 km. Mais aussi le Grand contournement d’Atakpamé (15 km), qui seront renforcés. Coût d’une telle ambition : 350 milliards de FCFA.

Ces principaux axes routiers permettront, à partir de la capitale, de desservir le Nord du pays et les pays enclavés de l’hinterland (Burkina Faso, Niger, Mali, et Tchad), qui utilisent le port de Lomé. Mais bientôt le port sec de Cinkassé que le Plan national de développement (PND) 2018-2022 prévoit de construire par ailleurs.

En plus de ses investissements structurants, d’autres principaux axes bénéficieront en partie du PIDU (Projet d’infrastructures et de développement urbain), financé par la Banque mondiale pour améliorer les infrastructures des villes secondaires au Togo. 322 kilomètres sont concernés. Ils seront entièrement modernisés.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur