Guinée-Bissau : Faure Gnassingbé très engagé pour la résolution de la crise politique

0 846

Son sens de la négociation, son leadership sous-régional ne sont plus à démontrer. Une fois encore, la crise politique en Guinée-Bissau a révélé les qualités de médiateur du Chef de l’État Faure Essozimna Gnassingbé.

Et à une semaine de la présidentielle qui peut être considérée comme le bout du tunnel de la crise dans ce pays, le Togo a été un allié stratégique pour la paix, le dialogue et la stabilité. Soit lors de son mandat en tant que Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en 2017. Soit sur le front d’un engagement personnel.

C’est à lui que l’Organisation des Nations Unies (ONU) avait fait appel en juin 2017 pour trouver une porte de sortie à la crise. “Nous avons sollicité Faure Gnassingbé pour pouvoir apporter son soutien en matière de médiation dans la crise politique et institutionnelle dans ce pays (ndlr, la Guinée-Bissau)”, avait annoncé à l’époque le représentant spécial des Nations Unies en Guinée-Bissau.

Et depuis lors, le Chef de l’Etat s’y est engagé dans un premier temps avec des résultats concrets. La nomination le 16 avril 2018 d’un premier ministre considérée comme une importante évolution dans la résolution de la crise qui secoue le pays depuis 2016. Une évolution qui avait fait suite au sommet extraordinaire des Chefs d’Etats et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tenu le 14 avril 2018 à Lomé, sommet consacré à la crise en Guinée Bissau.

Sauf que l’imprévisibilité du président bissau-guinéen José Mário Vaz plonge à nouveau le pays dans l’incertitude. Il n’en suffit pour refroidir les ardeurs du Chef de l’État dans ses actions et ses efforts soutenus, tant pour la médiation que pour la recherche d’une solution durable à la crise bissau-guinéenne. Il multiplie les déplacements et les contacts. Il est à tous les rendez-vous sous-régionaux concernant la Guinée-Bissau. Avec tact et diplomatie. En plus d’être lui-même au front, l’armée togolaise est aussi engagée au sein de la Mission de la Cedeao en Guinée-Bissau (ECOMIB). D’ailleurs les chefs d’état-major du Sénégal, du Niger, du Nigeria et du Togo se sont entretenus vendredi dernier avec le président Vaz. Au menu des discussions, les dispositions à prendre pour faciliter la venue des troupes supplémentaires de la Cédéao dans le pays.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur