Financement du FIDA : Faure Gnassingbé plaide pour une augmentation

0 819

Le Fonds international de développement agricole ( FIDA) a un rôle important à jouer dans l’atteinte des objectifs du développement durable notamment pour la réduction de la pauvreté et de la faim dans les pays africains. L’institution, plus qu’elle ne le fait déjà, doit financer les politiques dans le domaine de l’agriculture. Pour ce faire, elle a besoin elle-même de financements plus importants. A cet égard, Faure Gnassingbé et les Chefs d’Etat de l’Angola, du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, de la Gambie, du Kenya, du Sénégal et de la Sierra Leone ont lancé un appel aux autres dirigeants du monde.

“Nous souscrivons à la vision du FIDA, celle de l’avènement de communautés rurales dynamiques, où chacun vit à l’abri de la pauvreté et de la faim”, ont clamé les chefs d’Etat dans leur exhortation aux dirigeants d’Europe, d’Amérique du Nord, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Océanie.

Lire également : Togo/ Exportations : le cacao togolais très prisé

Selon eux, ” il est aujourd’hui plus important que jamais d’investir dans le renforcement de la résilience des populations rurales pour assurer la sécurité alimentaire, protéger les moyens d’existence des populations rurales, garantir que les progrès accomplis au fil des ans ne seront pas réduits à néant et éviter que d’autres habitants des zones rurales ne basculent dans la pauvreté et la faim”, ont-ils expliqué. Faure Gnassingbé et ses pairs invitent donc à une augmentation significative des contributions à la Douzième reconstitution des ressources du FIDA (FIDA12), surtout en ce moment où le monde subit les effets de la Covid-19.

Cet appel présidentiel est bien apprécié par le FIDA. Marie Haga, Vice-Présidente adjointe du FIDA responsable du Département des relations extérieures et de la gouvernance, indique que ” le soutien que leur témoignent les chefs d’État et de gouvernement africains illustre l’impact réel du FIDA sur la vie et les moyens d’existence des populations rurales de ces pays”. “Si elle est fructueuse, la reconstitution des ressources permettra de dégager des milliards de dollars de financement en faveur de la transformation des économies rurales et des systèmes alimentaires partout dans le monde, et donnera au Fonds les moyens de doubler son impact d’ici à 2030 et de contribuer à éliminer la pauvreté et la faim”, souligne t’elle.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur