Élection présidentielle au Togo : 280 missions d’observation s’assureront de la crédibilité du scrutin

0 2 722

Ils seront au total 280 missions d’observation au banquet électoral. Dans le cadre de l’élection présidentielle de ce samedi, elles ont, toutes été accréditées pour veiller à l’intégrité du déroulement du vote. Bien sûr, à l’exception de la Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC Togo) dont l’accréditation en date du 28 janvier 2020 a été annulée et retirée par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). En cause, le débarquement à Lomé de la National Democratic Institute (NDI), une ONG américaine sous couvert de l’accréditation de la Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC Togo). Une situation délicate au regard des directives réglementaires.

Une tricherie dénoncée par le candidat Unir Faure Essozimna Gnassingbé au cours de son dernier meeting ce jeudi à Kara : “Nous avons édicté des règles qu’on doit respecter si on veut se lancer dans une mission d’observation. Mais sous le couvert d’une mission, certains groupes essaient de s’immiscer de façon détournée dans le processus pour altérer le choix des Togolais”, a-t-il dénoncé. Selon des sources au sein de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), il n’a été à aucun moment du processus d’accréditation fait mention par la Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC Togo) d’une collaboration avec une entité extérieure dans le cadre de ces élections.

Mais n’empêche que toutes les autres missions d’observation sont déjà à Lomé. De l’Union Africaine à la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest en passant par les Nations unies. Dans le souci de renforcer la démocratie et d’assurer la stabilité institutionnelle, le pays est favorable à ce qui est considéré comme “une démocratie préventive”. Et cette large présence de missions vient d’ailleurs prouver la volonté du gouvernement de favoriser la transparence et la crédibilité du processus électoral. Contrairement aux incantations des faucons. “Votre présence traduit manifestement une double volonté, d’abord celle de la transparence du gouvernement, ensuite celle de vous observateurs internationaux d’accompagner l’expérience démocratique de notre pays dans son élan irréversible vers la perfection”, avait déclaré le ministre Robert Dussey lors d’une rencontre qu’il eu avec les observateurs ce jeudi, jour de la clôture de la campagne électorale.

Dans leurs casquettes et leurs tee-shirts floqués, ils essaimeront dès ce samedi tôt les bureaux de vote. Leur mission : assurer que le vote des citoyens se déroule dans les conditions transparentes et crédibles, le décompte des bulletins à la fin du scrutin et leur empaquetage. Mais dans un esprit d’impartialité qui permettrait d’aider à l’heure du bilan d’avoir une appréhension holistique et équitable de tout le processus électoral.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur