Éducation / Togo : Des avancées significatives obtenues en trois ans

0 779

En entamant son mandat en avril 2015, la vision du Chef de l’État est tout à fait net : priorité à la politique sociale. Trois années après, la réponse du Président de la République à la demande sociale de plus en plus croissante des Togolais en ce qui concerne leur accès aux services de base est adéquate. Dans le secteur de l’éducation et de la formation, le Chef de l’Etat avait décliné sa vision stratégique en cinq points : développer le préscolaire, créer les conditions pour assurer l’accès universel à l’école primaire, améliorer l’alphabétisation des populations, accroitre l’accès et la rétention dans le premier cycle de l’enseignement secondaire général et lier le développement du second cycle du secondaire à un enseignement supérieur de qualité́ orienté vers le marché de l’emploi. C’est alors que plusieurs projets structurants et innovants ont été mis en œuvre pour relever ses défis. Bien évidemment, au niveau de tous les ordres d’enseignement.

Au niveau du préscolaire, la suppression des frais de scolarité a permis d’enregistrer des effectifs de plus en plus croissants. En effet, trois ans après avoir décrété la gratuité de la scolarisation au Togo dans l’enseignement primaire, les effectifs des enfants fréquentant le préscolaire sont passés de 86 680 en 2012-2013 à 155 739 en 2017-2018, ce qui correspond à un taux d’accroissement moyen annuel (TAMA) de 12%.
Au primaire, la suppression des frais de scolarité en 2008-2009 a permis d’enregistrer une croissance des effectifs des élèves qui sont passés de 1 054 549 en 2007 -2008 à 1 413 600 en 2014-2015 puis 1 548 876 en 2017-2018. Ceci a permis de porter le taux brut de scolarisation de 98% en 2007-2008 à 126,8% en 2017-2018.

Par exemple, le Projet d’Appui à la Réforme des Collèges (PAREC) a permis la construction de 30 collèges (10 CEG de 400 places et 20 collèges de 200 places) dans les régions Maritime et Plateaux. De même que l’équipement de bibliothèques en 2 600 livres de littérature, 320 dictionnaires, 40 planisphères, 40 cartes administratives du Togo et 6 séries de 40 planches de sciences naturelles.

Par contre, le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) a permis la construction de180 salles de classes, 40 bureaux magasins, 15 blocs administratifs, 110 blocs latrines et 36 laboratoires pour 8 collèges d’enseignement généraux (CEG), 40 écoles primaires publiques (EPP) et 7 lycées. C’est sans oublier la construction également des Instituts de Formation en Alternance pour le Développement (IFAD). Un est dédié à l’aquaculture à Elavagnon dans la préfecture de l’Est-Mono et l’autre à la formation dans la filière de l’élevage à Barkoissi dans la préfecture de l’OTI.

Pourtant, des défis restent. C’est pourquoi, le Plan National de Développement (PND 2018-2022) a prévu une transformation structurelle du système éducatif à l’horizon 2022. L’objectif est de réduire les 6% de génération d’enfants scolarisables n’ayant toujours pas accès à l’école et les 23% de ceux qui abandonnent avant la fin du cycle primaire.

Et cela passe par l’augmentation de l’offre éducative tout en assurant sa qualité, l’inversion de la tendance de prédominance de l’enseignement général au profit de l’ETFP, le renforcement de la fourniture de services sociaux aux élèves et étudiants, le renforcement du financement des universités, des centres de formation technique et professionnelle et de la recherche universitaire et scientifique.

Lire aussi : Togo / Les cantines scolaires renforcent la scolarisation des enfants

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur